Terry Fox
Terry Fox

Journée Terry Fox : le « Marathon de l’espoir » sauvé par un Gatinois, il y a 40 ans

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
La légende de Terry Fox marque l’imaginaire des Canadiens depuis maintenant quatre décennies. Son courageux périple aurait toutefois pu prendre fin plus tôt, n’eût été de l’intervention d’un Gatinois, en juillet 1980.

C’est le 12 avril 1980 que Terry Fox a débuté son « Marathon de l’espoir », une intense course de 42 km par jour, traversant le Canada d’un océan à l’autre avec une prothèse à sa jambe droite dans le but d’obtenir des fonds pour la recherche contre le cancer.

Le « Marathon de l’espoir » est aujourd’hui un symbole de courage et de détermination pour tous les Canadiens. Toutefois, son mythique périple transcanadien a bien failli se conclure alors qu’il se trouvait dans la région d’Ottawa.

« À la fin de juin 1980, la prothèse de Terry Fox s’est brisée alors qu’il se trouvait tout près d’Ottawa », explique le coordonnateur de la Journée Terry Fox en Outaouais, Bob McRae. « La détermination de Terry est telle, qu’il ne voulait pas manquer une seule journée de course, lui qui devait courir un marathon chaque jour. »

Les médias de la région ont immédiatement repris la nouvelle, si bien que le lendemain, le 1er juillet 1980, un Gatinois se portait à la rescousse de l’athlète.

« Un docteur d’Aylmer, Armand Viau, a rapidement pu accueillir Terry Fox dans son bureau pour réparer sa jambe artificielle. Il a pu reprendre la route la journée même, comme prévu », raconte M. McRae.

La rue où M. Viau habitait, dans le secteur Aylmer, a d’ailleurs plus tard été renommée chemin Terry Fox afin d’immortaliser cette connexion entre la Ville de Gatineau et le courageux coureur.

« Cette histoire, c’est notre lien direct avec la légende de Terry Fox », ajoute M. McRae

Terry Fox en compagnie du docteur gatinois Armand Viau, le 1er juillet 1980.

Une Journée Terry Fox en mode virtuel

Le 40e anniversaire de la Journée Terry Fox se déroule dimanche. Pour l’occasion, une activité virtuelle est organisée partout à travers le pays, dont un volet en Outaouais. 

« On encourage les gens à participer de chez eux. Ils ont le libre choix de faire ce qu’ils veulent pour contribuer. S’ils veulent marcher, courir ou même à vélo, c’est leur choix. On veut que les gens fassent de la sensibilisation à la cause et encourage les gens autour d’eux à effectuer des précieux dons », détaille M. McRae.

Un volet en personne est tout de même organisé dimanche sur le sentier cyclable de la marina d’Aylmer. Pour respecter les consignes sanitaires imposées par la pandémie de COVID-19, les participants sont invités à se rendre sur place au moment qui leur convient le mieux afin d’éviter tout rassemblement. Les participants sont ensuite libres d’effectuer le parcours de leur choix, tout en encourageant leurs concitoyens à faire des dons pour soutenir la recherche sur le cancer.

« Habituellement, ce sont plus de 1000 personnes de la région qui participent à l’événement, mais cette année, on s’attend quand même à ce que quelques centaines de personnes se déplacent pour courir à Aylmer au courant de la journée. On a pas de départ officiel cette année. »

Année après année, le volet gatinois de l’événement est l’un des plus lucratifs alors que la région est la deuxième plus importante en matière de dons pour la recherche contre le cancer au Québec.

M. McRae estime que les fonds amassés jusqu’à présent s’échelonnent à près de 15 000 $. L’objectif est de récolter 20 000 $ à la fin de la journée dimanche.

Ceux et celles qui veulent faire un don à la Fondation Terry Fox peuvent le faire en ligne sur le site web de l’organisme.