Abdirahman Abdi est mort à la suite d’une intervention policière, à Ottawa.

Abdirahman Abdi: un inconnu incohérent

Le matin de sa mort, Abdirahman Abdi s’est rendu au Centre communautaire d’Hintonbourg, en prononçant des mots incohérents, presque inaudibles.

M. Abdi est décédé à la suite d’une altercation avec des policiers d’Ottawa, quelques minutes plus tard, le 24 juillet 2016.

Le policier Daniel Montsion est accusé d’homicide involontaire dans cette affaire.

Selon la Couronne, M. Abdi s’est rendu au café Bridgehead et au centre communautaire, avant d’être interpellé par les policiers devant sa résidence du 55, rue Hilda.

À cette adresse, la police voulait l’arrêter relativement à une plainte pour un comportement inapproprié survenu au café Bridgehead.

C’est à cet endroit que les choses se sont corsées.

Devant le refus de M. Abdi de coopérer, les policiers ont tenté de le maîtriser et de lui passer les menottes.

Selon la vidéo de la caméra de surveillance du 55, Hilda, le contrôle physique a semblé plus compliqué que prévu, alors qu’un premier agent, qui n’est pas Daniel Montsion, a tenté de l’atteindre avec des coups de pied pour le mettre au sol.

À l’arrivée du policier Montsion, le duo a réussi difficilement à mettre M. Abdi au sol.

Ce dernier semble encore se débattre, selon la même vidéo.

Le policier Montsion assène des coups de poing à la tête du citoyen, qui se débat.

Selon la preuve de la Couronne, Daniel Montsion portait des gants d’assaut renforcés aux jointures.

Interaction

Mercredi, un témoin de la Couronne, Caolan Cullum, a fait le récit de sa courte rencontre avec Abdirahman Abdi, le matin du 24 juillet 2016. Cet employé du Centre communautaire d’Hintonbourg ouvrait l’endroit, vers 9h20, lorsqu’un inconnu s’est tenu derrière lui, à l’entrée du centre.

«Il m’a suivi à l’intérieur, puis j’ai demandé si je pouvais l’aider.»

L’employé croyait que l’homme désirait peut-être parler à un policier, puisque le centre abrite un comptoir de la police communautaire d’Ottawa.

Or, ce comptoir est fermé les fins de semaine. Ce 24 juillet était un dimanche.

«Il prononçait des mots difficiles à comprendre. Il semblait dire des choses comme ‘gouvernement, corruption, sexualité’, et faisait des gestes. L’homme m’a ensuite suivi dans mon bureau, et je lui ai dit que ce n’était pas un endroit pour le public. ll a tendu la main en me disant ‘serrer, serrer’, comme s’il voulait faire la paix avec ce malentendu.»

L’inconnu est parti.

M. Cullum a reconnu Abdirahman Abdi le lendemain, sur Twitter, alors que des médias publiaient la photo de l’homme décédé.