Un des sites de production de cannabis illégal visité par la PPO.
Un des sites de production de cannabis illégal visité par la PPO.

Cannabis illégal: grosses récoltes en Ontario

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
La culture du cannabis illégal est en bonne santé en Ontario, si on se fie aux saisies effectuées par la police au cours des trois derniers mois et demi.

Dans ses arguments pour justifier la légalisation de la marijuana à des fins récréatives au Canada, Justin Trudeau prétendait notamment que de légitimiser la vente du cannabis allait mener la vie dure au crime organisé.

Or, les données publiées jeudi par la police provinciale de l’Ontario (PPO) indiquent que les acteurs du marché noir dans la province sont toujours bien occupés à faire pousser et à vendre de la marijuana illicite.

Pas moins de 122 000 plantes de cannabis illégal ont été saisies en Ontario du 1er juillet au 15 octobre, a indiqué jeudi le corps de police. 

La valeur totale de la marchandise sur le marché noir est évaluée à plus de 143 millions $. À titre comparatif, ce chiffre équivaut à 45 % des ventes totales de la Société québécoise du cannabis (SQDC) pour l’année fiscale 2019-2020.


« Le crime organisé est fermement ancré dans la production, la distribution et la vente du cannabis illégal. »
Jim Walker, inspecteur de la PPO

Plus de 325 accusations

Cinquante-deux perquisitions ont été effectuées dans les régions Est, Ouest et Centrale de la province. Celles-ci ont mené à l’arrestation de 195 individus. Pas moins de 36 armes à feu ont été saisies lors des raids en plus de 76 337 $ en argent et des produits de la criminalité évalués à près de 515 000 $.

Plusieurs groupes criminalisés ont été démantelés lors de ces perquisitions. 

Dans un site visité par la police au mois d’août dans le comté de Stone Mills, au nord-ouest de Kingston, pas moins de 7100 plantes ont été saisies et treize personnes avaient été arrêtées.

La PPO a d’ailleurs indiqué avoir déposé 327 accusations, commençant par la possession de cannabis dans le but d’en faire le trafic jusqu’à l’entreposage d’une arme à feu de manière négligente.

«Le crime organisé est fermement ancré dans la production, la distribution et la vente du cannabis illégal», a indiqué dans un communiqué l’inspecteur Jim Walker, du Bureau de la répression du crime organisé de la PPO.

«Des préoccupations concernant la sécurité du public et de la contamination de l’environnement jusqu’au trafic de personnes, les impacts qu’ont ces larges sites criminels de production de marijuana illégale sur nos communautés ne peuvent être sous-estimés», a continué le policier.

La vente de cannabis à des fins récréatives est légale au Canada depuis deux ans maintenant. Santé Canada est responsable de délivrer les permis pour la culture, la transformation et la vente de la marijuana en vertu du Règlement sur le cannabis.