Insolite

Des contrôleurs canadiens achètent de la pizza pour leurs homologues américains

Des contrôleurs aériens canadiens achètent des pizzas à leurs homologues américains en signe de soutien dans le contexte de la paralysie partielle du gouvernement américain.

Peter Duffey, président de l'Association canadienne du contrôle du trafic aérien (ACCTA), a affirmé que l'initiative a été lancée lorsque des employés du centre de contrôle d'Edmonton ont décidé de recueillir de l'argent pour acheter des pizzas aux contrôleurs à Anchorage, en Alaska.

D'autres installations à travers le Canada ont décidé de se joindre au mouvement et l'idée a fait boule de neige.

«Nous avons rapidement constaté que nos membres achetaient des pizzas à tout-va pour les collègues des États-Unis», a déclaré M. Duffey dimanche en entrevue téléphonique.

«Dans l'état actuel des choses, je pense que nous avons 36 établissements qui ont reçu des pizzas du Canada, et ce nombre augmente chaque heure», a-t-il ajouté.

M. Duffey estimait dimanche après-midi que quelque 300 pizzas avaient été reçues par les contrôleurs américains.

Il a souligné que de nombreux membres du syndicat cherchaient un moyen de manifester leur solidarité avec leurs collègues américains. Quelque 10 000 d'entre eux travaillent sans rémunération depuis la fin décembre en raison de la paralysie partielle du gouvernement fédéral causée par l'impasse des discussions sur la sécurité à la frontière et le projet de mur cher au président Donald Trump.

Leur syndicat a déposé une plainte devant un tribunal fédéral à Washington vendredi, demandant une ordonnance contraignant le gouvernement à leur payer ce qui leur est dû.

«Le contrôle du trafic aérien est un travail très stressant», a fait valoir M. Duffey.

«Ils disent que vous devez avoir raison à 100 pour cent, 100 pour cent du temps. Les gens n'ont pas besoin du stress supplémentaire de s'inquiéter de la façon de payer leurs hypothèques et leurs factures d'épicerie», a-t-il souligné.

Il a précisé qu'un donateur canadien anonyme a versé 500 $ au fonds pour la pizza, tandis qu'un autre a acheté à lui seul les repas pour deux installations situées à Phoenix, en Arizona, pour les remercier de «prendre soin de tous les "snowbirds" de l'Ouest du Canada qui s'y rendent pour l'hiver».

Insolite

Dame Perruche préfère apparemment les mâles intelligents

WASHINGTON - Les experts des perruches ont depuis longtemps observé que les femelles appréciaient chez les mâles la splendeur d’un plumage ou la virtuosité d’un chant.

Mais pour sélectionner un partenaire, prennent-elles également en compte l’intelligence? Charles Darwin l’avait théorisé, mais l’hypothèse s’est avérée difficile à vérifier, en tout cas chez les animaux.

Une expérience conduite par des chercheurs de l’Académie chinoise des sciences et de l’université néerlandaise de Leyde, publiée jeudi dans la revue Science, semble donner une réponse affirmative à cette question fondamentale sur l’évolution.

Les chercheurs ont réalisé un test sur un total de 34 perruches ondulées, une espèce présente en Australie.

Prenons l’une des femelles recrutées.

Dans un premier temps, elle a été placée en présence de deux mâles. Elle en a naturellement choisi un: les chercheurs ont su lequel en mesurant combien de minutes elle passait avec l’un plutôt que l’autre dans la cage.

Puis le mâle non préféré a bénéficié d’un entraînement privilégié afin d’apprendre à ouvrir deux types de boîtes contenant des graines. Le mâle préféré n’a reçu, lui, aucune formation.

La femelle a ensuite observé les deux mâles face aux boîtes --un exercice cruel pour le mâle préféré qui n’a pu que montrer son inaptitude à la femelle, tandis que son rival brillait par sa technique d’ouverture.

Dernière phase: les deux mâles ont été replacés dans la même cage que la femelle. Les chercheurs avaient l’intuition qu’elle changerait de préférence après avoir observé la piètre prestation du mâle préféré.

Et c’est bien ce qu’il s’est passé: huit des neuf perruches femelles du groupe test ont changé de mâle et passé plus de temps avec l’ex-mâle non préféré, ce qui n’a pas été observé dans le groupe témoin.

«L’observation directe de compétences cognitives peut affecter les critères de préférence du partenaire», concluent les auteurs de l’étude, qui démontre selon eux «que les capacités cognitives peuvent être sélectionnées directement par le choix du partenaire».

En clair: l’intelligence procurerait bien un avantage reproductif, c’est-à-dire un avantage en terme d’évolution.

Bien sûr, il ne s’agit que d’une seule expérience à ce stade, il en faudra d’autres pour confirmer la méthode et solidifier les résultats.

Mais deux spécialistes de l’évolution de l’Université de Californie à Irvine, dans un commentaire indépendant publié dans Science, estiment que la nouvelle méthodologie présentée jeudi «deviendra un outil important pour les futures études sur les préférences de partenaires».

Insolite

De mystérieux signaux de l’espace sont détectés par des chercheurs canadiens

De mystérieux signaux radio en provenance de l’espace ont été détectés par des scientifiques canadiens à l’aide d’un télescope situé au pays, et proviendraient d’une galaxie à des milliards d’années-lumière de la Terre.

Ils pourraient aider à comprendre l’évolution de l’univers, estime Seith Siegel, étudiant postdoctoral en physique à l’Université McGill, qui a travaillé à concevoir le télescope et qui est l’un des auteurs des recherches publiées mercredi dans la revue scientifique «Nature».

Des scientifiques de l’Université McGill à Montréal, de l’Université de Toronto, de l’Université de la Colombie-Britannqiue, de l’Institut Périmètre de physique théorique et du Conseil national de recherches du Canada ont rapporté cette étrange découverte.

Plus spécifiquement, ils ont détecté le deuxième sursaut radio rapide répétitif à être enregistré par des Terriens. Les sursauts radio rapides (FRB) sont de courtes impulsions d’ondes radio provenant d’une source située bien au-delà des confins de la Voie lactée, notre galaxie.

Ils sont considérés comme un mystère par les scientifiques depuis que les premiers FRB répétitifs ont été décelés.

La découverte du signal extragalactique est l’un des premiers résultats fort attendus du radiotélescope révolutionnaire CHIME (Expérience canadienne de cartographie de l’intensité de l’hydrogène), inauguré à la fin de 2017. Il a été conçu et construit par des astronomes canadiens et est situé dans la vallée de l’Okanagan, en Colombie-Britannique.

Un FRB pourrait provenir d’un amas dense, comme un reste de supernova, ou encore d’un point situé près du trou noir central d’une galaxie, a expliqué par communiqué Cherry Ng, membre de l’équipe et astronome à l’Université de Toronto. Mais il reste encore bien des choses à découvrir à leur sujet.

Ces découvertes démontrent l’efficacité et la force du télescope canadien, qui permettra sûrement de mener à bien d’autres découvertes, a fait valoir M. Siegel.

Insolite

Un autre «fatberg» découvert dans les égouts au Royaume-Uni

LONDRES - Un autre gigantesque «fatberg» a été découvert dans les égouts d’une ville britannique.

Celui-ci a été trouvé à Sidmouth, dans le sud-ouest du pays.

Un responsable de la compagnie South West Water a dit que le monstre long de 64 mètres est composé de gras durci, d’huile et de lingettes pour bébés.

Andrew Roantree a dit que les ouvriers auront besoin d’au moins huit semaines pour le disséquer «dans des conditions de travail exceptionnellement difficiles».

Il a demandé au public de «ne pas nourrir le fatberg» en versant du gras dans les égouts ou en jetant des lingettes dans les toilettes.

En 2017, un «fatberg» de 250 mètres avait été trouvé dans les égouts de Whitechapel, dans l’est de Londres. Un segment avait ensuite été exposé au Musée de Londres, à l’intérieur de boîtes transparentes.