Plus de 100 livres de cannabis ont été retirés du marché.
Plus de 100 livres de cannabis ont été retirés du marché.

Frappe contre le crime organisé à Ottawa et Gatineau

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Ottawa-Gatineau se retrouve une fois de plus au cœur d’une opération policière visant à combattre le crime organisé entre Montréal et Toronto. Cette fois, la Police provinciale de l’Ontario (PPO) vient de passer les menottes à douze personnes influentes, dont quatre œuvrant dans la région de la capitale fédérale.

Le projet Daytona a permis de retirer du marché 8,5 kg de cocaïne, 9 kg de méthamphétamine, 4 kg d’ecstasy, ainsi que plus de 100 livres de cannabis et 8,5 kg de concentrés de cannabis illégal. Les autorités ont aussi mis la main sur 30 000 $ provenant d’activités criminelles.

Selon la PPO, Viken « Vick » Dokmajian faisait le trafic de cocaïne entre Ottawa et Montréal. Un autre membre de ce groupe, Abdallah « Kash » Abdelrazzaq faisait la même chose pour le marché local d’Ottawa-Gatineau. Deux autres présumés complices d’Ottawa, Grett Hall et Mark Miller, sont aussi accusés de trafic de cocaïne.

Cannabis, cocaïne, méthamphétamine et encore plus ont été saisis par les policiers dans le cadre du projet Daytona.

Les autres accusés sont de Smith Falls (Joshua Belfiori, Jamie Crowder, Clarence Mulrooney et Matthew Purcell), de Perth (Trevor Hands) et de Kingston (Stephen Kraus et Dominic Gravelle).

L’enquête de neuf mois a été qualifiée de « complexe » par le surintendant de la PPO, Bryan MacKillop.

Le Bureau de la lutte contre le crime organisé de la PPO dit avoir ciblé des individus haut placés remplissant un rôle clé dans ce groupe.

Cette organisation fournissait plusieurs groupes du crime organisé.

Cannabis, cocaïne, méthamphétamine et encore plus ont été saisis par les policiers dans le cadre du projet Daytona.

« Parmi ces cibles haut placées a confirmé le surintendant MacKillop, il y avait des figures du crime organisé traditionnel, de groupes du crime organisé d’Ottawa et d’autres groupes criminels organisés déjà connus qui distribuaient des drogues à des trafiquants de niveau moyen et à des bandes criminalisées. »

L’enquête, qui se poursuit, a franchi une étape importante les 22 et 23 janvier derniers, lorsque les autorités ont frappé un peu partout, dont Ottawa, Carleton Place et Gatineau.

Les accusés doivent répondre à un total de 81 chefs criminels.