Le programme d’amnistie qui a lieu tout au long du mois d’avril est une occasion pour les résidents de la région d’Ottawa et d’ailleurs en Ontario de se déposséder en toute sécurité d’armes à feu.

Amnistie pour les armes à feu

Le Service de police d’Ottawa (SPO) offre son soutien au programme Amnistie fusil 2018 de la police provinciale de l’Ontario qui a pour objectif de permettre aux citoyens de se départir d’armes à feu dont ils ne veulent plus.

Le programme d’amnistie qui a lieu tout au long du mois d’avril est une occasion pour les résidents de la région d’Ottawa et d’ailleurs en Ontario de se déposséder en toute sécurité d’armes à feu, et d’aider à prévenir qu’elles tombent entre les mains de criminels après avoir été volées lors d’introductions par effraction dans les résidences, ont fait savoir les deux corps policiers.

« Pendant l’amnistie, les résidents pourront se débarrasser facilement, en toute sécurité et sans crainte d’être poursuivis, des armes à feu, des munitions et des autres armes dont ils ne veulent plus, qu’ils n’ont pas le droit de posséder ou qui ne sont pas enregistrées », a précisé la police provinciale de l’Ontario.

Le SPO demande aux citoyens de ne pas apporter leur arme à feu dans un poste de police. Il précise que les personnes qui veulent céder leur arme l’entreposent dans un lieu sûr, appellent la police, et un agent sera assigné à leur dossier. Le policier se rendra à la résidence pour récupérer la pièce qui sera ensuite supprimée. À Ottawa, le numéro de téléphone est le 613-236-1222, poste 7300.

Par ailleurs, Échec au crime continue d’offrir jusqu’à la fin avril une récompense maximale de 2000 $ à toute personne qui lui fournira des renseignements conduisant à la saisie d’armes à feu illégales. Le programme est en vigueur depuis le début de février. 

L’organisation, dont la raison d’être repose sur l’anonymat pour l’obtention de renseignements permettant de résoudre des crimes, refuse toutefois d’indiquer combien d’armes elle aurait recueillies grâce à son programme.

« Je ne peux donner de détails sauf pour vous dire que le programme connaît du succès, et que nous continuons d’encourager le public à rapporter toute information sur les armes illégales liées au crime dans notre communauté », a précisé Richard McMullen, président d’Échec au crime de la région d’Ottawa.