Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Quelque 56 membres de la patrouille et de la direction du SPVG étaient placés en isolement préventif en milieu de semaine.
Quelque 56 membres de la patrouille et de la direction du SPVG étaient placés en isolement préventif en milieu de semaine.

Des policiers de Gatineau et d'Ottawa en isolement préventif

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Ce n’est pas parce que les effectifs du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) sont réduits en raison de la COVID-19 que la surveillance sera moindre dans les parcs au cours de la fin de semaine à venir, prévient-on chez le corps policier.

Quelque 56 membres de la patrouille et de la direction du SPVG étaient placés en isolement préventif en milieu de semaine après avoir été en contact plus ou moins rapproché avec de possibles cas.

Le nombre de policiers en isolement préventif fluctue au fil des jours, signale-t-on.

«Il n’y a pas d’impact opérationnel en ce moment. On a la flexibilité nécessaire pour assurer la sécurité sans problème», a précisé Mariane Leduc, porte-parole de la police de Gatineau.

Télétravail

La police de Gatineau compte quelque 395 policiers permanents et près de 85 agents temporaires.

«Tous les employés qui se retrouvent en isolement préventif et qui ont la capacité de faire du télétravail, comme les enquêteurs puisqu’ils peuvent rédiger des rapports, faire des recherches, faire des suivis et des appels aux victimes, ils poursuivent leur travail de la maison jusqu’à ce qu’ils aient l’autorisation de revenir en personne», a continué Mme Leduc, tout en ajoutant que le plan de contingence n’a pas été activé.

Le SPVG n’a cependant pas voulu dire combien de policiers sont atteints par la maladie respiratoire contagieuse, mais que ce nombre est minime.

Mariane Leduc, porte-parole de la police de Gatineau

À Ottawa

Du côté de la capitale, le Service de police d’Ottawa (SPO) dit lui aussi avoir des agents en isolement, sans toutefois en préciser le nombre.

«Comme bien d'autres employeurs, certains de nos membres ont dû parfois s'isoler pour les mêmes raisons que des membres du public ont dû s'isoler – voyages, tests positifs, contact, dans le cadre de leurs fonctions policières avec des personnes déclarées positives pour la COVID», a indiqué l’agent Martin Dompierre.

«Il convient de noter que nous avons su gérer les absences du travail sans que soit affectée la prestation de services de première ligne à la collectivité», a-t-il ajouté, tout en précisant que la plupart des membres du SPO ont reçu leur première dose de vaccin.

Parcs

Concernant les rassemblements dans les parcs municipaux à Gatineau et l’application des règlements sanitaires pour aider à contrer la propagation du virus, la direction du SPVG assure qu’elle sera aux aguets.

«Ça ne joue pas sur notre capacité d’avoir notre présence sur le terrain. On a les mêmes effectifs, et si on a besoin de mettre des effectifs supplémentaires, on est capable aussi. Ça ne change rien sur notre présence policière et notre capacité à patrouiller dans les parcs ou appliquer les lois et règlements», a indiqué Mme Leduc.