Le procès du massothérapeute Otman Bahmed a pris fin au palais de justice Gatineau. Il connaîtra sa sentence le 12 avril.

Coupable d’agression sexuelle

Un ex-massothérapeute a été reconnu coupable d’agression sexuelle mercredi au palais de justice de Gatineau.

Otman Bahmed, 48 ans, d’Ottawa, avait subi son procès en novembre 2017 concernant des attouchements inappropriés sur une cliente d’un spa, à Gatineau, en avril 2015.

La victime avait déclaré devant le tribunal que M. Bahmed avait tenu des propos dérangeants et touché ses parties intimes alors qu’elle était étendue sur la table de massage.

La femme avait révélé que le massothérapeute lui avait massé les pectoraux pour descendre sur les seins. Il a ensuite massé les jambes pour remonter aux parties génitales.

En rendant son verdict, le juge Mark Philippe de la Cour du Québec a précisé que M. Bahmed, qui a été congédié immédiatement après l’événement, a choisi de quitter cette carrière pour aller travailler dans une pizzeria.

Bahmed a nié s’être livré à des attouchements de nature sexuelle sur la cliente. Le magistrat a indiqué en prononçant son verdict ne pas avoir cru l’accusé en raison de témoignages contradictoires. En contrepartie, il a précisé que la victime « a offert un témoignage sincère et crédible ».

« Il (M. Bahmed) n’avait aucune raison de ne pas se souvenir de cet événement particulier. Malgré tout, quand il rencontre les policiers, il admet ne pas avoir de souvenirs de ce massage ni de la cliente. Notons que la preuve révèle que l’accusé avait peu de clientes à cette époque. Or, lorsqu’il témoigne deux ans et demi après l’événement, il donne une description très détaillée du déroulement du massage. Il témoigne avec une grande précision. Il explique que ses souvenirs sont revenus instantanément lorsqu’il a vu la victime. Cette explication est invraisemblable », a expliqué le juge Philippe.

« De plus, si l’événement ne s’était pas produit, comment expliquer qu’il laisse tout tomber de sa carrière de masseur. N’oublions pas qu’il a investi des sommes importantes, près de 12 000 $, et plusieurs mois de formation », a continué le magistrat.

Bahmed connaîtra sa sentence le 12 avril.