Le 19 octobre 2015, Christine MacNeil a été abattue dans une chambre du 4e étage du Four Points Sheraton, sur la rue Laurier, dans le Vieux-Hull.
Le 19 octobre 2015, Christine MacNeil a été abattue dans une chambre du 4e étage du Four Points Sheraton, sur la rue Laurier, dans le Vieux-Hull.

Acquitté du meurtre de son ex-conjointe

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Cinq ans plus tard et au terme d’un deuxième procès, un homme d’Ottawa a été acquitté du meurtre de son ex-conjointe survenu dans un hôtel du Vieux-Hull en 2015. 

La saga judiciaire entourant le meurtre de Christine MacNeil a connu un nouveau chapitre, vendredi, au palais de justice de Gatineau.

Le juge François Dadour a acquitté Emilio Spezzano, 58 ans, du chef de meurtre avec préméditation qui pesait sur lui.

Le 19 octobre 2015, Christine MacNeil, une escorte de 25 ans, a été abattue dans une chambre du 4e étage du Four Points Sheraton, sur la rue Laurier, dans le Vieux-Hull.

La victime, Christine MacNeil

Selon la Couronne, M. Spezzano a commandité ce meurtre, et son ami Blake Dooley a exécuté la sale besogne. M. Dooley a été déclaré coupable de meurtre avec préméditation le 22 novembre 2018.

M. Dooley aurait simulé une demande de services sexuels sous une fausse identité. En ouvrant la porte, il a abattu la victime et pris la fuite.

Au départ, MM Dolley et Spezzano subissaient un procès commun. Emilio Spezzano a d’abord obtenu un procès séparé, avant d’obtenir l’aval de la juge Mandeville pour la tenue d’une deuxième audience.

Ce deuxième procès devait se dérouler devant jury au printemps dernier, mais la crise sanitaire a forcé les tribunaux à s’adapter. Le deuxième procès s’est exceptionnellement déroulé devant juge seul.

La saga judiciaire entourant le meurtre de Christine MacNeil a connu un nouveau chapitre, vendredi, au palais de justice de Gatineau.

La preuve de la Couronne visant Emilio Spezzano était principalement circonstancielle. Selon la défense, d’autres hommes ont pu en vouloir à la victime. Un autre individu aurait même déclaré à de tierces personnes qu’il voulait s’en prendre à cette dernière. L’un d’eux, qui n’a pas été accusé, aurait même déclaré ses intentions de tuer Mme MacNeil.

Le magistrat en est venu à cet acquittement après plus de 150 pages d’explications, de jurisprudence et d’analyse de la cause.

«Je conserve un doute raisonnable concernant la faute directe ou le mens rea (l’intention coupable) en tant que participant secondaire d’un meurtre planifié et délibéré de Mme MacNeil. J’arrive à cette conclusion en me fondant sur tous les éléments de preuve circonstanciels présentés.»

Pour obtenir un verdict de culpabilité, la Couronne doit établir les deux éléments de l’infraction (actus reus - la commission d’un acte illégal - et mens rea) hors de tout doute raisonnable.

Selon le magistrat, la théorie voulant que M. Dooley ait agi seul est non seulement possible, mais aussi «plausible et raisonnable». Le motif de Spezzano de vouloir la mort de la jeune femme était par ailleurs «assez faible», même si Mme MacNeil et M. Spezzano n’étaient plus ensemble depuis un mois avant le meurtre.

La Couronne a 30 jours pour décider si elle désire ou non s’adresser à la Cour d’appel pour contester cette décision.