Plusieurs personnes se sont rassemblées, dimanche, une semaine après la mort de Resse Fallon dans une fusillade à Toronto.

Fusillade de Toronto: hommage à une des deux victimes

TORONTO — Une foule en pleurs s’est rassemblée, dimanche après-midi, pour rendre hommage à Reese Fallon, une semaine après sa mort dans une fusillade survenue dans un secteur achalandé du quartier grec de Toronto.

Munis de mouchoirs, les visiteurs ont fait la file à l’extérieur d’un salon funéraire de l’est de Toronto pour saluer une dernière fois la jeune femme de 18 ans, qui est tombée sous les balles d’un tireur dimanche dernier. Une fillette de 10 ans, Julianna Kozis, a aussi été tuée, alors que 13 personnes ont été blessées, certaines grièvement.

Le tireur a été retrouvé mort près des lieux après avoir échangé des coups de feu avec la police. La police de Toronto et l’organisation provinciale responsable d’enquêter sur la police, mènent leur propre enquête.

Au salon funéraire, les proches de Reese Fallon ont choisi de mettre en relief sa vie, plutôt que sa mort.

Un album de finissants, et d’autres artefacts de son passage scolaire étaient présentés sur une table, à côté d’un chandail de l’Université McMaster, à Hamilton, où elle devait commencer ses études en sciences infirmières à l’automne.

Dans le couloir étaient affichées des photos de la victime lorsqu’elle était enfant et adolescente.

La citation «Je crois que tout le monde devrait aimer tout le monde» («I think everybody should like everybody»), attribuée à l’artiste Andy Warhol, était imprimée au verso de la carte commémorative qui était distribuée aux visiteurs.

Reese Fallon

Dans l’avis de décès publié en ligne, la famille de la jeune femme a écrit «qu’elle lui manquerait, mais que jamais elle ne serait oubliée».

Des dizaines de camarades de classe et d’enseignants ont écourté leurs vacances d’été pour se recueillir à l’école secondaire que fréquentait Reese Fallon. On garde d’elle l’image d’un modèle parmi ses pairs.

«Elle voulait devenir une infirmière spécialisée en santé mentale», a témoigné Anthony Parise, son ancien professeur d’anglais, à l’extérieur de l’école mardi dernier.

«D’après ce que je sais de Reese, elle aurait été une infirmière exceptionnelle, parce que c’était une aidante innée.»

Les funérailles de la jeune femme, qui seront aussi ouvertes au public, auront lieu lundi matin.