Deux poèmes écrits par un homme qui avait tué une Autochtone il y a 25 ans ont été retirés du site Internet du « poète officiel du Parlement ».

Deux poèmes du tueur d’une Autochtone retirés de la Bibliothèque du Parlement

Deux poèmes écrits par un homme qui avait tué une Autochtone il y a 25 ans ont été retirés du site Internet du « poète officiel du Parlement ».

Un des poèmes de Stephen Brown évoquait une travailleuse du sexe. La députée manitobaine provinciale Nahanni Fontaine a dénoncé la semaine dernière ce « manque de respect » envers la victime et les autres femmes et filles autochtones disparues et assassinées au Canada.

Stephen Brown, qui a changé son nom pour Steven Kummerfield, et son ami Alex Ternowetsky avaient été condamnés pour homicide involontaire relativement à la mort en 1995 de Pamela George, une Autochtone. M. Brown a été condamné à six ans et demi de prison et a obtenu une libération conditionnelle en 2000 ; il vit maintenant au Mexique.

Deux des poèmes de M. Brown avaient été publiés sur le site Internet de la Bibliothèque du Parlement en 2017, lorsque George Elliott Clarke était le poète officiel du Parlement.

La néo-démocrate provinciale Nahanni Fontaine avait lancé un appel aux citoyens pour qu’ils fassent pression sur le ministre du Patrimoine canadien. Un porte-parole de Patrimoine Canada a toutefois précisé que ni le ministre Steven Guilbeault ni le ministère ne sont responsables du programme de poète officiel du Parlement ou de son site Internet, hébergé par la Bibliothèque du Parlement. Ce sont en fait les présidents du Sénat et de la Chambre des communes qui sont responsables du programme de poète officiel du Parlement.

C’est finalement Heather Lank, la bibliothécaire parlementaire, qui a recommandé que les poèmes soient retirés, et les présidents des deux chambres ont accepté, a expliqué lundi Tanya Sirois, conseillère en communication à la Bibliothèque du Parlement.

Mme Sirois a par ailleurs indiqué que la Bibliothèque du Parlement avait reçu « de nombreuses plaintes » concernant la présence d’œuvres de Stephen Brown sur le site du poète officiel. Elle a aussi indiqué que l’ancien poète officiel George Elliott Clarke avait lui-même soutenu le retrait des poèmes qu’il avait jadis choisis pour le site Internet.

La semaine dernière, M. Clarke a annulé la conférence qu’il devait prononcer en janvier à l’Université de Regina à la suite de l’indignation soulevée par son amitié avec M. Brown.