Le Gatinois s’est emparé de photos d’un homme de belle apparence sur Facebook pour attirer l’œil de jolies filles.

Derrière le beau jeune homme, le présumé pédophile

Derrière des photos de beau jeune homme musclé, Stéphane Labye a attiré l’attention d’au moins huit femmes, à la recherche du prince charmant. Enfin, elles «croyaient» au prince charmant, jusqu’à ce qu’il leur demande des photos de leur enfant nu.

Le stratagème est allé loin. Selon le procureur de la Couronne, Me Simon Pelletier, le Gatinois s’est emparé de photos d’un homme de belle apparence sur Facebook pour attirer l’œil de jolies filles.

Ces photos ont servi à fabriquer plusieurs profils sur l’application Badoo, qui compte plus de 300 millions d’utilisateurs dans le monde. Ses victimes sont de la région de Montréal et de l’Outaouais.

Selon un enquêteur de la Sûreté du Québec, qui a témoigné lors de l’enquête sur remise en liberté, à Gatineau, le suspect a conduit les femmes à parler de leur enfant, pour ensuite tenter le coup.

À chaque fois, Stéphane Labye demandait des photos des enfants nus, en posant des questions pour le moins explicites et vulgaires aux femmes.

L’une d’elles a retrouvé le beau jeune homme sur Facebook. Il s’agissait en fait du «vrai» jeune homme, qui n’avait rien à voir avec cette affaire, et qui s’était fait voler une partie de son identité. Le jeune homme a évidemment reçu des insultes et de solides mises en garde, mais sans rien comprendre à toute cette affaire.

Stéphane Labye

Stéphane Labye est accusé d’avoir tenté d’obtenir du matériel pornographique juvénile et d’avoir produit un tel matériel.

Son avocat, Me Marino Mendo, a dit trouver la preuve bien faible, jeudi, devant le juge Mark Philippe. «Il n’y a aucune photo, seulement des propos portant sur les enfants.»

Me Pelletier a rappelé que la production de matériel juvénile pouvait passer par l’écriture, et tout ce qui permet de décrire une situation d’exploitation sexuelle d’un enfant.»

Le juge Philippe a décidé, vendredi, de garder l’individu en détention préventive.