Sara-Maude Ravenelle et sa famille pourront conserver leur cochon dans leur condo de Montréal.

Babe le cochon pourra finalement rester dans son condo de Montréal

MONTRÉAL - Babe le cochon peut dormir en paix. L’animal domestique de 27 kilos ne sera finalement pas expulsé du condo de l’est de Montréal qu’il partage avec ses maîtres et leur fillette de 11 mois.

Mario Ramos et sa femme, Sara-Maude Ravenelle, ont poussé un soupir de soulagement en apprenant la nouvelle, lundi, lors d’une visite du maire de l’arrondissement de Mercier-Hochelaga-Maisonneuve, Pierre Lessard-Blais.

Le couple a failli perdre son animal de compagnie en raison d’une plainte déposée par un voisin. La Ville de Montréal avait alors diffusé un avertissement pour rappeler aux citoyens que les micro-cochons n’étaient pas dans la liste d’animaux permis.

L’avis indiquait que les maîtres de Babe avaient 15 jours pour se conformer au règlement municipal, sans quoi ils devraient payer une amende.

Le maire Lessard-Blais leur a toutefois annoncé lundi que les propriétaires actuels de micro-cochons pouvaient garder leur animal.

La Ville ne veut pas que les résidants qui possèdent déjà ces animaux aient à s’en débarrasser, selon M. Ramos.

«Il y a deux éleveuses au Québec et l’information qu’on nous a donnée, c’est qu’elles en avaient vendu à peu près 50 à des propriétaires de Montréal», a-t-il indiqué.

Lundi soir, Pierre Lessard-Blais a partagé une photo sur sa page Facebook, le montrant en train de flatter Babe sur un sofa. On peut aussi voir sur la photo Mme Ravenelle, ainsi que Craig Sauvé, le conseiller municipal responsable du contrôle des animaux.

Plusieurs personnes ont salué cette décision de la municipalité, certains soulignant que Babe est «très doux et très intelligent».

La bête passe ses journées à dormir, à se promener en laisse avec ses maîtres ou à arpenter le condo où il vit avec trois chats.

Une clause de droits acquis ?

M. Ramos s’est aussi fait dire que la municipalité travaillait sur un nouveau règlement municipal, dont les détails seront annoncés dans les prochaines semaines.

Il n’est toutefois pas certain que la Ville permettra l’adoption des micro-cochons, selon M. Ramos - il s’agira peut-être seulement d’une clause «grand-père», de droits acquis.

Le règlement existant avait été adopté sous l’ancienne administration du maire Denis Coderre.

Dans un courriel transmis à La Presse canadienne lundi, la Ville de Montréal a déclaré qu’elle rédigeait le règlement avec le département juridique pour déterminer les détails de sa politique sur les micro-cochons.

Les Montréalais qui en possèdent déjà ont le droit de les garder, mais ils doivent s’inscrire dès maintenant auprès de la municipalité, a-t-on ajouté.

Plusieurs villes canadiennes, dont Toronto, Winnipeg et Vancouver, interdisent de domestiquer ces animaux.

Certains propriétaires sont même allés devant les tribunaux pour faire valoir leurs droits. En 2015, une famille albertaine avait dû se départir de son cochon Eli, après qu’un juge eut validé un règlement de la région qui considérait l’animal comme du bétail.

La directrice du groupe de défense des animaux SPCA Montréal a récemment dit que les cochons ne sont généralement pas indiqués pour la domestication.

«Ils sont extrêmement intelligents, extrêmement demandants, et ils nécessitent certainement plus de temps, d’énergie et d’engagement que les chiens et les chats», a affirmé Alanna Devine.