L’érablière Langlois est la propriété de Michel Langlois, un membre fondateur des Hells Angels au Québec.

Frappe policière d’envergure en Outaouais

Le village de Saint-André-Avellin, dans la Petite-Nation, a été le théâtre mardi de ce qui serait le plus gros coup visant les motards depuis l’opération SharQc, en 2009.

Le propriétaire de l’érablière Langlois, Michel « Sky » Langlois, membre fondateur des Hells Angels au Québec, fait partie des 63 individus arrêtés un peu partout en province. 

Sky Langlois, 71 ans, est le doyen des Hells Angels de la province. L’acériculteur et trafiquant n’aurait pas résisté à son arrestation. Il avait déjà reçu la visite de la Sûreté du Québec (SQ) en février, lorsque son érablière a été perquisitionnée. Il a déjà plaidé coupable à une accusation de complot pour meurtre, lors de l’opération. Il a été libéré en 2015.

Il fait face à six chefs d’accusation dont trafic de cocaïne, complot de trafic de cocaïne et d’infraction au profit d’une organisation criminelle. 

La SQ a dressé le bilan des arrestations et perquisitions dans le cadre de la grande enquête baptisée Objection, en fin de matinée mardi, à son grand quartier général, à Montréal. Une enquête menée par l’Escouade nationale de répression contre le crime organisé (ENRCO) et les escouades régionales mixtes, à laquelle ont collaboré quelque 300 policiers. 

Celle-ci s’est soldée par 121 perquisitions et la saisie de 21 kilogrammes de cocaïne, 34 armes à feu, 200 000 comprimés, une somme de 2,5 millions $ en argent, quatre vestes pare-balles, cinq presses hydrauliques ainsi que cinq vestes aux couleurs des Hells Angels. 

En Outaouais, six autres personnes ont connu un sort semblable à celui de Michel Langlois, dans le cadre de l’opération Objection. 

L’un d’eux est Éric Fournier, 45 ans, de Chénéville, a comparu en fin d’après-midi mardi au palais de justice de Gatineau. 

Fournier fait face à trois chefs d’accusation reliés à une arme et des munitions prohibées.

La SQ affirme que Fournier a eu en sa possession une arme à feu prohibée, non chargée, et des munitions facilement accessibles, sans toutefois avoir l’autorisation d’en posséder.

Vers le 24 juillet 2017, le suspect aurait possédé une arme semi-automatique de marque « Savage » de calibre .32, et des munitions de marque Winchester de calibre .32 Auto. Le numéro de série de cette arme « Savage » a été « modifié, maquillé ou effacé », selon le mandat d’arrestation signé par une juge de paix, le 19 avril dernier.

Les autres individus de la région arrêtés sont Stéphane Lafrenière, 47 ans, ainsi que Luc Grondin, 48 ans, tous deux de Val-des-Monts, ainsi que les Gatinois Shayne Melançon Denault, 24 ans, Tommy Terrada, 33 ans, et Bruno Lupien, 37 ans. Ce dernier est déjà incarcéré. 

D’autres arrestations pourraient survenir dans les prochains mois dans le cadre d’enquêtes parallèles, indique la SQ.