Le brasier a ravagé le 659, rue Auguste-Mondoux, vers 22h30, lundi soir.

Des dizaines de bêtes périssent dans l'incendie de la SPCA à Aylmer

Une quarantaine d’animaux a péri dans l’incendie de l’immeuble abritant la Société pour la prévention de la cruauté aux animaux (SPCA) de l’ouest du Québec, dans le secteur Aylmer.

Le brasier a ravagé le 659, rue Auguste-Mondoux, vers 22 h 30, lundi soir.

L’organisme indépendant, qui n’est pas relié à la SPCA de l’Outaouais, a perdu tous les animaux qu’il abritait, à l’exception d’une douzaine de chiens.

Les chiens ont été secourus par les pompiers, qui n’ont pu sauver davantage d’animaux de compagnie.

« Malgré la violence des flammes, les pompiers ont réussi à secourir 12 chiens, indique le chef aux opérations des pompiers de Gatineau, Guy Dagenais. Un effondrement de la structure a forcé les pompiers à évacuer d’urgence le bâtiment. Un nombre indéterminé de bêtes ont malheureusement péri. »

Sur les réseaux sociaux, des bénévoles ont affirmé qu’une quarantaine de petites bêtes étaient mortes.

Plusieurs appels au 9-1-1 ont été composés par des témoins.

La trentaine de pompiers a été confrontée, dès son arrivée, à un incendie qui ravageait tout le bâtiment.

Personne n’a été blessé.

Les dommages sont évalués à un demi-million de dollars.

Une enquête du service des incendies a été ouverte pour déterminer la cause du brasier, qui ne serait pas d’origine criminelle.

Le brasier pourrait avoir pris naissance lorsque le courant électrique est revenu dans le secteur, après une panne de quelques heures.

Il n’a pas été possible de parler à la directrice Carol Wright, mardi.

Toutefois, la directrice de la SPCA de l’Outaouais, situé dans l’est de Gatineau, a précisé que son équipe avait accueilli six des douze chiens sauvés des flammes, dans ses installations.

« La SPCA de l’Outaouais et la SPCA de l’ouest du Québec ne sont pas associées et sont indépendantes l’une de l’autre avec du personnel différent, des missions différentes ainsi que des protocoles et façons de faire différentes », a précisé sur Facebook, France Dubois, de la SPCA de l’Outaouais.