Une personne a succombé à ses blessures après une collision entre une voiture et un semi-remorque, vendredi vers 10h.

Deux accidents en 12 heures sur la 50

Deux collisions frontales se sont produites en quelques heures sur l’autoroute 50, à l’est de Gatineau, jeudi et vendredi, dont l’une s’est avérée mortelle a confirmé la Sûreté du Québec.

Les deux accidents se sont produits dans des secteurs où les voies est et ouest ne sont pas séparées physiquement. Les usagers de la route s’y croisent à grande vitesse.

L’accident le plus récent s’est produit entre une voiture et un semi-remorque, vendredi vers 10 h, dans le secteur de Lochaber.

La sergente Hélène Nepton, de la Sûreté du Québec (SQ) a confirmé qu’une personne a succombé à ses blessures après que l’une des voitures se soit retrouvée dans la voie opposée. 

Une autre collision frontale s’est produite à peine douze heures auparavant, sur l’autoroute 50.

Cinq personnes ont été blessées dans une collision frontale jeudi soir, près de la sortie de L’Ange-Gardien.

Deux de ces personnes ont été blessées grièvement.

La Sûreté du Québec et les paramédics ont été appelés vers 23 h, à la sortie de la route 309.

Tout comme à Lochaber, les voies est et ouest ne sont pas séparées à cet endroit.

On ignore pourquoi la minifourgonnette qui circulait vers l’ouest s’est soudainement retrouvée dans la voie est, percutant l’autre véhicule.

Le conducteur d’une troisième voiture, qui suivait derrière, a aussi été impliqué dans l’embardée.

L’alcool serait écarté, alors que la thèse privilégiée est la fatigue au volant.

Sécurisation « dans les prochains mois »

Le ministre responsable de l’Outaouais et député de Papineau, Mathieu Lacombe, reconnaît qu’il a des frissons lorsqu’il entend de telles nouvelles.

« J’emprunte souvent la 50 et je circule sur ce tronçon avec mes enfants. »

M. Lacombe maintient que le dossier de la sécurisation et de l’élargissement de l’autoroute est « au-dessus » de sa pile de dossiers de député de Papineau.

« Il y a aura une annonce dans les prochains mois quant à la sécurisation de l’autoroute », a répété le ministre, vendredi.

Cette annonce devrait contenir mesures de « sécurisation » des tronçons où les véhicules se frôlent, dans les deux directions.

En janvier dernier, le ministre des Transports François Bonardel confirmait au Droit que ces travaux consisteraient en l’aménagement de clôtures munies de câbles métalliques.

Les clôtures seraient composées des poteaux reliés par des fils de fer permettant de retenir des véhicules dans leurs voies lors d’embardées, et éviter des collisions frontales dans la voie inverse.

D’inspiration américaine, cette infrastructure doit séparer la chaussée, en attendant la réalisation de son élargissement à quatre voies.

Le ministre Lacombe a frappé à nouveau sur l’ancien gouvernement libéral, l’accusant d’avoir manqué de transparence et d’avoir « parlé à travers son chapeau » pendant la dernière campagne électorale.

À l’époque, le gouvernement sortant a promis le début des travaux d’agrandissement à quatre voies sur sept kilomètres dans le secteur Buckingham en 2020. « Il ne faut absolument pas se fier à cet échéancier », a dit le ministre Lacombe.

Le gouvernement Legault s’est toutefois engagé à fournir un échéancier et un budget complet pour le parachèvement à quatre voies de l’ensemble de l’autoroute 50, de Gatineau à Lachute, d’ici la fin de son mandat actuel.

« Mais pour ce tronçon (d’élargissement complet à quatre voies) de 66 km, on est au point zéro. Ça va être long », dit M. Lacombe.