Une collision frontale a fait un mort et deux blessés, dont un grave. L’accident est survenu près du chemin Lépine, à Buckingham.
Une collision frontale a fait un mort et deux blessés, dont un grave. L’accident est survenu près du chemin Lépine, à Buckingham.

Encore un mort sur l'autoroute 50

Le bilan mortel de l’autoroute 50 s’alourdit à un rythme effréné, alors qu’une sixième personne en 16 mois y est décédée dans une collision frontale, mercredi.

Sans dévoiler son identité, la Sûreté du Québec (SQ) a confirmé en fin de journée que la victime du premier accident mortel sur la 50, en 2020, était une femme de 54 ans, de Gatineau.

La victime circulait en direction ouest lorsqu’elle a dévié de sa voie pour se retrouver dans la direction opposée, à la hauteur de Buckingham. Elle a percuté de plein fouet un véhicule utilitaire sport (VUS) qui circulait vers l’est. Le conducteur du VUS n’a jamais pu l’éviter, alors que plus rien ne sépare ces deux voies, à cet endroit.

La SQ n’était pas en mesure de confirmer la cause exacte de ce changement de voie soudain, mercredi en fin de journée.

La violence de l’impact semble avoir fait reculer le VUS de quelques mètres, derrière sa course.

À LIRE AUSSI: La «route» 50, une chronique de Patrick Duquette

Les techniciens en reconstitution d’accidents ont quitté la scène à 12 h 30, heure à laquelle le tronçon de la 50 compris entre le chemin Lépine et l’avenue de Buckingham a été rouvert à la circulation.

La femme au volant de la petite voiture était seule à bord. « Une analyse toxicologique sera effectuée auprès de la victime, a mentionné le sergent Marc Tessier, de la SQ. Des inspections mécaniques seront effectuées sur les véhicules impliqués. »

La SQ a rajouté qu’elle interpellera le coroner dans cette affaire.

Deux personnes circulaient dans le VUS. 

L’une d’elles reposait toujours dans un état critique, mais stable, mercredi soir. L’autre personne a été grièvement blessée, mais sa vie n’est pas en danger.

Cette collision frontale s’ajoute aux trop nombreuses autres s’étant produites sur un tronçon de la 50 où les voies séparées deviennent contiguës.

Six personnes ont perdu la vie dans des circonstances semblables sur l’autoroute 50, entre Mirabel et Gatineau, depuis le 7 septembre 2018. 

La moyenne dépasse, depuis cette date, un décès aux trois mois. Les victimes ont toutes été impliquées dans une collision frontale dans un secteur ou rien ne sépare les voies opposées. 

Les secteurs du chemin Lépine, de L’Ange-Gardien, du chemin Doherty, de Lochaber, de Montebello et de Grenville-sur-la-Rouge ont tous connu de tels drames.

+

Le ministre Lacombe comprend bien le scepticisme des citoyens dans le dossier de l’autoroute 50.

«LA SOLUTION, ELLE EST PRÊTE», DIT LACOMBE

Alors que l’autoroute 50 a été le théâtre encore une fois d’un accident mortel, mercredi matin, à la hauteur de Buckingham, le ministre responsable de l’Outaouais et député de Papineau, Mathieu Lacombe, rappelle que les glissières à câbles à haute tension prévues au centre des voies contiguës du tronçon d’un peu plus de cinq kilomètres situé entre Gatineau et L’Ange-Gardien seront installées dès la fonte des neiges, dans quelques mois.

Invité à réagir au sixième décès à survenir en 16 mois sur l’autoroute 50, M. Lacombe a réitéré que les engagements annoncés en septembre dernier par le ministre des Transports, François Bonnardel, seraient respectés dans les temps. 

« C’est clair qu’à toutes les fois que ça arrive, on dit tous que c’est épouvantable et on espère que ce ne soit pas quelqu’un qu’on connaît, un ami ou un membre de la famille, mais il reste qu’on ne veut pas que des décès comme ça surviennent. C’est la raison pour laquelle on contrôle ce qu’on peut contrôler. Nous allons aller de l’avant avec les annonces que nous avons faites pour sécuriser l’autoroute le plus rapidement possible », a déclaré M. Lacombe au Droit, mercredi.

L’installation des glissières de sécurité devrait prendre environ sept semaines, a-t-il précisé, si bien que les travaux devraient être terminés au plus tard en juillet. Quant aux travaux d’élargissement à quatre voies de l’autoroute, prévus entre le chemin Findlay, à Buckingham, et le chemin Doherty, à L’Ange-Gardien, ils débuteront au printemps 2021, a assuré le ministre qui rappelle que le gouvernement a retiré le projet de la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique dans le but d’accélérer les démarches.

« On ne peut pas débuter les travaux (des glissières) en plein hiver, donc il faut attendre. La solution, elle est prête. Elle a été trouvée et examinée par les ingénieurs. Il suffit d’attendre que la neige fonde et que le sol dégèle et on pourra enfin sécuriser cette portion-là de l’autoroute 50 avant de commencer les travaux d’élargissement l’année suivante (en 2021) », a mentionné M. Lacombe.

En plus de ces mesures, davantage de patrouilleurs de la Sûreté du Québec sont postés depuis les derniers mois dans le corridor « accidentogène » reliant Buckingham et L’Ange-Gardien, souligne le ministre Lacombe, ce qui s’est traduit par une hausse du nombre de constats d’infraction. 

Le député dit malgré tout comprendre la grogne de la population dans ce dossier. 

Ce dernier réitère que les autorités vont le plus rapidement possible pour améliorer la sécurité du principal lien routier entre Gatineau à Mirabel.

« Je comprends le scepticisme des citoyens parce qu’on s’est tellement fait niaiser dans ce dossier par le passé qu’on a l’impression que peu importe ce que disent les élus, ça n’arrivera pas. C’est ce à quoi nous avons été habitués dans le passé. Ce que moi je vous dis et ce que mes collègues vous disent, c’est qu’on va respecter nos engagements. »