David Harvey avait pris la fuite le 3 décembre, alors qu'il recevait des soins au Centre hospitalier Pierre-Janet.

Dix ans pour l'évadé de Pierre-Janet

Un jeune homme qui a braqué des domiciles de l'Outaouais et qui s'est évadé de l'Hôpital psychiatrique Pierre-Janet, à Gatineau, écope 10 ans de pénitencier. David Harvey a reçu sa toute première peine de prison et s'est dit repentant, vendredi.
L'homme de 22 ans a plaidé coupable d'avoir perpétré trois violents braquages à domicile chez des personnes âgées, dont deux à la même adresse dans la MRC des Collines, et une autre dans la Petite-Nation. Les victimes, septuagénaires et octogénaires, sont toujours traumatisées, a dit le procureur de la Couronne, Me Stéphane Rolland.
Dans le box des accusés, l'évadé de Pierre-Janet n'a plus la mine ténébreuse qu'il avait sur l'avis de recherche lancée à l'époque.
David Harvey avait réussi à s'évader avec la complicité d'une préposée aux bénéficiaires. 
Celle-ci est toujours en attente de son procès pour entrave au travail des policiers, méfait public et aide à l'évasion d'une garde légale. La Couronne reproche à Isabelle Bélanger d'avoir donné sa carte magnétique pour permettre au patient de fuir par la grande porte. Elle aurait feint une attaque.
« Je n'ai pas pu écrire mes excuses (aux victimes des braquages) parce qu'il m'est interdit de les contacter, a dit le jeune détenu. J'ai vraiment réalisé ce que je leur ai fait lors de mon enquête préliminaire. J'ai compris la gravité de mes gestes. J'avais des problèmes de drogue, a-t-il dit, avant de prendre une pause de quelques secondes. Je regrette mes gestes et j'ai beaucoup de chemin à faire... Comment je me suis ramassé de p'tit gars vaillant à criminel... »
Ses problèmes de drogue, depuis l'âge de 13 ans, l'auraient poussé à payer ses dettes en se plaçant sous l'égide du crime organisé, puis à perpétrer des braquages à domicile, a dit son avocate, Me Mélina Cham.
Le tribunal enlève l'équivalent de 31 mois de détention préventive à cette lourde peine.
Ses victimes ont été ligotées et menacées à l'aide d'une arme à feu, en 2015. 
Un de ses complices, Vladislav Arcea, a écopé cinq ans de pénitencier, alors que le troisième membre du groupe, Kevin St-Pierre, est toujours en attente de procès dans cette affaire.
Le juge Richard Laflamme en entériné la proposition commune de la Couronne et de la défense. « Vous avez terrassé ces gens », a dit le juge, qui a retenu le jeune âge et le plaidoyer de culpabilité comme facteurs atténuants.