Fraude de 2,8 millions $, sentence de 7 ans

Un fraudeur qui a mené « la grande vie » aux frais de ceux qu'il appelait ses amis, à Ottawa, n'aura d'autre choix que de vivre dans la frugalité et l'espace restreint d'un pénitencier pour les sept prochaines années.
Jacques Scribnock, que ses amis appelaient James, a reçu sa sentence du juge Robert Marenger, de la Cour de l'Ontario, jeudi, au palais de justice d'Ottawa.
Le conseiller financier avait la confiance de dizaines d'investisseurs. En tout, il a fraudé ses clients d'un montant dépassant les 2,8 millions $.
L'homme trapu de 59 ans a été accompagné vers la sortie de la salle de cour par les policiers d'Ottawa.
Laissant croire à ses clients qu'il plaçait leur argent pour leur assurer une belle retraite, Scribnock s'est plutôt payé une vie luxueuse.
Une de ses victimes a perdu plus d'un million $ dans cette triste mésaventure.
Cousins et amis comptent parmi les personnes flouées. Des victimes ont confié avoir accueilli cet homme dans leur famille depuis plus de vingt ans.
Les fraudés « recommandaient fortement » le conseiller financier à d'autres clients, voyant que les placements rapportaient gros. Mais ce n'était que poudre aux yeux, alors que l'argent avait plutôt servi à payer du luxe au fraudeur, pendant 18 ans.
Les compagnies recevant l'argent, Magma Securities et Stone Securities, n'étaient que des coquilles vides permettant au criminel à cravate de s'acheter un condo de 1,4 million à Mississauga, non loin de Toronto.
Le juge Maranger a ordonné que le fraudeur rembourse les 2,8 millions à ses victimes. Si ce n'est pas fait dans les 10 prochaines années, il écopera de cinq ans de pénitencier supplémentaire.
Jeudi, des victimes avaient très peu d'espoir de revoir un jour la couleur de leur argent.