L'agent Liban Farah

Accusations de voies de fait pour un policier d'Ottawa

Un policier d’Ottawa est accusé d’avoir blessé grièvement un homme dans la vingtaine en mai 2018.

L’Unité des enquêtes spéciales (UES) croit que le policier, Liban Farah, a commis un geste criminel.

Les gestes reprochés se sont produits lors de l’arrestation d’un homme de 24 ans, le 9 mai 2018.

« L’agent patrouillait en uniforme dans le secteur du marché By, à Ottawa », selon le directeur intérimaire de l’UES, Joseph Martino. 

« Vers 2 heures du matin, l’agent a eu une confrontation avec un homme de 24 ans. L’homme a été arrêté puis conduit à l’hôpital où il a été constaté qu’il avait une blessure grave. »

L’agent Farah est accusé de voies de fait et d’entrave à la justice.

Il comparaîtra au palais de justice d’Ottawa le 3 septembre.

Reconnaissance

L’agent Farah a a été mis en nomination en 2018 par l’Association des policiers de l’Ontario (APO), pour un avoir posé un geste de bravoure lors d’une intervention.

Le 8 décembre 2018, le policier patrouillait le centre-ville lorsqu’il a entendu sur les ondes radio qu’une fusillade venait des se produire sur l’avenue King Edward, près de la rue Rideau.

Les faits sont résumés dans le texte accompagnant sa mise en nomination pour le titre de « Héros de l’année » décerné par l’APO.

« L’un des premiers arrivés sur la scène, Liban Farah a entrepris un geste courageux en se rendant rapidement auprès de la victime qui venait d’être atteinte par de nombreuses balles. »

« Il a rapidement compris que la victime avait un besoin immédiat de soins destinés aux personnes dont l’état de santé est critique. Le policier Farah a rapidement fait cesser les hémorragies en attendant l’arrivée des paramédics, qui ont pu stabiliser son état. »

L’APO a souligné lors de cette mise en nomination le courage du policier, qui a prodigué les soins en mettant sa propre vie en danger, sur une scène de fusillade.