Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Accusations criminelles: un policier d'Ottawa remet sa démission

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Un policier d’Ottawa qui a plaidé coupable à quatre accusations pour avoir agressé des femmes et à une accusation pour avoir proféré des menaces n’est plus à l’emploi de la force policière.

Eric Post, 49 ans, a remis à sa lettre de démission mercredi au Service de police d’Ottawa (SPO).

«La démission fut acceptée, puis fut immédiatement traitée. Post n'est désormais plus membre du SPO», a indiqué le chef de police d’Ottawa, Peter Sloly, dans une déclaration publiée jeudi, journée même où l’homme a reçu une sentence en lien avec son procès au criminel. Post a reçu une sentence de trois années de probation, a rapporté la CBC.

Post avait été immédiatement suspendu de ses fonctions lorsqu’il a été accusé en septembre 2018. Au total, 32 accusations avaient été initialement déposées contre lui. Pas moins de sept femmes avaient déposé des plaintes au SPO en lien avec ses agissements.

Indépendamment de la cause en cour criminelle, le SPO avait l’intention de poursuivre les procédures contre Post avec des mesures disciplinaires grâce à la Loi sur les services policiers afin de congédier le policier s'il n'avait pas remis sa démission.

«Il n'y a aucune place au sein du SPO ni dans la profession policière pour de tels individus et nous prenons des mesures pour les éradiquer tout en faisant réparation pour le tort qu'ils ont fait à notre collectivité ainsi qu'à notre Service», a souligné le chef Sloly, qui a annoncé qu’un examen interne complet de tout ce qui s’est passé dans cette affaire a été lancé «dans le but d'assurer que le SPO soit mieux à même d'empêcher de telles circonstances tragiques de se reproduire à l'avenir».