Les deux employés avaient d’abord été suspendus de leurs fonctions, mais l’employeur a finalement opté pour la plus radicale des mesures disciplinaires en les congédiant.

Deux chauffeurs de la STO congédiés pour écart de conduite

Les deux chauffeurs d’autobus de la Société de transport de l’Outaouais (STO) impliqués dans deux incidents distincts cet automne, l’un pour conduite avec les facultés affaiblies par l’alcool et l’autre pour une violente altercation avec une passagère filmée par un témoin, ont été congédiés par le transporteur public.

Les deux employés avaient d’abord été suspendus de leurs fonctions, mais l’employeur a finalement opté pour la plus radicale des mesures disciplinaires.

Dans un avis acheminé aux médias en début d’après-midi lundi, le président du local 591 du Syndicat uni du transport, Guy Gosselin, confirme leur congédiement et indique que ces décisions seront contestées.

Le syndicat compte déposer prochainement un grief dans les deux cas. Selon la procédure en vigueur, il dispose d’une période de 40 jours après un renvoi pour le faire.

« Notez que le syndicat, par la loi, a un devoir de juste représentation et donc les représentants syndicaux ne peuvent pas commenter davantage puisqu’il y a enquête dans les deux cas », indique-t-on.

Du côté de l’employeur, la directrice adjointe aux communications, Sophie St-Pierre, a simplement indiqué en matinée que les deux chauffeurs « ne sont plus plus à l’emploi » du transporteur, ne spécifiant pas s’il s’agit de congédiements ou de démissions. La STO affirme qu’aucun détail supplémentaire ne peut être divulgué publiquement étant donné « qu’il s’agit d’un dossier de ressources humaines. »

Rappel des faits

Le 21 novembre dernier, un chauffeur de la STO a été arrêté par la police de Gatineau pour conduite avec les facultés affaiblies à la station La Gappe du Rapibus après que des clients aient contacté le transporteur pour signaler ses agissements et sa conduite erratique. Une plainte de voir de fait a aussi été transmise aux autorités policières car il y aurait eu altercation entre l'individu et un passager.

Le mois précédent, un autre chauffeur avait été suspendu le temps d’une enquête interne après avoir été capté sur vidéo alors qu’il insultait une passagère, la traitant de «salope» et lui demandant en criant de sortir du véhicule, qui était alors en mouvement. L’incident s’est produit le 27 octobre au terminus du campus Gabrielle-Roy du Cégep de l’Outaouais, dans le secteur Hull.

«Il s'agit d'une situation absolument inacceptable. On s'attend à ce que les chauffeurs aient des rapports respectueux. La situation est traitée avec le plus grand des sérieux», avait alors commenté la STO. Une enquête avait été ouverte afin de déterminer les circonstances ayant mené à cette violente dispute.

Une enquête avait été ouverte afin de déterminer les circonstances ayant mené à cette violente dispute.

Environ 400 chauffeurs sont à l’emploi de la STO.