René Samson-Von Richter a exhibé les lames aux agents de la paix, une fois rendu au sous-sol du palais de justice, où les détenus attendent de comparaître aux étages supérieurs.

Des lames dans la bouche

Après avoir plaidé coupable d’un double homicide sur un couple d’Aylmer, l’année dernière, René Samson-Von Richter a pris soin de se mettre trois lames de rasoir dans la bouche.

Le but avoué de ce stratagème était de les montrer aux agents correctionnels qui assuraient son transfert de la prison vers le palais de justice de Gatineau.

Le matin du 25 octobre 2017, René Samson-Von Richter, alors âgé de 26 ans, s’apprêtait à vider son sac, dans le cadre du procès de celui qui était accusé d’avoir commandité les homicides, Ronald Brazeau.

Avant d’arriver au palais de justice, ce matin d’octobre 2017, le jeune homme s’était mis trois lames en bouche.

Il les a exhibés aux agents de la paix, une fois rendu au sous-sol du palais de justice, où les détenus attendent de comparaître aux étages supérieurs.

Pour ne pas se blesser, René Samson-Von Richter avait emballé les lames dans une pellicule plastique.

Les agents correctionnels ont saisi le matériel, et transporté le prévenu dans la salle d’audience, afin de ne pas retarder les procédures déjà entamées.

Des accusations d’intimidation et de menaces envers des agents de la paix ont été déposées plus tard.

M. Samson-Von Richter a plaidé coupable sur le chef d'intimidation, mercredi, alors que le chef de menaces a été retiré.

Il s’est opposé, en vain, à une ordonnance du tribunal selon laquelle il devra fournir un échantillon de son ADN aux autorités.

Il a reçu une sentence de trois ans de pénitencier, peine qu’il purge de façon concurrente à celle de prison à vie pour le meurtre de Travis Votour.

René Samson-Von Richter a plaidé coupable, en 2017, sur le chef d’homicide involontaire d’Amanda Trottier, et du chef plus grave de meurtre sans préméditation de Travis Votour. Sa conjointe, Sonia Vilon, a plaidé coupable sur deux chefs d’homicide involontaire.

Le couple Votour-Trottier a été abattu par balles dans leur appartement de la rue Terrasse-Eardley en janvier 2014.

Ronald Brazeau a demandé à René Samson-Von Richter d’aller donner une « drette » à Votour pour se venger d’un vol de drogue. L’affaire a mal tourné et des coups de feu ont été tirés.

Le commanditaire a déjà plaidé coupable à un chef d’homicide involontaire de Travis Votour. Il rejette toutefois sa responsabilité dans le décès de Mme Trottier, affaire pour laquelle il est en attente d’un verdict.