Mathieu Tovar Poitras, rédacteur en chef de La Rotonde, espère voir son journal continuer de publier en version papier à la prochaine rentrée.

Journaux étudiants menacés à l'Université d'Ottawa

C’est une fin d’année scolaire sous le sceau de l’incertitude pour les journaux étudiants de l’Université d’Ottawa, La Rotonde et The Fulcrum, qui pourraient bien avoir livré une édition imprimée pour la dernière fois.

Ces journaux font partie de la faune de l’Université d’Ottawa depuis 1932 et 1942, respectivement. Dans le cas du Fulcrum, la décision est déjà prise et son contenu sera désormais publié uniquement en ligne. À La Rotonde, on attend de voir comment les choses vont évoluer au courant des prochains mois.

Ces décisions découlent de la réforme du gouvernement de Doug Ford sur les frais de scolarité dans les collèges et les universités. Les étudiants des établissements postsecondaires ontariens pourront refuser de payer des cotisations à leur association étudiante qui assuraient le financement de nombreuses activités sur les campus, notamment les médias étudiants.

« De session en session, ça peut changer complètement, résume le rédacteur en chef de La Rotonde, Mathieu Tovar-Poitras. À l’automne, on ne connaîtra pas notre budget total avant la date limite pour payer ses frais de scolarité qui est en octobre, je crois. »

Ce dernier se dit toutefois optimiste qu’un nombre important d’étudiants choisiront de verser une cotisation aux médias étudiants de l’Université d’Ottawa, des frais de 3,40 $ pour un étudiant à temps plein au premier cycle (1,83 $ pour les étudiants à temps partiel et 1,17 $ pour les étudiants du deuxième cycle à temps plein).

M. Tovar-Poitras croit que le travail de La Rotonde a permis d’apporter des changements importants à l’Université d’Ottawa au cours de la dernière année. En août, le rédacteur en chef publiait un article sur une enquête policière sur des présumées activités frauduleuses à la Fédération étudiante de l’Université d’Ottawa (FÉUO). S’en sont suivis de nombreux bouleversements qui ont mené au remplacement de la FÉUO par le Syndicat étudiant de l’Université d’Ottawa.

« J’espère que les étudiants feront un retour sur l’année qui vient de passer et qu’ils constateront que beaucoup de choses se sont passées, et que celles-ci ont changé pour le mieux leur vie sur le campus, que tout est parti du travail de La Rotonde. »

Au fil des années, The Fulcrum et La Rotonde ont été de véritables pépinières de journalistes professionnels.

Parmi leurs anciens, on retrouve le chroniqueur santé du Globe And Mail, André Picard, et le journaliste à la section des sports du Droit, Jean-François Plante.

Ce dernier a écrit un mot dans la potentielle dernière édition imprimée de La Rotonde, tout comme le chroniqueur de La Presse et animateur, Patrick Lagacé, ainsi que le journaliste politique au Globe And Mail et auteur du livre Nom de code : MaChouette sur le scandale des commandites, Daniel Leblanc.