La cliente de Me Marie-Ève St-Cyr, sans antécédent judiciaire, a subi un traumatisme après son accident de voiture.

Elle perd la carte après avoir bu de la Four Loko

Une jeune femme de 22 ans de Saguenay a perdu la carte et s’est endormie après avoir consommé de la boisson alcoolisée sucrée Four Loko. Le problème, c’est qu’elle se trouvait au volant de sa voiture.

La cliente de Me Marie-Ève St-Cyr, de l’Aide juridique, a plaidé coupable, vendredi matin, à une conduite avec les facultés affaiblies. Elle a soufflé des taux de 0,172.

L’étudiante universitaire se trouvait à une fête pour le Jour de l’An 2018 dans le secteur d’Alma.

Et elle n’a pas caché avoir consommé de l’alcool, dont la fameuse boisson Four Loko, retirée des tablettes depuis quelques mois, lors de la petite fête entre amis.

« Mais tout avait été prévu. Je devais rester à coucher chez des amis et les clefs des voitures n’étaient pas en notre possession. C’est d’ailleurs ce que l’on fait habituellement », a mentionné l’accusée.

« J’ai pris la boisson Four Loko à 12 pour cent d’alcool. Et à partir de là, je ne me souviens plus de rien. J’ai réussi à récupérer mes clefs de voiture, sans savoir comment et j’ai pris le volant. Je me suis probablement endormie en conduisant et j’ai effectué une sortie de route. Tout ce dont je me souviens, c’est d’avoir demandé une couverture aux policiers, car j’étais gelée », a raconté la jeune femme.

Le juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec, a accepté la suggestion commune de Me Jean-Sébastien Lebel, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) et de Me St-Cyr, en défense, d’imposer une amende de 1500 $ et d’une interdiction de conduire d’une année.

L’amende est plus élevée que le minimum requis par la loi de 1000 $ en raison de deux facteurs aggravants, le taux de plus de 0,160 (deux fois la limite) et la sortie de route.

La jeune femme n’a pas repris le volant depuis cette fameuse soirée du 1er janvier 2018.

« Et je ne suis pas certaine que je vais reconduire. Je verrai une fois que ma peine sera terminée si je veux conduire à nouveau. J’ai subi un traumatisme à la suite de cet événement », a ajouté la jeune femme, qui était accompagnée de ses parents.

Le juge Boudreault a expliqué à l’accusée qu’elle ne devait pas conduire pendant son interdiction, sinon elle pourrait être ramenée devant le tribunal et pourrait être envoyée en détention.

« Mais à vous écouter et à comprendre ce que vous avez vécu, je crois bien que nous ne vous reverrons pas au tribunal », a lancé le magistrat, sous le regard approbateur de la jeune femme.

En ce qui concerne la boisson sucrée alcoolisée Four Loko, elle a été retirée des tablettes des commerces qui en vendaient depuis la fin de l’année 2017.

Il faut se souvenir qu’une adolescente a perdu la vie au printemps après avoir consommé ce genre de boisson sucrée alcoolisée. Il s’agissait dans ce cas de la boisson FCKD UP, qui a ensuite été retirée du marché.