Daniel Lefebvre

Cinq ans pour avoir tué son bambin

La juge Rosemarie Millar a entériné la proposition commune de cinq ans de pénitencier à imposer à Daniel Lefebvre, pour l'homicide involontaire de son bébé en juillet 2015.
Le père avait 25 ans lorsqu'il a secoué et battu son enfant de deux mois, sous le coup de la rage et devant son impuissance à le faire cesser de pleurer, à son ancienne résidence de Thurso.
La défense et la Couronne avaient proposé cette peine de façon conjointe, lundi dernier, alors que l'accusé a plaidé coupable.
La juge Millar, qui a pris le dossier en délibéré, a rendu sa décision vendredi.
Selon les faits reconnus par le ministère public et l'accusé, ce dernier a, « dans un élan d'impatience et de frustration », secoué sa fille en pleurs, le 15 juillet 2015. La petite victime est décédée à l'hôpital quelques jours plus tard, des suites de lésions au cerveau. Lorsqu'il a constaté l'état inquiétant de sa fille, dans les minutes suivant le drame, le père avait immédiatement prévenu la mère, et composé le 9-1-1.
Le père a démontré une détresse et des remords à la suite de ce décès. La juge a retenu l'état de vulnérabilité de la victime, parmi les facteurs aggravants.
M. Lefebvre était en liberté provisoire en attendant de connaître son sort. Il a pris le chemin des cellules, vendredi, au palais de justice de Gatineau.