Appel 911 à Ottawa: l’homme veut entendre l’enregistrement complet

Un homme noir d’Ottawa veut entendre l’enregistrement complet d’un appel au 911 passé à son sujet par une femme blanche, après que la police a présenté des excuses pour son rôle dans l’incident.

L’homme de 21 ans, Ntwali Bashizi, a expliqué qu’il faisait une pause de vélo sur un pont dans un parc de la ville lundi lorsque la femme s’est approchée de lui et lui a demandé de descendre afin qu’elle puisse le contourner de loin.

Il raconte avoir dit à la femme qu’elle pouvait passer sans problème parce que le pont était à peu près aussi large que le reste du sentier, mais qu’il lui a aussi dit qu’elle pouvait attendre qu’il ait fini de se reposer si elle le désirait.

M. Bashizi dit qu’il a commencé à enregistrer l’incident quand la femme a commencé à le prendre en photo et qu’elle a appelé quelqu’un sur son téléphone.

Une vidéo de l’incident publiée sur Twitter cette semaine montre la femme qui passe devant M. Bashizi sur le pont tout en le décrivant au téléphone à un opérateur du 911.

Dans la vidéo, publiée par le frère aîné de M. Bashizi, la femme fait l’appel en mains libres et on entend le préposé du 911 interpeler M. Bashizi.

«Monsieur, c’est la police d’Ottawa. Ai-je vraiment besoin d’envoyer un policier juste pour que vous laissiez passer cette fille?», demande l’opérateur dans la vidéo.

«Je ne l’empêche pas de passer», répond M. Bashizi avant d’être interrompu.

«Vous l’intimidez, monsieur, d’accord, pouvez-vous simplement rester sur le côté?» dit l’opérateur, ce que M. Bashizi répond qu’il fait déjà.


« Je veux juste comprendre, ou je veux qu’elle me dise ce que je faisais de si menaçant. Pourquoi a-t-elle permis à d’autres personnes de passer près d’elle mais elle ne pouvait pas marcher près de moi? »
Ntwali Bashizi

M. Bashizi reste à distance de la femme tout au long de la vidéo et elle finit par s’éloigner tout en restant au téléphone.

Jeudi, la police a répondu à la vidéo en disant qu’elle avait parlé à l’homme qui l’avait publiée pour lui présenter des «excuses complètes et sans réserve».

«Nous examinons attentivement cet incident, a écrit la police sur Twitter. À ce stade, il est clair que ce n’était pas une utilisation appropriée du système 911 et le service n’a pas agi de manière appropriée dans le traitement de l’appel.»

M. Bashizi a déclaré qu’il aimerait voir la femme identifiée et inculpée de tout crime applicable, bien que la police ait déclaré qu’elle n’avait pas pour l’instant porté d’accusation.

La Presse Canadienne n’a pas pu identifier la femme impliquée.

«Je veux honnêtement savoir ce qui se passait dans sa tête à l’époque», a déclaré M. Bashizi lors d’un entretien, ajoutant que la femme avait visiblement peur, bien qu’il maintienne ne pas l’avoir approchée tout au long de l’interaction.

«Je veux juste comprendre, ou je veux qu’elle me dise ce que je faisais de si menaçant. Pourquoi a-t-elle permis à d’autres personnes de passer près d’elle mais elle ne pouvait pas marcher près de moi?»

Le frère de M. Bashizi, Joakim Bashizi, estime que l’incident est un exemple de préjugés raciaux au Canada.

Les deux hommes disent que la police les a invités à visiter le commissariat, où Ntwali compte demander l’audio complet de l’appel au 911.