Non, «ne pas connaître la signalisation de l'autre province» n'est pas une excuse valable lorsqu'on est attrapé pour excès de vitesse.

Chronique d'un échec annoncé

Bien essayé. Nice try.
La police de Gatineau a fait un clin d'oeil à un automobiliste qui a tenté d'éviter une contravention, prétextant ne pas connaître la signalisation routière.
Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a raconté l'anecdote sur sa page Facebook, mercredi.
« Dans la catégorie "Histoire vraie" », débute le SPVG, sourire en coin.
Le SPVG raconte qu'un de ses agents qui participait à une opération de sécurité routière, lundi dernier, s'est fait répondre par un contrevenant qu'il venait de l'Ontario, et qu'il ne connaissait pas la signalisation du Québec.
« Hmmm... bien essayé, lance le SPVG, sur sa page Facebook. Mais nous sommes un peu sceptiques. »
Pour démontrer le ridicule de la chose, le SPVG a comparé le panneau de signalisation au centre de l'histoire, et ceux qui imposent la même loi, en Ontario.