C'est dans ce logement de la rue Bégin à Gatineau que les policiers du SPVG ont découvert le corps de deux adultes. Ils ont eu la surprise de trouver également un bambin de 3 ans, toujours en vie.

Couple mort sur la rue Bégin : le bambin seul pendant quatre jours

L'enfant secouru à Gatineau, en février dernier, a été laissé à lui-même pendant quatre jours, tout près de sa mère et de son ex, morts d'une surdose de fentanyl.
C'est ce que révèle le rapport du coroner Pierre Bourrassa au terme de son enquête sur cette triste affaire qui a ébranlé la région, l'hiver dernier.
Selon le coroner, la mère, Amélie-Audrey Gauthier-Matte, et son ex, Christopher Lecouvie, étaient décédés depuis le 23 février, dans leur appartement de la rue Bégin, dans le secteur Hull.
Peu avant 16 h, le 27 février, « une voisine est venue vérifier l'état de la locataire, car l'enfant, un bambin de trois ans, jetait des jouets par la fenêtre », résume le coroner.
Selon le Dr Bourassa, les deux toxicomanes, dont les dépouilles étaient « dans un état de putréfaction avancée », étaient enlacées dans le lit de la chambre principale.
Les analyses ont révélé la présence de fentanyl, d'ecstasy de métamphétamine dans le sang des deux adultes.
Les victimes sont décédées « d'apnée, d'arrêt respiratoire, consécutivement à une intoxication au fentanyl », confirme le coroner.
Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) avait été appelé à intervenir dans l'appartement 3 du 73, rue Bégin, à deux pas de l'Université du Québec en Outaouais (UQO).
La thèse criminelle a été écartée dans ces deux décès, avait alors mentionné le SPVG. On croyait déjà à une surdose.
Il n'y avait pas de trace de violence sur les victimes ni dans le logement. 
M. Lecouvie avait 32 ans et la jeune femme en avait 21.
L'enfant de trois ans a été confié à la Direction de la protection de la jeunesse.
Le couple avait vécu un conflit deux mois auparavant. Une ordonnance de la cour avait même interdit à M. Lecouvie d'approcher la femme et son lieu de résidence. 
Les deux avaient repris contact et consommaient de la drogue ensemble.
Plusieurs accessoires servant à la consommation de drogue ont été trouvés dans la résidence de la jeune femme.
Selon des documents judiciaires, M. Lecouvie, 32 ans, a comparu au début de mois de janvier 2016 pour des chefs d'accusation de voies de fait, de menaces de mort, et de méfaits sur un téléphone cellulaire et sur une porte de salle de bain.