Une série de surdoses d’opioïdes dans la vallée de l’Outaouais inquiète la Police provinciale de l’Ontario (PPO).
Une série de surdoses d’opioïdes dans la vallée de l’Outaouais inquiète la Police provinciale de l’Ontario (PPO).

Enquête sur des surdoses dans le comté de Renfrew

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Une série de surdoses d’opioïdes dans la vallée de l’Outaouais inquiète la Police provinciale de l’Ontario (PPO). Depuis cet été, six personnes ont perdu la vie dans le seul comté de Renfrew. Les enquêteurs se demandent si ces décès sont reliés à la même «source» ou revendeur.

«Les surdoses se sont produites dans les plus grandes villes du comté comme Petawawa ou Pembroke, mais aussi dans des villages plus éloignés», mentionne le porte-parole de la PPO dans le comté de Renfrew, Bill Dickson.

Le comté n’est pas le seul à être touché par cette «autre pandémie». Dans son plus récent rapport, le Bureau du coroner de l’Ontario estime que le nombre de surdoses mortelles liées aux opioïdes a augmenté de 25% ce printemps.

«Je ne peux pas spéculer sur les impacts de la pandémie de COVID-19 et le confinement, dit M. Dickson, mais nous avons été témoins de plusieurs surdoses dans des résidences privées. Ce sont des consommateurs qui se retrouvent souvent seuls à la maison.»

La PPO poursuit son enquête sur les six décès par surdose survenus ces derniers mois dans le comté de Renfrew. «On se demande si ces surdoses sont provoquées par la même marchandise fournie par le même revendeur, mentionne M. Dickson. Les expertises toxicologiques devraient nous en apprendre davantage sur la provenance des drogues utilisées par les victimes.»


« Je ne peux pas spéculer sur les impacts de la pandémie de COVID-19 et le confinement, mais nous avons été témoins de plusieurs surdoses dans des résidences privées. »
Bill Dickson

Bon samaritain

La PPO répète que la province possède une Loi sur les bons samaritains. Cette loi vise à protéger les victimes de surdoses en offrant une protection juridique aux personnes qui sont témoins d’une overdose et qui alertent les services d’urgence pour obtenir de l’aide.

«Cela peut sauver des vies, dit M. Dickson. Une personne qui consomme avec une autre ne devrait pas avoir peur d’appeler la police si les choses tournent mal.»

Selon la PPO, les décès liés aux surdoses d’opioïdes ont augmenté encore en 2020, pour une troisième année consécutive. On en comptait 159 en 2019 à travers la province