Accusé d’avoir tenté d’étrangler une femme avec la patte d’un ventilateur

TROIS-RIVIÈRES — Christophe Laliberté-Béliveau, cet homme de 35 ans de Nicolet qui avait arraché un bout de doigt à un homme lors d’une altercation en 2015, est de retour devant le tribunal.

Christophe Laliberté-Béliveau de nouveau arrêté

Cette fois-ci, il aurait tenté d’étrangler une femme en utilisant la patte d’un ventilateur. Les événements seraient survenus vers 18 h 30 mercredi soir à Nicolet. Les policiers de la Sûreté du Québec se sont rendus sur place après avoir reçu un appel concernant un individu en crise. Ils l’ont arrêté et conduit au poste de police.

Il a comparu jeudi matin, au palais de justice, où il a été formellement accusé de voies de fait, d’agression armée et de bris de probation. Il avait notamment l’obligation de demeurer chez sa mère, ce qu’il n’aurait pas fait.

Vu ses nombreux antécédents judiciaires, la Couronne s’est objectée à sa remise en liberté. Son avocat, Me Louis R. Lupien, a demandé à reporter la cause à ce vendredi pour une éventuelle enquête sur caution.

Rappelons que Christophe Laliberté-Béliveau avait été condamné en 2017 à 22 mois de prison pour des voies de fait graves. Il devait ensuite se soumettre à une probation pendant trois ans, dont 18 mois avec suivi.

Le 1er juin 2015 à Nicolet, il avait été impliqué dans une altercation avec le conjoint d’une ancienne copine. Il s’était présenté à deux reprises au cours de la nuit au domicile de la dame. À sa deuxième visite, l’autre homme lui avait demandé de quitter les lieux, ce qui avait déclenché une bousculade. Christophe Laliberté-Béliveau avait alors mordu le doigt de son rival au point de lui sectionner la moitié de la première phalange pour ensuite cracher le morceau au sol.

Lors du procès, Laliberté-Béliveau avait plaidé une défense de réflexe et de légitime défense, en soutenant que la victime avait tenté de l’étrangler en pressant sa main sur son cou et son visage. Or, le juge n’avait pas retenu sa version.