Le SPVG a confirmé l'information mardi après-midi

Deux policiers de Gatineau accusés au criminel

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) confirme que deux de ses agents sont accusés au criminel. L'un doit répondre à un chef de conduite avec les capacités affaiblies par l'alcool, et l'autre d'abus de confiance et d'utilisation de matériel policier à des fins personnelles.
Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a déposé deux accusations d'abus de confiance et une troisième pour utilisation non autorisée de la base de données à des fins personnelles contre Nicolas Marceau.
Une information reçue du public a conduit la Division des normes professionnelles à ouvrir une enquête interne.
M. Marceau, selon le SPVG, a « consulté à de multiples reprises » les ordinateurs du SPVG afin de fournir des renseignements à une amie, concernant les voisins de celle-ci. Dans un deuxième temps, il aurait donné des renseignements personnels au sujet d'un ex-conjoint à une connaissance.
Le policier n'a pas reçu d'argent en échange de ces services, indique le SPVG, mardi.
Les événements se sont produits entre février 2014 et juin 2016. Il est strictement interdit par les services police - et par la loi - d'utiliser leurs bases de données à des fins personnelles, selon l'article 342 du Code criminel.
Le policier Marceau compte quatre années de service. Il a été suspendu avec solde depuis son arrestation l'été dernier. Le SPVG dit qu'il réévaluera son dossier, alors que les procédures judiciaires sont officiellement entamées.
Alcool au volant
Le DPCP a autorisé une autre plainte contre un autre policier de Gatineau, Christian Cousineau, accusé de conduite avec les capacités affaiblies par l'alcool. Il a été arrêté au volant de son véhicule en décembre dernier.
Ce sont des collègues du SPVG qui ont procédé à son arrestation vers 3 h 45, le 4 décembre dernier. Les agents ont répondu à un appel concernant un homme endormi au volant, sur le boulevard Maloney Ouest, à l'intersection de la montée Paiement. Le policier Cousineau n'était pas en service à ce moment.
Ses collègues l'ont conduit au poste de la Sûreté du Québec pour que les agents de la SQ lui fassent subir l'alcootest et procèdent à son évaluation. Il a été affecté à des tâches administratives en attendant la fin de son procès, a précisé le SPVG.