Image de l'incident captée par une caméras de AFPTV à Pékin, mercredi

Le patron du Google chinois aspergé d’eau lors d’une conférence

PÉKIN - Robin Li, fondateur et PDG de Baidu, le moteur de recherche dominant en Chine, a été aspergé d’eau mercredi par un inconnu lors d’une conférence sur l’intelligence artificielle à Pékin.

Cet événement de deux jours, réunissant développeurs et entreprises, est l’occasion pour la firme chinoise de présenter ses dernières innovations technologiques dans le secteur.

Évoquant à la manière des célèbres conférences d’Apple les percées de Baidu dans le domaine des voitures intelligentes, Robin Li a été brièvement interrompu sur scène par un individu qui lui a vidé une petite bouteille d’eau sur la tête.

«C’est quoi ton problème?», a-t-il alors lancé en anglais à l’inconnu, qui disposait d’un badge d’accréditation.

L’incident, qui n’a duré que quelques secondes, a semblé dans un premier temps faire partie de la présentation, avant que la sécurité n’intervienne afin d’évacuer l’intrus.

«Tout le monde peut voir que le chemin du développement de l’intelligence artificielle est plein d’imprévus», a réagi Robin Li, visage et chemise blanche mouillés, avant de reprendre sa présentation sous les applaudissements.

Dans un communiqué publié après l’incident, Baidu n’a donné aucune information sur l’inconnu en question.

Ce genre d’incident affectant des personnalités est relativement rare en Chine, où les mesures de sécurité sont généralement drastiques.

Baidu, centré à l’origine sur son moteur de recherche, est un géant désormais présent notamment dans l’intelligence artificielle et les objets connectés. Cela lui vaut le surnom de «Google chinois».

L’entreprise est par ailleurs engagée dans une rude concurrence avec ses compatriotes Tencent et Alibaba sur le marché prometteur de la vidéo en ligne de type Netflix.

Baidu a engrangé plus de 100 milliards de yuans (18,7 milliards $CAN) de chiffre d’affaires en 2018. Mais face au ralentissement économique en Chine, il a enregistré en janvier-mars ses premières pertes trimestrielles depuis son introduction en Bourse en 2005.