Mario Bouchard, directeur général par intérim de la Sûreté de Québec

11 M$ pour lutter contre l'exploitation sexuelle des enfants sur internet

MONTRÉAL - Québec annonce la création d’une nouvelle équipe policière pour lutter contre l’exploitation sexuelle des enfants sur internet, à laquelle une somme de 2,2 millions $ par année sera consacrée pendant cinq ans, soit 11 millions $.

L’annonce a été faite jeudi à Montréal par la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, en compagnie du directeur général par intérim de la Sûreté de Québec, Mario Bouchard, et du directeur du Service de police de la Ville de Montréal, Sylvain Caron.

Le nombre de crimes touchant les jeunes dans ce domaine ne cesse d’augmenter, ont-ils déploré au cours de la conférence de presse.

«C’est une problématique très sérieuse à laquelle notre société est confrontée que l’exploitation sexuelle de nos enfants, de toutes les façons, mais notamment sur internet, que ce soit le leurre d’enfant, que ce soit l’accès, la possession, la production, la distribution de pornographie juvénile, que ce soit le partage non consensuel d’images intimes. Ce sont toutes des situations qui donnent froid dans le dos», a commenté la ministre de la Sécurité publique.

De 2012 à 2019, le nombre de signalements est passé de 100 par année à plus de 1000.

Trois autres équipes en la matière existaient déjà. La nouvelle équipe en sera une de coordination aux enquêtes contre les cyberprédateurs. La coordination dans ce domaine est particulièrement importante, car ce type de criminalité ne connaît pas les frontières, a souligné le directeur général par intérim Bouchard.

La nouvelle équipe de coordination sera formée de neuf membres de la SQ et d’un membre du SPVM. Elle permettra de mettre en commun les expertises, dans le but de détecter un plus grand nombre de prédateurs sexuels sur internet.

«Ces sommes servent principalement au niveau des salaires et vont permettre l’ajout de ressources qui vont travailler exclusivement sur le phénomène de l’exploitation sexuelle des enfants sur le net», a précisé le directeur général par intérim Bouchard.

Montréal compte déjà 16 enquêteurs dédiés complètement à l’exploitation sexuelle, sans compter l’ajout qui vient d’être annoncé, a précisé le directeur Caron. Et la SQ compte déjà 130 ressources dédiées exclusivement à ces dossiers, sans compter l’ajout des neuf de la présente annonce, a ajouté le directeur général par intérim Bouchard.

«À Montréal seulement, nous avons traité depuis 2016 pas moins de 2260 dossiers en matière de pornographie juvénile, de leurre et de diffusion d’images intimes, procédé à 200 perquisitions, effectué plus de 305 arrestations; 740 enfants ont pu bénéficier des services de plusieurs équipes qui se sont dévouées au quotidien pour la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants», a rapporté le directeur Caron.