Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La jeune femme s'est présentée en milieu hospitalier avec un sarrau blanc et un stéthoscope et a réalisé des consultations.
La jeune femme s'est présentée en milieu hospitalier avec un sarrau blanc et un stéthoscope et a réalisé des consultations.

Une jeune femme accusée de s’être fait passer pour une médecin

Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Une jeune femme se faisant passer pour une médecin s’expose à un total de 67 500 $ d’amendes devant la Cour du Québec.

Annie Ung devra se présenter au palais de justice de Longueuil le 26 août prochain pour répondre de ses actes.

Le Collège des médecins a publié un avertissement à ses membres, mercredi, les avisant que la jeune Longueuilloise «n’étant pas médecin et n’ayant aucune formation médicale pertinente est parvenue à confondre du personnel médical en milieu hospitalier et en clinique».

Annie Ung se serait ainsi présentée dans divers contextes en se disant «résidente en médecine généraliste dans un hôpital de la région de Montréal» et «directrice adjointe et responsable» dans des cliniques médicales. Elle a notamment réussi à effectuer à deux reprises des stages dans des cliniques médicales et à se présenter en milieu hospitalier avec un sarrau blanc et un stéthoscope et à réaliser des consultations.

Le premier chef d’accusation porte sur une demande de stage, en novembre 2019, au CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal. Le mois suivant, elle se serait fait passer pour une médecin lors d’une consultation à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont. Cinq infractions seraient ensuite survenues en juillet 2020, soit à deux reprises lors de conversations téléphoniques avec du personnel de la Polyclinique Levasseur de Montréal et à deux autres reprises lorsqu’elle s’est rendue à la clinique médicale Crowley, également à Montréal.

Les deux dernières accusations ont trait au fait qu’elle se soit affichée comme médecin en août 2020 sur le réseau social LinkedIn et aurait laissé croire qu’elle était autorisée à exercer des actes réservés aux membres de l’ordre professionnel.

D’ailleurs, au moment d’écrire ces lignes, le profil LinkedIn de Mme Ung la présentait toujours comme «Chef responsable clinique chez Clinique Médicale En Route»

Elle y affirme détenir «plusieurs formations dans diverses (sic) domaines de la santé.» et ajoute qu’elle «possède de l’expérience en médecine, mais également en pharmacie en plus des traitements en réadaptation physique (physiothérapie, ergothérapie, chiropractie, ostéopathie et acupuncture) et en thérapies d’interventions psychosociales.»

Mme Ung mentionne également qu’elle a une formation de gestionnaire en santé et qu’elle s’assure «d’être à jour dans les nouveautés en ce qu’il s’agit (sic) de diagnostics, traitements et prises en charges (sic) en assistant à entre autres au Congrès annuel de médecine donné par les Médecins francophones du Canada dont je suis membres (sic).»

Chacun des neuf constats demande l’imposition de 5000 $ d’amende et de 2500 $ de frais, soit 7500 $ par chef pour un total de 67 500 $.

Le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal a dit mercredi par courriel «confirmer que cette femme ne pratique pas à l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont». «Des signalements ont été faits auprès de Facebook et de LinkedIn», a indiqué le CIUSSS.

«Une dénonciation auprès du Collège des médecins du Québec a effectivement été faite après que la dame ait tenté de s’inscrire à un stage dans notre établissement», a-t-on ajouté.