L'UPAC a vérifié toutes les facturations et les dossiers d'appel d'offres de la municipalité, dans la période visée.

Accusations d'abus de confiance à Pontiac

L'ex-chef des travaux publics de Pontiac est officiellement accusé d'abus de confiance et de s'être faussement présenté comme un agent de la paix.
En février dernier, nos sources rapportaient que M. Fiorillo avait tenté de trafiquer la liste des prix d'un entrepreneur en construction, et qu'il s'était fait passer pour un agent de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), à Pontiac.
L'enquête de l'UPAC, entamée en décembre 2016, s'est terminée le 8 septembre 2017, avec l'autorisation de la plainte par le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).
Selon un document de la cour, Frank Fiorillo a, entre le 3 et le 4 novembre 2016, commis un abus de confiance « relativement aux fonctions de sa charge (étant fonctionnaire) en rapport avec l'octroi de contrats municipaux ». Selon le Code criminel, cette infraction est passible d'une peine de cinq ans de prison.
La même peine maximale est prévue pour le deuxième chef d'accusation, soit de s'être identifié faussement comme un agent de la paix, dans la même période.
Enregistrement
En novembre, l'entrepreneur en excavation Jean-François Aumont avait enregistré une conversation avec M. Fiorillo. Ce dernier, qui disait avoir été « placé ici par l'UPAC », proposait à M. Aumont de modifier sa liste de prix à la hausse. 
« C'est le même prix pour tout le monde, affirme M. Fiorillo à son interlocuteur. Pour que tout le monde fasse de l'argent, mais aussi pour ce qui arrive en conséquence à long terme ».
M. Fiorillo lui aurait aussi proposé de retirer une mise en demeure déposée contre la municipalité, en échange de contrats de construction. « Tu fais ça, lundi matin, t'es sur le chantier », aurait-il lancé.
L'ex-chef des travaux publics a été congédié avant l'ouverture de l'enquête de l'UPAC. M. Fiorillo avait affirmé à ce moment qu'il ne s'agissait pas d'un congédiement, mais d'une démission.
Frank Fiorillo, aujourd'hui résident de Shefford, en Montérégie, doit comparaître par voie de sommation en novembre prochain, au palais de justice de Gatineau.
« Bonne nouvelle »
Le directeur général adjoint par intérim de Pontiac, Dominic Labrie, affirme qu'il s'agit d'une bonne nouvelle, « dans les circonstances ».
Selon le directeur adjoint, le maire Roger Larose a démontré aux agents de l'UPAC qu'il n'y était pour rien. « Le problème se limitait à M. Fiorillo. »
L'UPAC a vérifié toutes les facturations et les dossiers d'appel d'offres de la municipalité, dans la période visée.
Granby
Frank Fiorillo est aussi connu dans les environs de Granby, où il a eu des démêlés avec des gens d'affaires, ces dernières années.
En juillet, l'entreprise Les Habitations FJ inc, d'East Farnham, a précisé sur sa page Facebook que l'individu n'était plus son employé. « Pour votre sécurité et celle des autres, lit-on, faites très attention a cette personne (...) Frank Francesco Fiorillo a perdu son emploi, il s'en prend maintenant aux clients et fournisseurs. »
La justice et d'autres investisseurs des Cantons-de-l'Est ont eu maille à partir avec le même individu dès 2015, selon La Voix de l'Est.