Selon le rapport du Service de police de la Ville de Montréal, les journaux qui ont servi à envelopper le fœtus dataient de décembre 1948.

Fœtus momifié: le coroner dépose son rapport

MONTRÉAL — Le fœtus momifié retrouvé dans le plafond d’une résidence de Westmount, sur l’île de Montréal, était probablement le fruit d’une grossesse tenue secrète remontant aux années 1940, a indiqué le coroner, jeudi.

Beaucoup de questions demeurent toutefois sans réponse concernant le fœtus presque à terme de sexe féminin, qui était emballé dans du papier journal lorsqu’il est tombé sur la tête d’un travailleur de la construction en janvier 2017.

Le coroner Steeve Poisson écrit dans un bref rapport rendu public jeudi que l’autopsie n’a pas permis de déterminer comment la petite fille était morte ou si elle était née vivante.

Aucune lésion n’a été découverte sur la dépouille et les analyses toxicologiques n’ont pas pu être pratiquées.

Selon le rapport du Service de police de la Ville de Montréal, qui a dépêché des agents sur les lieux au moment de la découverte, les journaux qui avaient servi à envelopper le fœtus dataient de décembre 1948.

Le propriétaire actuel de la demeure y habite depuis 1978.

M. Poisson révèle dans son rapport que la dernière personne encore vivante à avoir résidé dans la maison en 1948 avait fourni un échantillon d’ADN pour des fins de comparaison avec un bout de cordon ombilical retrouvé avec le corps, mais les tests n’ont pas permis d’établir un lien génétique.

« Selon les conclusions de l’enquête, l’hypothèse la plus plausible serait une grossesse cachée de la part d’une femme de ménage ou de la femme qui habitait l’endroit à l’époque et qui, suite à la naissance du bébé, l’aurait caché dans le plafond du sous-sol à défaut de pouvoir l’enterrer à cause du sol possiblement gelé ou d’en disposer autrement pour des raisons religieuses liées à l’époque », conclut le coroner Poisson dans son rapport.