Le siège de la nouvelle équipe, qui sera chapeautée par le SPVM, sera à Montréal, mais celle-ci aura aussi des bureaux à Québec et Gatineau.

Des jeunes femmes influencées par la «culture pimp»

Leur histoire a fait le tour du pays. Trois adolescentes qui se transforment en proxénètes, et qui forcent des filles de leur âge à se prostituer aux mains d'adultes trois fois plus vieux qu'elles. Elles ont drogué et forcé des ados de 13 à 17 ans à monter dans des voitures et à se rendre dans des appartements glauques pour vendre leur corps. Selon Elise Wohlbold, chargée du projet imPACT Ottawa, ce trio n'a pas agi sous la pression d'adultes se cachant derrière elles pour échapper à la justice. Elles auraient été influencées par la «culture pimp».
Mme Wohlbold faisait partie des panélistes invités par des étudiants de droit civil de l'Université d'Ottawa et leur journal, Flagrant Délit, pour une conférence sur la traite de personnes.
Croyez-vous que des adultes avaient de l'emprise sur elles et les utilisaient comme marionnettes?, lui a-t-on demandé. «Non. Je ne pense pas qu'il y ait de patrons derrière elles. Ce sont des ados qui s'en sont pris à des ados de leur propre chef.»
Mais pourquoi en vient-on à faire de la traite de personnes à 15 ans? «Je pense que la culture de gang et ce qui est véhiculé dans les médias influencent beaucoup les adolescents. La culture pimp, c'est très cool. Les voitures de luxe, le glamour, l'argent. Lorsqu'on voit des artistes comme Kanye West apparaître en proxénète, cela joue pour beaucoup dans la tête des ados.»
Quelques dossiers de traite de personnes ont fait les manchettes ces dernières années. La population est-elle mieux informée aujourd'hui? «Non. Les gens ne connaissent pas le problème. La plupart pensent que ces choses ne se déroulent qu'en Europe de l'Est ou en Asie. Cela se produit dans la région, peut-être à côté de chez vous. Plus on en parle, mieux c'est.»
Les adolescentes proxénètes sont aujourd'hui âgées de 16 à 18 ans. Elles ont été arrêtées en juin 2012 à Ottawa. Le recrutement se faisait sur Facebook.