G7: début du procès pour deux manifestantes

Deux des six manifestants arrêtés, lors du G7 en juin 2018 à Québec, subissent depuis lundi matin leur procès pour attroupement illégal. Les poursuites contre les quatre autres accusés ont été abandonnées.

Lynda Forgues et Deliane Laflamme ont été arrêtées le 8 juin 2018 par les policiers pour avoir participé à une manifestation illégale. Mme Forgues est également accusée de port d’arme dans un dessin dangereux, un répulsif canin qui était dans son sac au moment de son arrestation, selon son avocate, maître Sandra Villeneuve.

Le 8 juin, sur l’heure du midi, des protestataires qui étaient rassemblés à la place D’Youville s’étaient dirigés sur l’avenue Honoré-Mercier. À cet endroit, des manifestants avaient largué deux fauteuils au milieu de la chaussée et les avaient incendiés pour obstruer la circulation.

Les policiers antiémeute étaient tout de suite intervenus pour disperser les manifestants. Plusieurs d’entre eux s’étaient rendu dans le quartier Saint-Jean-Baptiste, où ils avaient joué au chat et à la souris avec les policiers.

Les manifestants avaient ensuite marché dans les rues du quartier Montcalm, suivis par l’antiémeute. Plusieurs avaient été pris en souricière, notamment dans la ruelle de la rue Crémazie.
La poursuite a arrêté les procédures contre les quatre autres accusés à la suite d’une requête en non-lieu présentée par la défense. Cette requête a été rejetée par le juge Jacques Ouellet pour Mme Forgues et Mme Laflamme.

Le procès se poursuivra mardi avec les plaidoiries.