L’automobiliste a frappé le signaleur puis le lampadaire, qui est tombé à son tour sur le signaleur qui était au sol.

Frappé par une voiture... puis un lampadaire

Un signaleur qui oeuvrait à proximité de travaux de pavage sur le boulevard du Royaume a été blessé sérieusement, mercredi après-midi. L’homme a été heurté par une camionnette avant d’être frappé par un lampadaire. Selon les ambulanciers, il était dans un « état critique ».

L’homme dirigeait les véhicules sur le boulevard du Royaume en direction ouest, à l’intersection du boulevard René-Lévesque lorsque l’accident s’est produit vers 13 h 30. Le conducteur d’une camionnette a été surpris par la circulation qui a ralenti à l’approche d’un feu vert. 

« Le conducteur n’avait pas vu qu’un signaleur au milieu de la chaussée demandait aux voitures de ralentir. Il a freiné brusquement et a bifurqué et c’est là qu’il a frappé le signaleur », explique Bruno Cormier, porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay. 

Le véhicule a poursuivi sa route et a heurté un feu de circulation qui se trouvait au centre du boulevard du Royaume. Le feu de circulation est tombé directement sur le signaleur au sol.

Selon le superviseur à la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec, Jean-Sébastien Marcil, l’homme, qui a été estimé dans la quarantaine, était dans un « état critique » lors de son transport à l’hôpital. Les intervenants ont constaté de possibles fractures aux deux fémurs et au poignet, ainsi qu’un traumatisme crânien et des lacérations à l’arrière du corps. Le blessé aurait aussi subi un « traumatisme sévère au dos ».

Le conducteur de la camionnette et sa passagère ont été traités pour des blessures mineures. 

Le boulevard du Royaume a été fermé à la circulation durant quelques heures en direction de Jonquière, à la hauteur du boulevard René-Lévesque.

Enquête

La Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail mène son enquête sur les évènements. « Un inspecteur a été dépêché sur les lieux et nous allons faire nos analyses. Des démarches ont été entreprises auprès de l’employeur pour faire le suivi », indique le directeur régional de la prévention et de l’inspection, Clément Munger, en entrevue téléphonique. Il ne pouvait fournir plus de détails sur l’état de santé du travailleur blessé. Avec Dominique Gobeil