Insolite

Antara, superhéros arabe, en bande dessinée

SHARJAH — Mi-Superman, mi-Roméo, le poète préislamique du VIe siècle Antara, célébré dans l’art populaire et dans la mémoire collective des Arabes, a enfin droit à sa bande dessinée, expression artistique relativement nouvelle dans le monde arabe.

L’initiative revient à la maison d’édition Kalimat de Sharjah, l’une des sept composantes des Émirats arabes unis, qui se projette comme un centre culturel régional.

Antara est la première bande dessinée produite en arabe par cette maison d’édition spécialisée notamment dans la traduction de mangas japonais.

Ses publications en arabe connaissent de plus en plus de succès dans les pays du golfe, selon les éditeurs.

Antara est «le meilleur choix pour un superhéros arabe», indique Moumen Helmi, l’auteur égyptien de cette BD. L’histoire de ce poète et guerrier, également appelé Antar, mêle chevalerie, amours contrariées, racisme et courage.

Sous la plume d’Ashraf Ghori, célèbre dessinateur indien, Antara illumine cette bande dessinée très colorée qui se veut aussi éclatante que les exploits du héros épique.

Selon une version de sa biographie, Antara, de son vrai nom Antara Ibn Chadded el Absi, est né d’une mère noire, princesse éthiopienne pour les uns, simple servante pour les autres.

Il n’est pas reconnu par son père, chef d’une tribu dans l’ouest de l’Arabie saoudite actuelle, et a un statut d’esclave.

En défendant sa tribu, les Banu Abs, il ressent sa condition d’esclave quand, après une victoire, il se voit proposer, en raison de son statut, seulement la moitié de la récompense revenant à chaque combattant.

«Couleur de peau»

Antara s’exile alors dans le désert avant d’être de nouveau sollicité pour défendre sa tribu. Il gagnera sa liberté, selon la légende, après avoir joué un rôle majeur dans la défaite de l’ennemi.

«Les Arabes aiment l’exagération autour d’une personnalité et on a pensé à le transformer en superhéros comparable à ceux qu’on trouve aux États-Unis, en Europe et au Japon», souligne M. Helmi.

La BD illustre, selon lui, les transformations de la personnalité d’Antara «qui a commencé sa vie en esclave, maltraité par sa tribu en raison de la couleur de sa peau et du statut de sa mère, pour devenir un héros» par la suite.

La bravoure d’Antara n’a d’égale que la force de sa poésie, qu’il consacre notamment à louer ses propres exploits guerriers et à clamer son amour pour sa cousine Abla, dont le coeur lui a été longtemps refusé.

Ces deux sujets sont au cœur de sa «moualaka», l’un des sept poèmes préislamiques les plus célèbres.

Actualités

Un Trifluvien en Cour d'appel pour récupérer son chat Sundae

Prêt à tout pour sa petite boule de poils, un homme de Trois-Rivières s'est battu jusqu'en Cour d'appel pour retrouver son chat «Sundae».

Le 13 avril dernier, le fripon félin a profité d'une porte ouverte pour aller voir si l'herbe était plus verte dehors. Malheureusement, il ne portait ni son collier, ni sa médaille, souligne la Cour d'appel dans sa décision rendue cette semaine.

Avec sa conjointe et leurs quatre enfants, son propriétaire l'a cherché partout, en vain.

Le chat est fort sociable, selon la famille, et il s'invitait souvent chez les voisins.

«Il va vers les gens, s'y colle et s'invite même à souper et des fois, à coucher. Sundae vocalise sa vie. Il aime nous faire part de ses petits gestes par un «brouing» bien senti. C'est un chat méga affectueux, câlin et ronronneux», décrit sa famille sur un message Facebook qui résume la situation.

Puis la famille a cette idée: contacter la Société protectrice des animaux (SPA) pour voir si Sundae n'y aurait pas abouti. Elle fait un signalement le 23 avril.

Et bien oui. Sauf qu'aussitôt arrivé, aussitôt adopté.

Informations confidentielles

L'homme a demandé les coordonnées des nouveaux propriétaires, pour discuter avec eux. Mais la SPA a refusé. Il s'agit d'informations confidentielles, plaide-t-elle, et elle ne peut les dévoiler, est-il rapporté dans le jugement de la Cour d'appel.

La famille est choquée. «Je comprends alors que lors du signalement, le 23 avril, notre chat était dans leurs locaux! Et qu'il a été adopté deux fois tout en étant signalé comme disparu! Je tombe de ma chaise! Nous pensions naïvement qu'une fois signalé, le propriétaire était avisé au moindre contact des gens de la SPA avec l'animal», est-il écrit. Ils nous ont volé la chance de pouvoir le récupérer, est-il ajouté dans le message Facebook.

Selon ce que la famille se serait fait dire par la SPA, les nouveaux propriétaires ont refusé de le rendre une fois mis au courant de la situation. Même si la famille soutient avoir offert de rembourser les frais d'adoption.

«Mon fils le plus vieux le connaît depuis ses 8 ans. Mes trois plus jeunes le connaissent depuis leur naissance. Sundae fait partie de nos vies et nous de la sienne», est-il écrit dans le message Facebook.

L'identité des nouveaux propriétaires divulguée

Le Trifluvien a donc interpellé les tribunaux pour retrouver le petit animal caramel et blanc, qui fait partie de la famille depuis 2009, dit-il.

Un premier juge de la Cour du Québec a ordonné à la SPA de remettre les informations au propriétaire du chat, mais celle-ci a demandé la permission de porter la cause en appel.

La Cour d'appel a refusé cette permission et confirmé la décision du juge.

«Comme propriétaire du chat «Sundae», l'intimé (le propriétaire) a le droit, au moyen d'une ordonnance de type «Norwich», d'obtenir de la SPA Mauricie les informations concernant le nom et les coordonnées de la famille qui aurait adopté le chat afin de tenter de le récupérer», écrit le juge Robert Mainville de la Cour d'appel.

La SPA Mauricie n'a pas retourné les appels de La Presse canadienne.

L'homme et sa famille pourront vraisemblablement faire cette ultime démarche. À moins que le félin vagabond n'ait fait depuis une seconde fugue....

Insolite

Nouvelle-Écosse: une tonne de cartes de souhaits pour un veuf de 92 ans

SYDNEY, N.-É. - Un veuf de la Nouvelle-Écosse a été ravi de recevoir près d’un millier de lettres, en provenance du monde entier, après que sa fille a invité des personnes à lui envoyer des cartes alors qu’il approchait de son premier anniversaire sans son épouse bien-aimée.

Gerard Dunn n’y croyait pas quand il a vu sa fille Miriam mettre des piles de cartes et de lettres sur le canapé de sa maison à Sydney.

L’homme 92 ans avait conservé les cartes qu’il avait reçues de sa femme Ellen lors des nombreux anniversaires et des vacances partagés au cours de plus de six décennies de mariage.

Pour le premier anniversaire depuis le décès d’Ellen, sa fille a décidé d’offrir à l’ancien employé du bureau de poste un cadeau spécial en invitant les utilisateurs de Twitter à lui envoyer leurs meilleurs voeux.

La demande a été partagée plus de 20 000 fois. En quelques jours à peine, le père de sept enfants a reçu près de 1000 lettres et cartes.

Gerard Dunn est capable de lire l’avalanche de courrier lui-même, sans lunettes!

+

Insolite

Publicité bannie des ondes pour avoir diffamé l’avocat

LONDRES — Une publicité de la chaîne britannique de café Costa a été interdite à la radio pour avoir moqué les avocats, conseillant plutôt pour le petit-déjeuner sandwich au bacon et muffin à l’oeuf.

«Il y a beaucoup à dire pour la défense des avocats mûris à la maison», proclamait la pub. «Bien sûr, ils seront durs comme du bois pendant les 18 premiers jours, 3 heures et 20 minutes et là ils seront prêts à être consommés pendant environ 10 minutes, puis ils seront fichus», raillait la publicité, radiodiffusée en juin.

Des auditeurs n’ont pas apprécié et porté plainte contre ces remarques diffamatoires propres à décourager la consommation de fruits et légumes frais.

Costa a fait valoir que l’argumentation portait sur «le délicat problème du mûrissement» de l’avocat et ne suggérait pas aux auditeurs de faire un choix définitif entre deux types de petit-déjeuner.

Mais l’autorité réglementant la publicité (ASA) a donné raison aux plaignants, estimant que «même sur un ton léger, la publicité suggérait que les avocats étaient un mauvais choix de petit-déjeuner et qu’un sandwich au bacon ou un muffin à l’oeuf étaient une meilleure alternative, décourageant par là-même le choix d’un avocat».

La publicité a donc été interdite et Costa prié de s’assurer que ses publicités «n’encouragent pas de mauvaises habitudes alimentaires et ne dénigrent pas de saines pratiques diététiques».