Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.
Le Service de police d'Ottawa veut freiner le harcèlement sexuel au sein de son organisation

Ottawa

Le Service de police d'Ottawa veut freiner le harcèlement sexuel au sein de son organisation

Le Service de police d’Ottawa (SPO) et la Commission de services policiers d’Ottawa travaillent sur une stratégie conjointe afin d’éliminer les cas de violence et le harcèlement sexuels au sein du corps policier.

Les grandes lignes d’une stratégie provisoire ont été dévoilées lundi lors de la réunion de la Commission. Elles incluent la création et le soutien d’un espace sûr pour la dénonciation de comportements inappropriés, réagir à la violence et au harcèlement sexuels de manière coordonnée et opportune, ainsi que la prévention des incidents de nature sexuelle.

Échec au crime : moins d’appels, mais de meilleurs résultats en général en 2019

Justice et faits divers

Échec au crime : moins d’appels, mais de meilleurs résultats en général en 2019

L’organisme Échec au crime de la région de la capitale nationale a reçu moins de signalements anonymes en 2019, mais elle a enregistré de meilleurs résultats dans la plupart des catégories, incluant les armes à feu récupérées.

Dans un bilan présenté lundi devant la Commission de services policiers d’Ottawa, le président d’Échec au crime dans la région, Richard McMullen, a précisé que les informations reçues par son organisme en 2019 ont permis aux policiers de mettre la main sur 16 armes de poing comparativement à cinq en 2018.

COVID-19: trois policiers d’Ottawa infectés

Justice et faits divers

COVID-19: trois policiers d’Ottawa infectés

Trois policiers d’Ottawa ont été infectés par la COVID-19 depuis le début de la pandémie, dont deux ont contracté le virus dans le cadre de leur travail.

C’est ce qu’a indiqué lundi à la réunion de la Commission de services policiers d’Ottawa le chef du Service de police d’Ottawa (SPO), Peter Sloly.

Un «remerciement» à coups de bâton de baseball

Justice et faits divers

Un «remerciement» à coups de bâton de baseball

Un jeune homme qui a «remercié» ses bons Samaritains à coups de bâton de baseball vient d’être reconnu coupable de six importants chefs de voie de fait, à Gatineau.

Une mise en scène aussi bizarre que troublante - et un malheureux hasard - ont fait se rencontrer l’accusé Ralph Louis-Jean et trois hommes sans histoire, il y a quatre ans.

Démantèlement d'un atelier d'armes à feu artisanales

Justice et faits divers

Démantèlement d'un atelier d'armes à feu artisanales

Deux jeunes à peine sortis de l’adolescence auraient exploité un atelier clandestin servant à la fabrication d’armes à feu.

L’Unité des armes à feu et des bandes de rue a procédé à l’arrestation de deux suspects de 18 et de 20 ans, samedi dernier, sur la promenade Palmadeo, secteur Barrhaven.

Une arme artisanale saisie ressemble à un pistolet mitrailleur Uzi.

«La perquisition a permis la saisie de renseignements sur la construction d’un pistolet mitrailleur, partiellement assemblé et de plusieurs douilles ayant servi à des tests, précise la police d’Ottawa, par communiqué. Par ailleurs, les agents ont découvert dans le garage de la résidence un atelier d’usinage improvisé.»

Hazem Elashry, 18 ans, et Andi Iacobm, 20 ans, sont accusés de fabrication d’une arme automatique et de possession non autorisée d’une arme à feu.

La police d’Ottawa a saisi 52 armes à feu liées au crime cette année.

Accident mortel avec les Snowbirds: Jennifer Casey conduite à son dernier repos

Actualités

Accident mortel avec les Snowbirds: Jennifer Casey conduite à son dernier repos

HALIFAX — Une procession pour honorer la mémoire de Jennifer Casey, de l’équipe des Snowbirds des Forces armées canadiennes, a pris place sous un ciel bleu en début de soirée dimanche, alors que les restes de la jeune officière reconnue pour son brillant sourire sont arrivés à Halifax, sa ville d’origine.

De proches amis et des membres de la famille vêtus de noir, ainsi que de rouge et de blanc - les couleurs officielles des Snowbirds - ont déposé des fleurs sur le cercueil de la capitaine Jennifer Casey durant une cérémonie tenue sur le tarmac près de l’Aéroport international Stanfield de Halifax.

La capitaine Casey est morte dimanche dernier après s’être éjectée d’un avion des Snowbirds lors d’une démonstration aérienne au-dessus de Kamloops, en Colombie-Britannique.

Au moment de la tragédie, l’équipe de voltige aérienne effectuait une tournée pancanadienne dans le but de remonter le moral des Canadiens pendant la pandémie de COVID-19.

La jeune femme âgée de 35 ans faisait partie de l’équipe de relations publiques des Forces armées canadiennes (FAC).

Le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan, et la gouverneure générale, Julie Payette, portaient des masques pendant la cérémonie, aux côtés de dizaines de membres des Forces armées.

Mme Payette a rappelé que les Snowbirds pratiquent un métier dangereux et ajouté qu’elle était fière de se trouver à Halifax pour rendre hommage à la capitaine Casey.

«Le fait que ce soit arrivé pendant l’Opération Inspiration, pendant laquelle ils encourageaient les Canadiens, est encore plus tragique», a déclaré la gouverneure générale après la cérémonie.

Sous un air de cornemuse, des membres des Forces armées ont retiré le cercueil de la capitaine Casey de l’avion de type Hercules CC-130J qui s’était envolé d’Abbotsford, en Colombie-Britannique, dimanche matin, après une cérémonie privée en présence de collègues des Snowbirds.

La procession funèbre avec la famille, des militaires et des amis a été escortée par des policiers jusqu’au salon funéraire Atlantic Funeral Home, situé sur la route Bayers, où Jennifer Casey a été conduite à son dernier repos.

Les gens rassemblés le long du cortège avaient été invités à porter les couleurs officielles des Snowbirds en l’honneur de la capitaine Casey, et de respecter les mesures de distanciation sociale.

Vol de narcotiques: une infirmière auxiliaire radiée pour neuf mois

Justice et faits divers

Vol de narcotiques: une infirmière auxiliaire radiée pour neuf mois

Une infirmière auxiliaire ayant travaillé à l’Hôpital de Hull et à la résidence Le Monastère du secteur Aylmer est radiée temporairement de son ordre professionnel pour avoir dérobé des narcotiques sur ses lieux de travail.

Dans une décision rendue à la fin avril, le conseil de discipline de l’Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ) impose neuf mois de radiation temporaire à Marie-Christine Brière pour avoir contrevenu à son code de déontologie en s’appropriant des narcotiques appartenant à ses employeurs, entre 2017 et 2019.

Le Marché Lacroix est la proie des flammes à Hawkesbury

Justice et faits divers

Le Marché Lacroix est la proie des flammes à Hawkesbury

Un commerce familial implanté à Hawkesbury depuis 1935 a été la proie des flammes samedi après-midi.

Vers 15h30, un incendie s'est déclaré au Marché Lacroix, cette boucherie familiale située sur la rue James.

«Chers clients... le Marché Lacroix vit un jour triste... Un incendie a lieu présentement... Tous les employés sont sains et saufs...», a écrit l'administration de l'entreprise en question sur sa page Facebook.

Le secteur des rues James et Regent a été fermé, indique la municipalité.

Le bâtiment abritant le commerce est une perte totale alors que les dommages sont évalués à plus de 1 million de dollars.

À 18h, les pompiers de Hawkesbury étaient toujours sur les lieux avec l'assistance de leurs collègues de la municipalité de L'Orignal afin d'éteindre le brasier.

Une enquête sera ouverte par le Bureau du commissaire des incendies de l'Ontario afin de faire la lumière sur cet incendie.

Deux feux de brousse tiennent les pompiers occupés à Ottawa

Justice et faits divers

Deux feux de brousse tiennent les pompiers occupés à Ottawa

Après avoir répondu à trois incendies vendredi soir, les pompiers d’Ottawa ont continué d’être occupés samedi alors qu’ils ont été appelés sur les lieux de deux feux de brousse samedi.

Le premier brasier s’est déclaré vers 9 h 30 en matinée dans un marais près du chemin Innes et du chemin Mer-Bleue et a d’abord été signalé dans un rayon d’environ 40 mètres.

Les pompiers ont utilisé de l’équipement forestier, un camion à balais et d’autres équipements spécialisés pour maîtriser l’incendie, qui s’étendait sur 10 acres.

Le feu a été maîtrisé plus d’une heure plus tard, à 10 h 53.

« Aucune blessure n’a été signalée pour le moment », précise le Service des incendies d’Ottawa (SIO).

En après-midi, le SIO a également reçu un appel au 911 provenant d’un propriétaire concernant un incendie extérieur qui s’était « propagé hors de contrôle » vers 12 h 50.

« Avec une attaque rapide, les pompiers ont éteint le feu d’herbe qui s’étendait sur une superficie de 200 pieds par 600 pieds », indique-t-on.

Un civil a dû être pris en charge pour avoir inhalé de la fumée.

« Aucun bâtiment n’a été exposé au feu, mais deux arbres ont été abattus pendant les opérations », souligne le SIO.

Le brasier a été maîtrisé peu avant 13 h 30.

Une enquête policière après un incendie dans l’est de Gatineau

Justice et faits divers

Une enquête policière après un incendie dans l’est de Gatineau

La police de Gatineau a officiellement ouvert une enquête à la suite d’un violent incendie qui a ravagé deux édifices dans l’est de la ville vendredi soir.

Les pompiers de Gatineau ont été appelés sur les lieux d’un incendie dans les environs de 19h vendredi. Le premier brasier s’est déclaré dans un cabanon situé à l’arrière d’un triplex au 395, rue du Vigneau.

Le brasier s’est ensuite propagé vers le triplex, puis vers un salon de coiffure adjacent situé sur le boulevard Saint-René Ouest.

La structure du triplex menaçait de s’effondrer alors que les pompiers gatinois combattaient les flammes, selon le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG).

Personne n’a été blessé. Les résidents du triplex ont été évacués.

Le Service de sécurité incendie de Gatineau a transféré l’enquête vers le SPVG afin de faire la lumière sur les circonstances de l’incendie.

Les dommages causés par le brasier sont estimés à 278 600 $.

Monuments profanés dans un cimetière de Gatineau

Justice et faits divers

Monuments profanés dans un cimetière de Gatineau

Une douzaine de monuments dédiés à des défunts ont été vandalisés, au cimetière Saint-François de Sales de Gatineau, cette semaine. La police enquête alors que les familles et la direction de l’établissement déplorent ce «geste insensé».

Un ou plusieurs vandales se sont introduits sur le terrain du cimetière situé sur le boulevard Fournier, dans la nuit de mardi à mercredi. Plusieurs têtes de statuettes représentant des anges ont été cassées.

«Cette partie de la statuette est probablement la plus facile à briser, dit le directeur général des Jardins du Souvenir, Daniel Dezainde. C’est triste et surtout insensé.»

Les familles n’ont pu que constater les dommages et contacter leur assureur privé. Ces monuments sont leur propriété. La direction du cimetière les a avisés dès que le méfait a été constaté.

Un été chaud pour la SOPFEU

Actualités

Un été chaud pour la SOPFEU

Indice d’inflammabilité extrême, interdiction de faire des feux à ciel ouvert... Avec l’été chaud qui s’annonce, on risque d’entendre et de lire ces expressions fréquemment puisqu’on prévoit une saison estivale très active. Jeudi, notamment, plusieurs incendies ont fait rage simultanément dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean, menaçant même plusieurs résidences. Le temps sec et l’absence de précipitations entraînent un danger d’incendie extrême sur presque tout le Québec. Voici donc un portrait de la Société de protection des forêts contre le feu, mieux connu sous le nom de SOPFEU.

Mandatée par le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs, la SOPFEU est un organisme sans but lucratif qui, comme son nom l’indique, veille à la protection des forêts contre le feu, et ce, au bénéfice de tous les usagers. Jusqu’à présent, les chiffres sont déjà au-dessus de la moyenne.

Les feux de broussailles sont nombreux en Outaouais

Justice et faits divers

Les feux de broussailles sont nombreux en Outaouais

Des feux de broussaille et de forêt ont éclaté dans plusieurs secteurs de l’Outaouais urbain et rural, cette semaine.

La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) maintient l’interdiction de faire des feux à ciel ouvert cette fin de semaine, alors que le temps sec, les vents, mais surtout le comportement humain, provoquent de nombreux brasiers.

Vendredi après-midi, la base de la SOPFEU à Maniwaki comptait trois foyers sur le territoire de l’Outaouais, soit à Otter Lake, Grand-Remous et au sud du parc de La Vérendrye. «La situation est dynamique, dit la porte-parole de la SOPFEU-Maniwaki, Mélanie Morin. Tout cela peut changer en quelques heures. La charge de travail est constante. Tout le monde est au travail, incluant les pompiers auxiliaires.»

Incendie dans le bâtiment du restaurant Coconut Lagoon à Ottawa

Justice et faits divers

Incendie dans le bâtiment du restaurant Coconut Lagoon à Ottawa

Un incendie s'est déclaré dans le bâtiment du restaurant Coconut Lagoon, sur le boulevard St-Laurent, à Ottawa, vendredi soir.

«Le Service des incendies d'Ottawa (SIO) a reçu plusieurs appels provenant du 911 concernant une fumée noire épaisse provenant du toi d'un bâtiment à occupation mixte de deux étages, abritant le restaurant Coconut Lagoon», indique le SIO par communiqué.

Vers 21h, plus d'une dizaine de véhicules des services d'urgence étaient toujours présents sur les lieux afin de tenter de maîtriser le brasier.

Deux ados recherchés pour incendie criminel à Gatineau

Justice et faits divers

Deux ados recherchés pour incendie criminel à Gatineau

Deux adolescents sont recherchés pour l’incendie criminel d’une maison abandonnée dans le secteur Gatineau.

Le brasier a éclaté le 9 mai vers peu avant 18h, sur la rue Blais.

C’est à cette heure qu’un patrouilleur de la police de Gatineau a constaté qu’un incendie s’était déclaré dans la résidence.

«Selon le propriétaire, a dit la parole de la police de Gatineau, Andrée East, la résidence était inhabitée depuis plusieurs années.»

Les pompiers n’ont pas pu sauver le bâtiment. Il a dû être détruit en raison des dommages majeurs.

Un témoin aurait déclaré que deux adolescents avaient fui les lieux peu de temps avant le début de l’incendie.

Les deux jeunes recherchés ont environ 15 ans. L’un avait les cheveux frisés aux épaules, portait une veste brune ainsi qu’un pantalon et des souliers foncés. Il se déplaçait en planche à roulettes.

Le deuxième suspect portait un chandail foncé de type kangourou avec le capuchon sur la tête, un pantalon foncé et des espadrilles blanches. Il se déplaçait en vélo «BMX» foncé.

Le SPVG invite toute personne détenant de l’information concernant cet événement ou qui pourrait permettre d’identifier ces individus à contacter sa ligne info au 819 243-INFO (4636), option 5.

Perquisition de drogues à Hawkesbury

Justice et faits divers

Perquisition de drogues à Hawkesbury

La Police provinciale de l’Ontario a procédé à la perquisition de drogues et d’articles liés au trafic de stupéfiants tôt vendredi dans un appartement de Hawkesbury, dans l'Est ontarien.

Vers 6h du matin, l'Unité des crimes de rue et l'équipe d'intervention d'urgence de la Police provinciale de l’Ontario ont mis la main sur du crack, de la cocaïne et de la résine de cannabis suspects dans un appartement de la rue James. Ils ont également saisi de l’argent, des téléphones portables et d'autres articles associés au trafic de drogue. 

Sylvain Campeau, un homme 58 ans, de Hawkesbury, a été accusé  de possession de biens obtenus par un crime de moins de 5 000 $, de possession d'une substance en vue d'en faire le trafic, de possession de cannabis en vue de sa vente et de possession de cigarettes non marquées. 

L'accusé a été libéré et doit comparaître au palais de justice de L'Orignal le 9 septembre prochain. 

Accident de moto mortel dans une sortie de l’autoroute 50

Justice et faits divers

Accident de moto mortel dans une sortie de l’autoroute 50

Un homme dans la soixantaine a perdu la vie jeudi après-midi dans le secteur de Montebello après avoir perdu la maîtrise de sa moto dans la bretelle de sortie de l’autoroute 50 ouest pour prendre la route 323.

La victime est un homme de Granby, a indiqué la Sûreté du Québec jeudi soir. Son identité n’a pas été dévoilée.

L’accident est survenu vers 15 h. Selon la police, le motocycliste aurait percuté une paroi rocheuse après avoir perdu le contrôle. Il a été conduit dans un état grave vers un centre hospitalier, où son décès a ensuite été constaté.

Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de la tragédie. Des reconstitutionnistes de la SQ ont été dépêchés sur les lieux.

La bretelle de sortie a été fermée pendant quelques heures.

COVID-19: les demandes d’aide pour femmes violentées explosent

COVID-19

COVID-19: les demandes d’aide pour femmes violentées explosent

Les demandes d’interventions auprès de femmes victimes de violence conjugale à Ottawa sont deux fois plus importantes que prévu depuis le dernier mois de confinement.

Depuis le 14 avril, le site «Pas bien chez soi» permet aux victimes ou aux proches de victimes de chercher de l’aide en ligne ou par téléphone, alors que la population doit rester à domicile à cause de la COVID-19.

La Maison Interval d’Ottawa, qui copilote le projet, prévoyait recevoir environ 150 demandes d’aide. Elle en a reçu plus de 300 depuis le 14 avril.

«Le nombre de conversations par texto ou par clavardage a effectivement dépassé nos attentes», a mentionné la directrice générale de l’établissement, Kerri Lewis. Les responsables du service en ligne ont reçu plusieurs demandes faites par des proches ou des amis inquiets du sort d’une femme vivant dans un foyer violent ou abusif.

«Ils sont inquiets et ils cherchent des conseils pour pouvoir offrir du soutien», a précisé Mme Lewis.

Le site Web pasbienchezsoi.ca a reçu 4800 visites, alors que le numéro dédié aux textos (613-704-5535) a été utilisé à 308 reprises.

Un pêcheur ivre pris au filet 

Justice et faits divers

Un pêcheur ivre pris au filet 

Un homme ivre parti à la pêche n’a pu remonter que des problèmes à la surface, dans la Vallée-de-la-Gatineau.

La Sûreté du Québec a précisé mercredi qu’elle avait arrêté le pêcheur après avoir reçu une plainte d’un résident de Kazabazua.

Ce dernier a appelé la police le 15 mai, vers 19h, pour leur dire qu’un inconnu pêchait sur son quai privé.

«Lorsque les policiers sont arrivés sur place, mentionne Marc Tessier, de la SQ, ils ont constaté qu’un homme pêchait alors qu’il est arrivé avec un véhicule hors route. Après certaines vérifications, les policiers ont procédé à l’arrestation de l’homme de 55 ans, de Bristol, pour conduite avec les capacités affaiblies.»

Que ce soit un véhicule hors route ou une voiture ordinaire, il est interdit de conduire avec les capacités affaiblies par l’alcool ou la drogue.

Non seulement l’individu conduisait sous l’effet de l’alcool, mais il le faisait malgré une interdiction liée à une révocation de son permis en raison d’un autre dossier de conduite avec les capacités affaiblies.

Le pêcheur n’aurait pas eu le temps de capturer de poisson. Il a reçu une contravention de 2250$ et une ordonnance à se présenter au palais de justice de Maniwaki à une date ultérieure.

Il pourrait être accusé de conduite avec les capacités affaiblies par l’alcool et refus de fournir un échantillon d’haleine.

Imposant feu de broussailles dans l’est de Gatineau

Justice et faits divers

Imposant feu de broussailles dans l’est de Gatineau

Un feu de broussailles aux abords de l’autoroute 50 dans le secteur Masson-Angers à Gatineau a provoqué un important panache de fumée, cette dernière pouvait être respirée par des résidents de Buckingham, notamment.

L’incendie a ravagé une superficie de terrain d’environ 30 mètres de largeur par 460 mètres de longueur, selon le Service des incendies de Gatineau.

Une «enquête incomplète» du SPVG aurait mené à l'arrestation du journaliste Antoine Trépanier

Justice et faits divers

Une «enquête incomplète» du SPVG aurait mené à l'arrestation du journaliste Antoine Trépanier

Une «enquête incomplète» serait à l'origine de l'arrestation «sans droit» du journaliste de Radio-Canada par des membres du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) ayant «abusé de leur autorité», allègue le Commissaire à la déontologie policière dans la citation à comparaître ciblant trois représentants du corps policier.

La semaine dernière, le Commissaire à la déontologie policière avait informé le plaignant dans ce dossier, le Lavallois Vania Atudorei, que trois membres du SPVG étaient cités à comparaître devant le Comité de déontologie policière. Les éléments reprochés à l'agent Mathieu LaSalle-Boudria, au sergent Gabriel Gagné et au lieutenant Paul Lafontaine n'avaient toutefois pas été révélés à ce moment.

Une correspondance reçue par le plaignant mardi fait maintenant état de quatre chefs. Le premier soutient que les trois membres du SPVG visés par la plainte «ont abusé de leur autorité en arrêtant» le journaliste Antoine Trépanier, en mars 2018.

Le Commissaire reproche aussi aux trois policiers de ne pas avoir «respecté l’autorité de la loi et des tribunaux» et de ne pas avoir «collaboré à l’administration de la justice, en arrêtant sans droit monsieur Antoine Trépanier».

Les deux autres chefs de citation allèguent que les trois membres du SPVG ont effectué «une enquête incomplète», de sorte qu'ils «ne se sont pas comportés de manière à préserver la confiance et la considération que requièrent leurs fonctions» et qu'il n'ont «pas respecté l’autorité de la loi et des tribunaux et n’ont pas collaboré à l’administration de la justice».

Enquêtes sur des fusillades à Ottawa

Justice et faits divers

Enquêtes sur des fusillades à Ottawa

La police d’Ottawa recherche des témoins d’une fusillade survenue dimanche soir dernier à la croisée de la promenade Seyton et du chemin Westcliffe, dans l’ouest de la ville.

Selon ce que des témoins ont raconté aux policiers, plusieurs coups de feu ont été tirés vers 20 h 10 à cette intersection du quartier Bells Corner. Un véhicule aurait par la suite quitté les lieux.

Encore des randonneurs illégaux dans le parc de la Gatineau

Justice et faits divers

Encore des randonneurs illégaux dans le parc de la Gatineau

Des randonneurs ont encore une fois reçu des contraventions pour s’être retrouvés illégalement en groupes dans le parc de la Gatineau, pendant la longue fin de semaine.

La police de la MRC des Collines a aussi distribué des billets liés au stationnement interdit sur la voie publique, à proximité de sentiers du parc de la Gatineau.

Même si les barrages routiers sont levés, la Santé publique ne permet toujours pas de rassemblements dans le parc. De plus, le règlement régulier interdisant le stationnement sur les accotements, en bordure de la chaussée, près des sentiers, est toujours valide.

«Avec l’arrivée du beau temps et la levée des contrôles routiers en Outaouais, nous anticipions une certaine recrudescence des déplacements et des rassemblements, a mentionné Martin Fournel, de la police de la MRC des Collines. La disparition des contrôles routiers ne signifie pas la disparition des règles émises par la Santé publique en matière de distanciation sociale et d’interdiction de rassemblements.»

Les promeneurs qui résident près du parc peuvent s'y rendre à pied ou en vélo. Il est interdit de s'y rendre en voiture et de s'y stationner pour utiliser les infrastructures.

Des sexagénaires arrêtés pour trafic de drogue

Justice et faits divers

Des sexagénaires arrêtés pour trafic de drogue

Deux sexagénaires sont accusés de possession et de trafic de stupéfiants, à la suite de la saisie de crack et de haschisch à leur résidence du secteur Gatineau.

L’appartement 3 du 372, rue Lévis a été perquisitionné le 8 mai dernier.

La police de Gatineau a aussi mis la main sur 400$, ainsi que de petites quantités de cocaïne et d’héroïne.

Les suspects sont un homme de 62 ans et une femme de 66 ans.

Un motocycliste blessé dans un accident à Val-des-Monts

Justice et faits divers

Un motocycliste blessé dans un accident à Val-des-Monts

Un motocycliste a été blessé après avoir été impliqué dans un accident à Val-des-Monts.

Selon la police de la MRC des Collines-de-l’Outaouais, le conducteur d’une camionnette a perdu le contrôle de son véhicule vers 14 h 25 dimanche alors qu’il se dirigeait vers l’ouest sur le chemin Saint-Pierre près de la Route du Carrefour. 

Un motocycliste et sa passagère n’ont pas pu éviter l’impact avec le véhicule.

Seule la passagère de la moto a été transportée à l’hôpital de Hull pour ses blessures. Les services paramédicaux affirment ne pas craindre pour la vie de la femme.

La route a été fermée pendant environ une heure dimanche après-midi.

Arrêté pour conduite dangereuse sur l’avenue du Cheval-Blanc

Justice et faits divers

Arrêté pour conduite dangereuse sur l’avenue du Cheval-Blanc

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a arrêté samedi matin un homme qui conduisait dangereusement sur l’avenue du Cheval-Blanc, mettant en jeu la vie de familles qui se trouvaient à l’extérieur.

Le SPVG a été alerté un peu avant 11 h 30 qu’un chauffard effectuait des manœuvres dangereuses. Le conducteur circulait en sens inverse, frappait des arbres et empiétait sur la voie cyclable. Plusieurs familles du quartier se trouvaient à l’extérieur au moment des faits.

L’homme de 62 ans qui se trouvait à bord du véhicule avait un taux d’alcoolémie quatre fois au-dessus de la limite permise par la loi.

La voiture a perdu une roue avant de terminer son parcours devant une caserne Service de sécurité incendie de Gatineau.

L’homme a été arrêté par le SPVG et devra répondre à des accusations de conduite avec les capacités affaiblies, de conduite dangereuse et de délit de fuite.

Son véhicule et son permis de conduire ont été saisis pour une période de trois mois. Il comparaîtra à une date ultérieure.

Un homme meurt électrocuté après un accident de la route en Ontario

Justice et faits divers

Un homme meurt électrocuté après un accident de la route en Ontario

Une homme de 52 ans a perdu la vie après avoir porté secours à un automobiliste  sur l'autoroute 15 au nord de Portland, dans le comté de Rideau Lakes, en Ontario.

Vers 17h30 vendredi soir, une collision impliquant trois véhicules a été rapportée au corps policier du comté.

Un des véhicules avait notamment heurté un poteau électrique. Le conducteur a subi des blessures mineures.

En voulant venir en aide au blessé, un autre usager de la route s'est arrêté et a été tué par un fil électrique lorsqu'un troisième conducteur a accidentellement roulé sur ce dernier.

Le décès de Surendran Thambirajah a été constaté sur le coup.

L'enquête se poursuit.

Une arme chargée et de la drogue saisies à Ottawa

Justice et faits divers

Une arme chargée et de la drogue saisies à Ottawa

Des policiers ont saisi une arme de crime chargée, de la drogue et de l’argent comptant au terme d’une poursuite policière à Ottawa, dans la nuit de jeudi à vendredi.

Aux petites heures du matin vendredi, des agents ont abordé un véhicule suspect dans le pâté de maisons des 300 de la rue Rideau et ont tenté de s’entretenir avec son conducteur. 

Les deux hommes à bord de la voiture ont toutefois essayé de s’enfuir des policiers et ont percuté des véhicules policiers. Les deux individus ont ensuite essayé de se sauver à la course, mais ils les policiers les ont arrêtés après une courte poursuite à pieds. 

Une arme à feu entièrement chargée et un chargeur, un deuxième chargeur à grande capacité plein, d’importantes quantités de cocaïne et de fentanyl mauve destinées au trafic, des comprimés d’oxycodone, de l’hydrocodone liquide, et de l’argent canadien ont été saisis. 

Yves Niyonzima, 25 ans, et Jamal Omar, 28 ans, tous les deux d’Ottawa, ont comparu devant les tribunaux vendredi.

Accusations contre les deux suspects:

  • Possession de biens criminellement obtenus
  • Entrave au travail d’un policier
  • Braquer une arme à feu (3 chefs)
  • Port d’arme dans un dessein dangereux pour la paix publique (3 chefs)
  • Port d’une arme dissimulée (3 chefs)
  • Possession non autorisée d’une arme à feu à autorisation restreinte non enregistrée
  • Possession d’une arme à feu tout en sachant que sa possession est interdite
  • Possession non autorisée d’une arme à feu à bord d’un véhicule automobile (3 chefs)
  • Importation ou livraison non autorisée d’une arme à feu ou de pièces prohibées (3 chefs)
  • Possession d’une arme à feu ou d’une arme prohibée ou à autorisation restreinte obtenue lors de la perpétration d’une infraction (3 chefs)
  • Possession d’une substance répertoriée en vue d’en faire le trafic (3 chefs)
  • Possession d’une substance répertoriée

Accusations supplémentaires contre Yves Niyonzima:

  • Voies de fait dans l’intention de résister à une arrestation
  • Possession d’une arme à feu ou de munitions en contravention d’une ordonnance d’interdiction (3 chefs)