Dennis Oland, sa femme et sa mère se rendent en Cour pour un nouveau procès.

À la veille du deuxième procès, Dennis Oland jouit toujours du soutien du clan

SAINT-JEAN, N.-B. — La famille de Richard Oland, ce réputé homme d'affaires des Maritimes assassiné en 2011, accorde toujours son soutien entier à Dennis, le fils de la victime accusé du meurtre qui doit maintenant subir un nouveau procès dans cette affaire.

La Couronne commencera à présenter sa preuve mardi, maintenant que les jurés ont été sélectionnés pour ce procès qui devrait durer au moins quatre mois. Dennis Oland, âgé de 50 ans, a plaidé non coupable du meurtre au deuxième degré de son père, Richard Oland, âgé de 69 ans, le 6 juillet 2011 à Saint-Jean, au Nouveau-Brunswick. L'accusé a été libéré sous caution en attendant la tenue de ce nouveau procès.

Dennis Oland a assisté la semaine dernière à la sélection du jury, tout comme des membres du clan Oland, notamment sa mère — et veuve de la victime — Connie, sa femme Lisa et, souvent, son oncle Derek, président du conseil de la légendaire brasserie Moosehead, et frère de Richard Oland, qui avait quitté l'entreprise familiale.

Dans une déclaration publiée lundi, la famille Oland conserve l'espoir que Dennis sera acquitté, et elle lui réaffirme son « soutien indéfectible ». Le communiqué rappelle par ailleurs que les Oland — l'un des empires familiaux les plus connus des Maritimes — ont « subi une épreuve inimaginable depuis la mort de Dick en 2011 ».

Dennis Oland avait été jugé une première fois en 2015 pour le meurtre au deuxième degré de son père, mais le verdict a été infirmé en 2016 par la Cour d'appel, qui a ordonné un nouveau procès.

Richard Oland était un dirigeant de Moosehead, la plus ancienne brasserie indépendante du Canada, jusqu'à ce qu'il en claque la porte au début des années 1980, en raison d'une dispute concernant le contrôle de l'entreprise familiale. Multimillionnaire, Richard Oland a fondé ensuite plusieurs entreprises, dont la société d'investissement Far End.

C'est dans les bureaux de cette société de la rue Canterbury, dans le quartier historique de Saint-Jean, que le corps de M. Oland a été retrouvé le matin du 7 juillet 2011. L'homme d'affaires, battu à mort, était allongé dans une mare de sang près de son bureau.

Après une enquête policière qui aura duré près de deux ans, Dennis Oland a été accusé en 2013. Il a toujours clamé son innocence, et il est soutenu depuis par le clan Oland. « Pendant tout ce temps, notre confiance en l'innocence de Dennis n'a jamais faibli », ont réitéré les Oland lundi.