Trois véhicules ont été impliqués dans cette collision sur le boulevard Lorrain au début du mois de juin.

Encore le boulevard Lorrain

L'histoire se répète sur le boulevard Lorrain, à Gatineau. Exactement un an après le décès tragique d'une adolescente happée par une voiture, en juin 2016, un motocycliste a rendu l'âme, jeudi matin, moins d'un kilomètre plus loin. Et les résidents qui réclament une réduction de la vitesse dans le secteur risquent d'être déçus.
La victime de 51 ans circulait sur Lorrain, près de la rue Thérèse, lorsque la conductrice d'une voiture circulant en sens inverse a dévié de sa voie pour percuter sa moto. Les policiers et paramédics ont été appelés à 5 h 20.
Lynn Duval
Une enquête policière doit déterminer les causes du drame. La police de Gatineau n'a pas dévoilé l'identité de la victime. Mais selon TVA, il s'agirait de Lynn Duval. La conductrice de l'autre véhicule, âgée de 19 ans, n'a pas été blessée.
En juin 2016, Élizabeth Graham-Welton, 13 ans, était happée à mort par une voiture, un peu plus au nord, à l'intersection du chemin Blanchette. L'adolescente a été percutée au moment où elle s'apprêtait à traverser à vélo la route 366, qui porte le nom de boulevard Lorrain jusqu'à Val-des-Monts.
Depuis des années, les résidents du secteur réclament une diminution de la vitesse, à coups de pétitions et d'appels auprès des élus.
« Ça me met à l'envers », dit un résident du secteur, Marc Chénier. « C'est rendu que je veux vendre... Je veux m'en aller. Il n'y a rien de bon qui se fait pour changer ça. »
Tout comme M. Chénier, la présidente de l'Association des résidents de Bellevue-Nord, Judith Dhérin, réclame une diminution de la vitesse de 70 à 50 km/h sur le boulevard de plus en plus achalandé.
Le ministère des Transports du Québec (MTQ), responsable de cette route provinciale, risque de décevoir les personnes préoccupées, a appris Le Droit.
« Il y a eu une étude d'opportunité sur la vitesse, et la vitesse maximum de 70 km/h dans le secteur semi-urbain semble correcte. Il n'est pas question pour l'instant de diminuer la limite de vitesse », a expliqué la porte-parole du MTQ, Karine Sauvé.
Le MTQ prévoit cependant des travaux de reconfiguration de l'intersection des chemins Blanchette et Chambord, où est décédée l'adolescente, l'an dernier. Le ministère planche actuellement, avec la Ville de Gatineau, sur les plans et devis. Les travaux sont prévus en 2018.
Outre le réalignement des deux chemins problématiques et du boulevard, l'éclairage sera amélioré, un feu de circulation sera installé, et une traverse de piétons aménagée.
Aucun autre projet pour l'amélioration du boulevard ne fait partie de la programmation du MTQ pour 2018-2019.
Selon Mme Dhérin, la limite de vitesse sur le boulevard Lorrain a déjà été de 50 kilomètres à l'heure. « Des résidents avaient demandé d'augmenter la vitesse permise à 70, en prétextant que c'était une trappe à tickets »
Les résidents interpellent la conseillère municipale de l'endroit, Sylvie Goneau, pour qu'elle-même fasse plus de pression sur Québec afin de changer les choses en profondeur.
« Cela fait trois accidents majeurs en un an, dit Judith Dhérin. il y a eu l'adolescente et la femme, mais il y a aussi eu, il y a quelques mois, un autre accident grave, dans lequel, heureusement, personne n'est décédé. »
Mme Goneau n'a pas rendu notre appel, jeudi.
Une marche pour Élizabeth
Des citoyens marcheront lundi en mémoire d'Élizabeth Graham-Welton, cette adolescente de 13 ans décédée en tentant de traverser le boulevard Lorrain, il y a un an.
Élizabeth Graham-Welton
Les citoyens uniront leurs voix à celle de la famille pour honorer la jeune cycliste happée mortellement à l'intersection du chemin Chambord. Les manifestants veulent aussi mettre de la pression sur les autorités, afin de changer les choses.
Selon les résidents, la vitesse et la configuration du boulevard provoquent trop de collisions.
Une motocycliste y a perdu la vie jeudi, un an presque jour pour jour, après le décès de l'adolescente.
« Notre objectif n'est pas de se servir de la collision de ce matin (jeudi) pour en parler, mais ce tronçon du boulevard est particulier », a commenté la présidente de l'Association des résidents de Bellevue-Nord, Judith Dhérin, lorsqu'interpellée par Le Droit.
« Il faut admettre qu'il s'agit d'un autre triste exemple », dit-elle.
La manifestation doit débuter à 16h45, au parc Roberval.
Les organisateurs veulent aussi sensibiliser la population et ceux qui empruntent cette route sur les dangers encourus par les nombreuses jeunes familles qui habitent le quartier. Les participants sont invités à apporter des fleurs.
Les services policiers assureront la sécurité lors de la marche commémorative.