Une fois par an, des légions d’Elvis débarquent à Parkes, dans l’arrière-pays australien.

Des Elvis redonnent vie à l’arrière-pays australien [PHOTOS]

PARKES - Une fois par an, Parkes, localité minière endormie dans le vaste arrière-pays australien, prend des allures de «Graceland» pour célébrer le «King»: des légions d’Elvis débarquent, vêtus de combinaisons en lamé et dégoulinants de sueur sous leur moumoute.

Le Festival Elvis de Parkes attire pendant cinq jours dans cette zone rurale des dizaines de milliers d’admirateurs arrivés à bord du «Elvis Express» ou du «Blue Suede Shoes Express». Il se vante d’être le plus grand événement consacré à la superstar américaine de tout l’hémisphère sud.

La métamorphose de la ville va au-delà de l’insolite. D’après les organisateurs, les 27.000 festivaliers ont généré cette année 13 millions de dollars australiens (12,4 millions $CAN) de retombées pour l’économie locale.

«C’est tout simplement dingue», dit à l’AFP Andrew Porter, propriétaire du North Parkes Motel, commentant l’afflux croissant de visiteurs. «C’est devenu de plus en plus fréquenté au fil des années. Cela a aidé toute l’économie».

Elvis Presley, né le 8 janvier 1935 et mort en 1977 à 42 ans, ne s’est jamais rendu en Australie. Le festival se tient depuis 1993 en janvier, au plus près de la date de son anniversaire, quand les températures de l’été austral dépassent allègrement les 40 degrés.

Ce qui ne décourage pas les amateurs: les chambres d’hôtel sont réservées des années à l’avance, les sites dédiés débordent de caravanes et les terrains de sport sont hérissés de toiles de tente.

+

Un admirateur d’Elivs Presley s’apprête à prendre le train à Sydney à destination de Parkes.

+

Plein d’argent

«Beaucoup de gens viennent ici et dépensent un gros paquet d’argent. Je sais que c’est la vérité», raconte Elvis Lennox, qui s’appelait jadis Neville Steven et possède une vaste collection de souvenirs qu’il expose dans son musée privé.

Comme de nombreuses localités de l’intérieur aride et riche en minerais de l’immense île-continent, Parkes est né quand on y a découvert de l’or. La ville, située à environ 300 kilomètres à l’ouest de Sydney, a également prospéré grâce à l’agriculture.

Mais dans les années 1990, les régions rurales se sont mises à péricliter, les emplois agricoles sont devenus plus rares et le nombre d’habitants a chuté.

Pour essayer de trouver des clients au creux de l’été, quand les habitants fuient vers la côte pour échapper à la chaleur, les restaurateurs Bob et Anne Steel, 77 et 75 ans aujourd’hui, ont eu l’idée d’organiser une fête d’anniversaire pour leur idole. La première édition avait attiré 200 participants. Mais les Steel se sont alors tant amusés qu’ils ont continué et la municipalité a fini par soutenir l’aventure.

Pendant la première décennie, le festival n’a eu que peu d’impact sur l’économie locale, se rappelle le maire Ken Keith. Mais l’augmentation de la fréquentation est allée de pair avec celle des revenus.

Des villes jusqu’à deux heures et demie de route profitent de l’aubaine, proposant chambres et transport aux festivaliers restés bredouilles à Parkes même.

+

Le vice-premier ministre australien Michael McCormack et le maire de Parkes Ken Keith ont participé au défilé du Festival Elvis.

+

«L’appel d’Elvis»

«Ils se lèvent à 05H00, arrivent à Park à 07H00, et repartent après les spectacles à minuit. C’est éprouvant, mais ils le font. C’est Elvis lui-même qui les appelle», dit M. Lennox à l’AFP.

D’après le gouvernement de Nouvelle-Galles du Sud, 43 millions de dollars australiens devraient être injectés cette année dans la région en général, une manne inespérée en pleine période de sécheresse grave.

Les habitants de Parkes travaillent toujours dans les mines, l’agriculture et la logistique des transports. Mais le festival a donné un coup de fouet à l’industrie des services ainsi qu’à la population.

Ces dix dernières années, le nombre d’habitants a augmenté de 4%, à 12.000 âmes, selon le Bureau australien des statistiques. Une situation qui tranche nettement avec le vécu d’autres localités rurales.

Parkes est un modèle pour les régions agricoles qui veulent se réinventer, juge Chris Gibson, géographe à l’Université de Wollongong.

Inspirées de son exemple, d’autres petites villes ont créé leur propre événement, comme Trundle avec son festival ABBA ou Kandos et son festival Bob Marley, selon le chercheur, qui a compilé des données sur 2.800 festivals à travers l’Australie.

À Parkes, les visiteurs peuvent assister à plus de 200 événements en rapport avec le «King», mais le festival surfe aussi sur l’amour des Australiens pour la fête.

Immortel

«On ne se prend pas trop au sérieux», commente le maire, vêtu d’une combinaison bleu ciel, de lunettes d’aviateur et d’une perruque banane.

La tradition sportive australienne est aussi à l’honneur: des dizaines d’Elvis en combinaison blanche et perruque disputent des matches de rugby avec la même ferveur qu’ils mettent à boire des bières.

«Le festival honore un artiste qui n’a jamais visité l’Australie, sans parler de Parkes, en pleine canicule d’été, quand ce n’est vraiment pas confortable de porter des combinaisons en polyester», ajoute M. Gibson. «Ce sens de l’amusement est l’une des raisons de son succès».

Une majorité de festivaliers ont plus de 55 ans même si l’événement attire toujours plus de jeunes. Les admirateurs sont reconnaissants à Parkes de maintenir leur idole en vie.

«Des femmes sont venues, les larmes aux yeux. Je leur ai demandé ‘‘Que se passe-t-il?’’ et elles ont répondu: ‘‘Il n’est pas mort, il est en vie, on peut le voir ici’’», s’extasie M. Lennox.

«J’ai dit, ‘‘Oui je sais, on essaye de le garder en vie autant que possible. Il ne mourra jamais tant qu’on sera vivants’’».

+

Un admirateur d’Elivs Presley donne une petite prestation à la gare à Sydney avant de prendre le train pour Parkes.