Eric Post fait maintenant face à 11 nouvelles accusations, par rapport à trois autres de ses victimes présumées, entre autres pour abus de confiance, harcèlement criminel et voies de fait armée.

Agression sexuelle: nouvelles accusations pour un policier d'Ottawa

Un agent du Service de police d’Ottawa, déjà accusé d’une vingtaine de délits, y compris d’agression sexuelle, fait maintenant face à de nouveaux chefs d’accusation.

Le corps policier de la capitale avait déposé la semaine dernière pas moins de 21 accusations contre Eric Post, alléguant qu’il avait fait quatre victimes.

Parmi les chefs d’accusation initialement portés contre lui figurent deux chefs d’agression sexuelle, deux chefs de séquestration, cinq chefs de voie de fait et un chef de braquage d’arme à feu.

Le policier fait maintenant face à 11 nouvelles accusations, par rapport à trois autres de ses victimes présumées, pour abus de confiance, harcèlement criminel et voies de fait armées, entre autres.

Le Service police d’Ottawa dit poursuivre son enquête sur l’homme âgé de 47 ans et n’exclut pas la possibilité que d’autres femmes se manifestent.

Un avocat représentant M. Post n’a pas pu être joint pour réagir à ces nouvelles accusations.

L’affaire avait incité le chef de police à publier un communiqué dans lequel il reconnaissait son potentiel impact sur la collectivité.

Il avait alors qualifié la situation de « troublante », mais le corps policier se fait depuis avare de commentaires, refusant de préciser le moment où l’enquête a été ouverte, la date à laquelle remontent les allégations ou la nature du lien entre M. Post et les plaignantes.

Ce dernier a été suspendu en juin, et la police indique qu’il le demeurera jusqu’à nouvel ordre.

L’Unité des enquêtes spéciales de l’Ontario (UES) dit avoir été informée des allégations envers cet agent en août, mais avoir laissé l’enquête entre les mains de l’unité locale spécialisée en agressions sexuelles et en violence faite aux enfants.

Les nouvelles allégations contre M. Post ont fait surface alors que l’UES a porté des accusations contre un autre policier ottavien dans une affaire distincte.

Le sergent Aasim Ansari fait face à des accusations d’agression sexuelle et d’abus de confiance.

Les allégations contre lui entourent des événements survenus au mois d’octobre dernier, indique l’UES.