Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Insolite

Quand un conseiller de Trump invente un expert fictif sur la Chine

WASHINGTON — Le principal conseiller en politique commerciale de la Maison-Blanche a utilisé son alter ego fictif pour alimenter des discussions sur le conflit commercial sino-américain, a rapporté mercredi le New York Times.

Peter Navarro, connu pour son hostilité envers la Chine, a diffusé une note écrite par «Ron Vara», un expert fictif qu'il a cité dans plusieurs de ses livres.

Insolite

Le surdoué de neuf ans Laurent Simons quitte l’université

LA HAYE — Laurent Simons, surdoué de neuf ans qui s’apprêtait à obtenir son diplôme de licence en génie électrique de l’Université d’Eindhoven, a mis un terme à ses études, ont fait savoir mardi ses parents.

Laurent et ses parents ont pris cette décision en raison d’un conflit sur l’emploi du temps, l’université souhaitant reporter sa remise de diplôme qui devait se dérouler fin décembre, a indiqué à l’AFP son père, Alexander Simons.

Le petit surdoué, qui était le plus jeune étudiant de l’Université de technologie d’Eindhoven, a fait le tour des médias internationaux ces dernières semaines.

À LIRE AUSSI : Petit surdoué bientôt diplômé en génie électrique à neuf ans

«Son père a réitéré son souhait explicite que son fils obtienne sa licence à l’âge de neuf ans», ce qui signifie que Laurent aurait dû compléter un cursus de trois ans en dix mois, a déclaré l’université dans un communiqué.

«Laurent est un garçon au talent sans précédent, dont le rythme d’étude est exceptionnel. Cependant, l’université ne considère pas cette date de fin ciblée comme réalisable compte tenu du nombre d’examens que Laurent aurait dû passer avant son dixième anniversaire, le 26 décembre», selon ce communiqué.

L’université explique avoir proposé aux parents un emploi du temps qui aurait permis à Laurent de finir ses études d’ici la mi-2020, ce qui aurait «toujours été, à tous égards, un calendrier extrêmement rapide».

«Les parents ont décidé de ne pas accepter cet horaire et de stopper les études de Laurent à l’université. Nous le regrettons», a déploré l’établissement.

Né d’un père belge et d’une mère néerlandaise, Laurent Simons est entré à l’école primaire à quatre ans. Cinq ans plus tard, il était à l’université.

Laurent a déjà reçu deux offres de la part d’universités étrangères pour y étudier, mais n’exclut pas de prendre une année sabbatique, a déclaré son père à l’AFP.

Insolite

Chiens aztèques nus cherchent hipsters de tous poils

MEXICO - Totalement dépourvu de poils, avec de grandes oreilles flottant au vent, le regard humide d’un vieux sage et un nom imprononçable: au Mexique, les chiens xoloitzcuintles (Cho-lo-its-quouint-less) sont la coqueluche des hipsters chevelus et barbus.

Noirs, la peau lisse, ils sont de plus en plus visibles dans le pays et notamment à Mexico, dans un musée, où ils côtoient des peintures de Frida Kahlo et Diego Rivera.

En tout, treize de ces chiens insolites et typiquement mexicains ont le privilège de gambader sur les pelouses du Museo Dolores Olmedo, où une statue en leur honneur a été érigée et un gardien embauché pour prendre soin d’eux.

Le choix de ce chien pour la famille des deux artistes s’est tout naturellement imposé à eux, pétris qu’ils étaient de leur héritage mexicain.

Les «xolos», leur nom abrégé, apparaissent dans leurs peintures, certaines exposées au musée où court leur descendance.

Leur origine dans la région remonte à 7.000 ans et ils ont été domestiqués pour la première fois il y a environ 5.500 ans.

Pour les nommer, les Aztèques se sont inspirés du dieu de la mort, Xolotl, auquel ils ont apposé «itzcuintli», chien.

Ils avaient pour coutume de s’enterrer avec leurs xolos afin qu’ils les guident jusqu’à «Mictlan», le monde souterrain post-mortem.

L’arrivée des conquistadors espagnols en 1519 et le renversement des Aztèques, a failli les faire disparaître. Très catholiques, ils les assimilaient à des croyances païennes et les mangeaient.

Le xolo a survécu en grande partie grâce aux montagnes du sud du Mexique, où les Espagnols ont fait peu d’incursions. À l’état sauvage, ils ont été domestiqués par des indigènes.

«Ces agriculteurs ont conservé le xolo. Ils les ont élevés et les ont adoptés comme animaux de compagnie», explique à l’AFP Maria Olvido Moreno, historienne.

+

Insolite

Fier d’avoir mangé la banane à 120 000$

NEW YORK — Avant de manger la banane qu’avait scotchée au mur l’artiste italien Maurizio Cattelan, une œuvre vendue 120 000 $ à la foire d’art contemporain Art Basel de Miami, David Datuna a attendu quelques heures, histoire d’«avoir faim», a expliqué lundi en riant l’artiste, de retour à New York.

Né à Tbilissi et installé aux États-Unis depuis 22 ans, David Datuna s’est montré fier de ce geste qui a fait sensation après qu’il eut posté sur son compte Instagram une vidéo de lui savourant la fameuse banane.

Bien que cette «performance artistique» puisse lui valoir des ennuis judiciaires — même si la banane a été rapidement remplacée par une autre sur le mur de la galerie —, il s’est targué lundi, lors d’un point presse à New York, d’être «le premier artiste à manger l’art d’un autre artiste». Et a indiqué avoir reçu depuis «40 à 50 000 messages sur Instagram», presque tous encourageants.

S’il ne l’a jamais rencontré, il dit respecter le travail de Maurizio Cattelan. «C’est un génie», qui «se moque de tout», a confié M. Datuna, mais «j’aime aussi ce que j’ai fait». 

Actualités

Les ourses s'approcheraient des humains pour protéger leurs petits

MONTRÉAL — Des ourses brunes scandinaves semblent rechercher la proximité des habitations humaines afin de protéger leurs petits des mâles potentiellement agressifs, a constaté une chercheuse québécoise.

La doctorante Joanie Van de Walle, de l'Université de Sherbrooke, collabore avec des scientifiques de Norvège et de Suède qui étudient depuis une trentaine d'années la population d'ours bruns de cette région du monde.

Au fil du temps, ils ont remarqué que les femelles restent de plus en plus longtemps avec leurs jeunes, probablement parce que la réglementation de la chasse protège les membres de groupes familiaux; en d'autres mots, les femelles sont à l'abri des chasseurs tant qu'elles sont avec leurs oursons.

«Il semblerait aussi que les femelles qui ont des jeunes ont tendance à s'approcher des habitations humaines, a expliqué Mme Van de Walle. On s'attendrait normalement à ce que les ourses évitent d'être proches des humains, mais dans ce cas-ci, il semblerait qu'elles s'approchent des habitations humaines pendant la période de reproduction. Ce n'est pas, par exemple, parce que les femelles cherchent de la nourriture près des habitations humaines.»

Durant la période de reproduction, poursuit-elle, il y a un risque d'infanticide ou d'interaction agressive avec les mâles. Il est en effet bien documenté que les mâles auront tendance à tuer les oursons qui ne sont pas les leurs, afin d'accélérer le retour en chaleur de la femelle pour pouvoir ensuite s'accoupler avec elle.

Des données fournies par des colliers GPS ont révélé aux chercheurs que les femelles ont tendance à s'approcher des habitations humaines quand elles sont accompagnées de petits, possiblement pour éviter de rencontrer des mâles et protéger leur progéniture. Peut-on dès lors en conclure qu'elles ont «appris» que les habitations humaines sont synonymes de sécurité?

«C'est une bonne question, a reconnu Mme Van de Walle. On ne sait pas si c'est un apprentissage. Peut-être. Après la saison de reproduction, on observe que les femelles ont tendance à changer de nouveau de comportement. Elles vont commencer à éviter les habitations humaines.

«C'est quand même curieux que pendant une certaine période, qui est quand même assez courte, les femelles auraient un comportement vraiment très particulier de s'approcher des habitations humaines, et après ça elles vont les éviter. Est-ce que c'est appris, ou est-ce que c'est que les femelles qui font ça sont celles qui survivent mieux et se reproduisent mieux ? On ne le sait pas à l'heure actuelle.»

Stratégie imparfaite

Mais cette stratégie n'est pas parfaite, puisqu'elle s'accompagne de certains risques pour les ourses.

«Il y a un risque qui est associé à la proximité aux humains, c'est certain, a expliqué Mme Van de Walle. Il y a un risque au niveau nutritif […] parce que souvent la diète est un peu moins bonne pour les ourses qui vont s'approcher des habitations humaines. Il y a un risque d'être dérangées par les humains dans leurs comportements. Mais aussi elles peuvent être considérées comme des ourses nuisibles, et à ce moment-là il y a toujours un risque associé.»

Les ours bruns de Scandinavie sont la même espèce que les grizzlis canadiens; seul le nom est différent. Mais contrairement aux grizzlis, les ours bruns de Scandinavie sont beaucoup plus craintifs des humains et «le risque qu'une rencontre avec un ours dégénère en Scandinavie est beaucoup plus faible», a dit Mme Van de Walle.

Mais, ultimement, le risque associé à rencontrer des mâles pendant cette période serait plus grand que le risque que les femelles encourent à demeurer près des habitations humaines, a-t-elle précisé.

Les chercheurs aimeraient maintenant savoir s'il s'agit d'un comportement qui se répète dans le temps et que les femelles adoptent année après année.

Insolite

Un ours blanc peinturluré alarme les scientifiques [VIDÉO]

MOSCOU - Les images d’un ours polaire en liberté sur lequel est peint le mot T-34, nom d’un célèbre tank soviétique, alarmaient jeudi des scientifiques russes qui craignent que la peinture dérange l’ours en chasse en gâchant son camouflage.

La vidéo de l’ours a été publiée lundi sur Facebook par Sergueï Kavry, un membre de l’organisation World Wildlife Fund (WWF) en Russie, avant d’être reprise par les médias locaux russes. Selon ceux-ci, des scientifiques auraient marqué l’ours alors qu’il s’aventurait à la recherche de nourriture près d’une localité habitée dans l’Arctique.

Dans sa publication, Sergueï Kavry dit pourtant craindre que les énormes signes peints sur le flanc de l’animal l’empêchent de chasser et le condamnent à mourir de faim. «Pourquoi? Pourquoi? Il ne sera plus capable de chasser discrètement», a-t-il écrit.

Chercheur à l’Institut des problèmes biologiques du Grand Nord, Anatoli Kotchnev a déclaré à l’agence de presse Ria Novosti que l’hypothèse d’une oeuvre de «blagueurs» était privilégiée. «Au début, jusqu’à ce qu’il se lave, ça va être compliqué pour lui de chasser», a-t-il ajouté.

Selon le média local Severpress, basée dans l’Arctique, le signe a été peint par une expédition scientifique en Nouvelle-Zemble, un archipel quasi inhabité de la mer de Barents dans le Grand nord russe.

Le média cite Ilia Mordvintsev, un scientifique qui assure que des membres d’une expédition avaient endormi l’ours qui fouillait une décharge. Ils l’ont marqué puis l’ont transporté à bonne distance du site, pour voir s’il reviendrait. Et selon cet expert, le signe T-34 correspondrait simplement à la localisation géographique de l’endroit où l’ours a été capturé.

Les ours polaires sont victimes du réchauffement global, et la fonte des glaces dans l’Arctique les force à passer plus de temps à la recherche de nourriture. En février, les autorités russes avaient instauré l’état d’urgence en Nouvelle-Zemble à cause de ‘afflux de dizaines d’ours polaires agressifs, à la recherche de nourriture.

+

Insolite

Téléphonie: homme arrêté pour avoir appelé 24 000 fois le service à la clientèle

TOKYO - Un retraité japonais a été interpellé après avoir appelé environ 24 000 fois en deux ans le service client de son opérateur téléphonique, au motif que cette société n’aurait pas respecté son contrat, selon la police et des médias locaux.

Cet homme de 71 ans a été placé en garde à vue la semaine dernière après avoir effectué plus de 400 appels en une semaine auprès d’un service clientèle de l’opérateur téléphonique KDDI, a expliqué mardi à l’AFP un porte-parole de la police de Tokyo.

«Il voulait que des salariés de KDDI viennent chez lui s’excuser d’avoir violé son contrat. Il raccrochait aussi souvent juste après avoir composé le numéro», a détaillé ce porte-parole.

L’homme a été arrêté pour délit d’«entrave» à une activité commerciale normale, toujours selon ce porte-parole.

Selon des médias locaux, son harcèlement téléphonique durait depuis deux ans, pour un total de quelque 24 000 appels depuis des cabines publiques, pour exprimer son mécontentement et insulter ses interlocuteurs au bout du fil.

Les services client par téléphone sont extrêmement répandus au Japon. Beaucoup de ces numéros sont gratuits et les temps d’attente généralement courts, ce qui peut favoriser des abus.

Insolite

Homme arrêté pour tirs d’excréments à Toronto

TORONTO - Un homme soupçonné d’avoir lancé des excréments sur cinq personnes est attendu en cour mercredi, à Toronto.

Samuel Opoku fait face à cinq chefs d’accusation d’agression armée et cinq chefs d’accusation de méfait.

Le jeune homme de 23 ans a été arrêté mardi soir en lien avec trois présumées attaques.

Des dizaines de personnes - dont des étudiants de l’Université de Toronto, site de l’un des présumés incidents - se sont rassemblées devant le palais de justice, mercredi matin.

La police affirme que le suspect aurait aspergé une femme et une personne mineure de matières fécales liquéfiées, vendredi, à la bibliothèque John P. Robarts de l’Université de Toronto.

Il aurait également perpétré la même agression contre un homme et une femme, dimanche, à la bibliothèque Scott de l’Université de York. Une troisième attaque contre une femme a eu lieu lundi soir, à une intersection majeure du centre-ville.

Insolite

Un cerf sauvage découvert mort avec 7 kilos de plastiques et d’ordures dans l’estomac [PHOTOS]

BANGKOK — Un cerf sauvage a été découvert mort en Thaïlande avec dans l’estomac 7 kilogrammes de sacs en plastique et autres déchets, ont annoncé mardi les autorités en lançant une mise en garde contre le fait de jeter des ordures dans les eaux et les forêts du pays.

La Thaïlande est le premier consommateur de plastiques au monde, les habitants de ce pays d’Asie du sud-est utilisant chacun jusqu’à 3.000 sacs en plastique à usage unique par an pour envelopper des courses ou la nourriture achetée dans la rue.

Insolite

Trump a été choisi par Dieu, affirme l'un de ses ministres

WASHINGTON — Donald Trump avait affirmé plaisanter lorsqu'il avait dit être «l'Élu», mais pour l'un de ses ministres, c'est une évidence : le président républicain a été choisi par Dieu... comme son prédécesseur démocrate.

«Vous savez, Barack Obama ne devient pas président des États-Unis si Dieu ne l'a pas décrété. Et Donald Trump non plus», a déclaré le ministre sortant de l'Énergie, Rick Perry, sur la chaîne Fox News dans un entretien diffusé dimanche.

Insolite

Un homme se fait retirer un rein de 7,4 kilogrammes

NEW DELHI - Des chirurgiens indiens ont retiré un rein de 7,4 kilogrammes, de la taille d’une boule de bowling, d’un homme souffrant d’une grave maladie génétique, a annoncé lundi un des médecins.

Ce rein est un des plus gros jamais retirés lors d’une opération médicale.

«C’était une énorme grosseur qui occupait la moitié de son abdomen. Nous savions que c’était un gros rein, mais n’avons jamais pensé qu’il serait aussi lourd», a déclaré Sachin Kathuria, un membre de l’équipe médicale.

Le patient de 56 ans, atteint de polykystose rénale autosomique type dominant, a été opéré pendant deux heures à l’hôpital Sir Ganga Ram à New Delhi le mois dernier.

Un rein normal pèse entre 120 et 150 grammes et mesure environ 12 centimètres de long. Le rein retiré du malade mesurait 45 centimètres, selon M. Kathuria.

Selon le livre Guiness des records, le plus gros rein jamais retiré d’un humain, lors d’une opération à Dubai en 2017, pesait 4,25 kilogrammes

Mais l’équipe médicale de l’hôpital de New Delhi dit avoir trouvé des dossiers médicaux faisant état d’un rein de 9 kilogrammes retiré d’un patient.

La maladie dont souffre l’homme opéré récemment provoque l’apparition de kystes sur les reins. Les médecins ont décidé de l’opérer après avoir repéré une hémorragie interne et un début d’infection.

Selon M. Kathuria, le patient est désormais en bonne santé et a été placé sous dialyse en attendant l’implantation d’un nouveau rein.

Insolite

Laurent Simons, petit surdoué bientôt diplômé en génie électrique à neuf ans

AMSTERDAM — Laurent Simons ne trouvera pas que des Legos ou des bandes dessinées au pied du sapin cette année : ce petit surdoué néerlando-belge, âgé de seulement neuf ans, s’apprête à obtenir son diplôme de licence (baccalauréat) en génie électrique de l’Université d’Eindhoven.

Avec sa mèche de cheveux qui lui tombe devant les yeux, son pull à col roulé, son jean et ses baskets, Laurent a l’allure de tous les garçons de son âge, plongé avec la même passion dans les aventures de Donald Duck.

Mais ses plus fidèles compagnons, ce sont son ordinateur portable et un épais livre sur les puces électroniques et autres circuits intégrés, du «charabia» pour ses parents, qui avouent «ne rien comprendre à tout ça».

Laurent est en passe d’obtenir fin décembre son diplôme de licence, après seulement neuf mois d’étude, au lieu des trois ans habituels. Pour le garçon, qui adore le karting, jouer avec son chien et regarder des séries télévisées, être diplômé à son âge est tout à fait «normal». Et «chouette», ajoute-t-il.

Le petit surdoué rêve de devenir «chercheur». Son but, explique-t-il, est de «fabriquer des organes artificiels pour pouvoir prolonger la vie», et aider les patients cardiaques, tels que ses grands-parents. «Il faut encore que je vois comment faire. J’ai déjà un tout petit peu commencé».

«Qualités extraordinaires»

Lorsque Laurent arpente les couloirs de l’université et conçoit des circuits électriques en blouse blanche dans son laboratoire, ses meilleurs amis jouent à trap-trap dans la cour de récréation à Ostende, en Belgique, où il a été élevé par ses grands-parents jusqu’au début de cette année, ses parents étant «pris par le travail» aux Pays-Bas.

«L’école primaire ne me manque pas trop», avoue Laurent, dont le père, Alexander, un dentiste belge de 37 ans, est déjà en contact avec des universités aux États-Unis, les yeux rivés sur le prochain diplôme du fiston qui souhaite désormais s’adonner à des études de médecine.

«Les qualités de Laurent sont tout simplement extraordinaires», déclare Sjoerd Hulshof, directeur de licence en génie électrique de l’Université de technologie d’Eindhoven, un cursus «généralement considéré comme difficile».

Le jeune garçon est «l’étudiant le plus rapide que nous ayons jamais eu. Il est non seulement hyper intelligent, mais aussi très sympathique», ajoute auprès de l’AFP M. Hulshof.

Scolarité éclair

Laurent a avalé ses années de scolarité à une vitesse extraordinaire : après son entrée à l’école primaire à tout juste quatre ans, il effectue son année de CP comme ses camarades, avant de boucler le reste du primaire en un an et demi. Il lui faudra autant de temps pour balayer les années de collège et lycée, le tout sans faire d’impasse.

«L’école nous a souvent suggéré qu’il saute des classes, mais toute matière a son importance», expliquent les parents de Laurent, qui vivent à Amsterdam.

«Son papi et sa mamie nous disaient qu’il était très intelligent, plus que les autres», explique Lydia Simons, Néerlandaise de 29 ans, assistante dentaire dans le cabinet de son mari à Rotterdam. Celui-ci sera bientôt vendu, pour que le couple puisse se «consacrer entièrement» à Laurent, qu’il faut amener à l’université tous les jours du fait de son jeune âge.

«Il ne peut pas prendre le train tout seul», explique le père du jeune homme, qui s’adonne régulièrement à des interviews en compagnie de son fils.

Conscient de l’attention médiatique dont Laurent fait l’objet, Alexander assure que le garçon évolue dans un environnement sain, contrairement aux jeunes «chanteurs et aux stars de la pop».

«Il s’agit de trouver un équilibre, qu’il profite de la vie, du fait d’être un enfant, d’être insouciant, tout ce processus», affirme M. Simons.

«Si, à un moment donné, on se rend compte qu’il prend la grosse tête, qu’il devient prétentieux ou arrogant, on lui remettra les pieds sur terre», dit-il.

Insolite

La Cour ferme la porte du conseil municipal à un citoyen harceleur

MONTRÉAL - Après des mois, voire des années de harcèlement par un citoyen, la Ville de Saint-Constant en Montérégie a finalement obtenu une injonction interlocutoire d’un an qui interdit à l’homme de se présenter aux séances du conseil municipal ainsi qu’aux édifices municipaux sans autorisation.

La juge Michèle Monast, de la Cour supérieure, a également interdit au citoyen Michel Vachon de ne plus communiquer avec plusieurs employés de la ville ainsi que des conseillers municipaux autrement que par courriel et «seulement s’il a une demande à formuler».

Elle lui ordonne également de cesser «de formuler des menaces à l’encontre de quelque élu, fonctionnaire ou employé de la demanderesse de quelque façon que ce soit et par quelque moyen que ce soit», de ne pas «harceler, importuner, suivre délibérément ou intimider quelque élu, fonctionnaire ou employé» de la municipalité.

Les relations entre Michel Vachon et la ville sont conflictuels depuis des années, une situation qui s’est gravement détériorée depuis le début de 2019 et qui serait devenue incontrôlable depuis le mois de septembre dernier.

Le citoyen se présentait aux séances du conseil municipal et invectivait les élus, les fonctionnaires et les employés verbalement. Il était aussi porté à utiliser un langage injurieux et à tenir des propos intimidants et menaçants, au point où des plaintes ont été déposées contre lui et des accusations ont été portées contre lui pour harcèlement et voies de fait en lien avec ses agissements.

L’homme était d’ailleurs déjà, depuis juillet 2019, sous le coup d’une ordonnance de probation lui interdisant d’entrer en contact ou de se trouver au même endroit qu’un conseiller municipal et la directrice générale de la ville.

La décision comprend l’exposition de multiples situations de harcèlement, d’intimidation, de voitures d’employés et d’élus suives par M. Vachon et d’autres gestes inappropriés et même le témoignage de plusieurs citoyens ordinaires qui ne veulent plus se présenter aux séances du conseil municipal parce qu’ils ont peur de M. Vachon.

Insolite

Un chat disparu depuis cinq ans retrouvé après avoir parcouru 1931 km

Un chat disparu depuis cinq ans à Portland, en Oregon, a été retrouvé à Santa Fe, au Nouveau-Mexique.

Le refuge pour animaux de Santa Fe a annoncé cette semaine que Sasha, le chat noir, avait récemment été retrouvé errant dans les rues de la capitale du Nouveau-Mexique. Selon des responsables, une analyse de la puce électronique du chat a révélé qu’il avait parcouru plus de 1931 kilomètres depuis l’Oregon.

Le transporteur aérien American Airlines a offert de transporter le chat bourlingueur à Portland, avec un membre du refuge pour animaux de Santa Fe. Ils présenteront l’animal à Viktor Usov, le propriétaire initial du chat.

Celui-ci a indiqué que la famille pensait ne plus jamais revoir le chat.

Insolite

Le créateur du fameux «Sourtoe Cocktail» s'est éteint

DAWSON CITY, Yukon — Le créateur du célèbre «Sourtoe Cocktail», un petit verre de whisky contenant un orteil humain momifié, est mort à l'âge de 89 ans.

Dick Stevenson, un ancien barman de Dawson City, au Yukon, était aussi connu sous le surnom de «Capitaine Dick».

Stephen Lancaster, le gérant de l'hôtel Dawson, où on continue de servir le fameux cocktail, a dit que les clients du saloon Soudough et les membres de la collectivité étaient profondément attristés par la mort de M. Stevenson survenue jeudi.

Selon lui, plus de 93 000 clients sont membres du «Sourtoe Cocktail Club» dont la devise est «on peut le boire vite, on peut le boire lentement, mais les lèvres doivent toucher l'orteil».

Dick Stevenson a eu l'idée du cocktail en 1973 après avoir trouvé un orteil humain gelé préservé dans un pot qui traînait dans la cabane qu'il venait d'acheter.

M. Lancaster a promis de continuer la tradition du «Sourtoe Cocktail». Dick Stevenson y participera puisqu'il a demandé que ses deux gros orteils soient préservés pour les prochaines tournées.

Insolite

É-U: trois vaches emportées par un ouragan retrouvées vivantes sur une île

WASHINGTON — Trois vaches emportées en mer par la montée des eaux causée par l’ouragan Dorian en septembre sur la côte Est américaine ont été retrouvées vivantes à des kilomètres de là sur un chapelet d’îles sablonneuses, ont rapporté jeudi les médias locaux.

Les trois mammifères ont été récemment découverts par des agents du parc national côtier de Cape Lookout, trois mois après avoir disparu le 6 septembre quand le littoral de l’État de Caroline du Nord a été frappé  par l’ouragan de catégorie 1.

Les trois vaches auraient nagé de 6 à 10 kilomètres en mer avant de remettre le sabot sur... leur plancher, en l’espèce une île formée de dunes et de végétation éparse faisant partie des Outer Banks, a précisé le journal Charlotte Observer.

Cette mince bande de sable, formant un chapelet d’îles-barrières, s’étire sur plus 300 km le long des côtes de Caroline du Nord.

Les trois ruminants faisaient partie d’un troupeau vivant en liberté sur un terrain privé d’une presqu’île nommée Cedar island. L’ouragan Dorian y a provoqué un «mini-tsunami» qui a tué une trentaine de chevaux sauvages, dont certains ont également été emportés en mer.

Les trois vaches ont été identifiées par leur gardien, Woody Hancock. Elles vont probablement se voir administrer un sédatif et être rapatriées par bateau vers leur pâturage d’origine, a indiqué un porte-parole du parc fédéral de Cape Lookout, cité par le Charlotte Observer.

Insolite

«Upskirting»: photographier sous les jupes des femmes devient une infraction en Allemagne

BERLIN - «L’upskirting», ou le fait de prendre des photos sous les jupes des femmes à leur insu, va devenir une infraction en Allemagne, a annoncé mercredi le gouvernement, quelques mois après une loi similaire votée en Grande-Bretagne.

«La production non autorisée d’images et de séquences filmées montrant des zones intimes d’autres personnes photographiées ou filmées sous des vêtements» va devenir punissable, a annoncé le porte-parole du gouvernement Steffen Seibert lors d’une conférence de presse.

Le simple fait de prendre une telle photo deviendra ainsi une infraction, tout comme le fait de la partager. Le Parlement allemand doit encore approuver ce projet pour le convertir en loi.

Il sera de même interdit de prendre des clichés de décolletés à l’insu des personnes, selon ce texte.

Jusqu’à présent, ce type de pratique n’était considérée comme une infraction pénale qu’à partir du moment où le contrevenant effectuait en plus des attouchements sur sa victime ou la harcelait.

Cependant depuis 2015, des peines plus sévères, et même des peines d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans, peuvent être infligées pour la publication d’images qui pourraient nuire considérablement à la réputation des personnes représentées.

L’upskirting, signifiant «sous la jupe» en anglais, est devenue ces dernières années une pratique plus facilement répandue grâce à la miniaturisation des caméras et appareils photos.

De tels clichés sont ensuite diffusés sur internet, notamment sur des plateformes pornographiques, sans le consentement des personnes concernées.

«Photographier une femme sous sa jupe ou dans son décolleté est une violation humiliante et injustifiable de sa vie privée», a estimé la ministre de la Justice Christine Lambrecht.

Ce type de voyeurisme est néanmoins de plus en plus souvent dénoncé à travers le monde.

En janvier, le Parlement britannique avait adopté un projet de loi visant à punir de deux ans de prison le fait de prendre des photos sous les jupes des femmes.

En France, la «captation d’images impudiques» est punie par une loi promulguée en 2018.

Le gouvernement allemand a également décidé de punir les personnes diffusant des clichés de personnes décédées, notamment lors d’accidents de la route, pouvant être dégradantes pour les victimes et leur famille.

Insolite

Un Néerlandais menace de «se faire exploser» pour défendre le père Fouettard

LA HAYE - La police néerlandaise a annoncé mardi avoir arrêté un homme de 49 ans après qu’il eut menacé sur les réseaux sociaux de «se faire exploser pour défendre les traditions» des fêtes de Saint-Nicolas, dont l’acolyte à la peau noire suscite chaque année un débat animé.

Le personnage de «Zwarte Piet» ou «Pierre noir» - version néerlandaise du père Fouettard -, revient chaque année pour offrir des bonbons aux enfants en décembre lors de la Saint-Nicolas, fêtes remontant au XVIe siècle aux Pays-Bas.

Mais pour ses opposants, «Pierre noir», avec sa coiffure afro, sa peau noire, ses boucles d’oreille clinquantes et son costume médiéval criard, évoque l’époque où les Néerlandais exploitaient des esclaves, particulièrement au Suriname.

Le personnage de «Zwarte Piet» cause chaque année aux Pays-Bas des manifestations animées et un débat virulent, notamment sur les réseaux sociaux.

Le suspect, originaire de La Haye, a été arrêté lundi après-midi en raison «de la gravité de la menace», a fait savoir la police dans un communiqué.

Aucun explosif n’a été trouvé lors de la perquisition à son domicile, a-t-elle précisé.

Le message du suspect, publié sur Facebook le week-end dernier, a été signalé de nombreuses fois par les internautes, ce qui a alerté la police.

L’homme, qui dit regretter ses actions et être «choqué» par les conséquences de son post, comparaîtra jeudi devant un juge d’instruction, qui décidera de prolonger ou non sa détention.

La police a signalé avoir vu ces derniers jours des «déclarations fortes» sur les réseaux sociaux de la part des partisans et opposants du père Fouettard.

«Tant qu’aucune limite pénale n’est dépassée, tout le monde peut donner son avis», a prévenu la police.

«La réaction de ce suspect, dans laquelle il a menacé d’une attaque qui pourrait toucher des victimes innocentes, a dépassé cette limite», a-t-elle déclaré.

Vendredi, cinq personnes avaient été arrêtées à La Haye pour «violence et tentative d’incendie criminel» après avoir perturbé une réunion d’opposants à «Zwarte Piet».

Les craintes de nouveaux affrontements grandissent à l’approche de la traditionnelle arrivée de Saint-Nicolas, qui aura lieu samedi à Apeldoorn (centre). Cette année, les visages des «Zwarte Piet» présents au défilé ne seront pas entièrement recouverts de noir, mais afficheront un maquillage partiel pour évoquer des traces de suie.

Insolite

France: une mère de famille meurt happée par son robot multicuiseur

SAINT-ÉTIENNE — Une femme de 58 ans qui confectionnait un gâteau avec son fils, est morte étranglée dimanche en France lorsque son foulard s’est coincé dans son robot multicuiseur électrique, a-t-on appris auprès des pompiers et de la police.

Vers 10 heures locales, les secours ont été appelés par le fils de la victime, âgé de 15 ans, qui se trouvait à ses côtés dans l’appartement au moment de l’accident domestique. Les secours ont vainement tenté de ranimer la quinquagénaire.

Avant leur arrivée, l’adolescent avait, sur les conseils des secours, coupé l’alimentation électrique du robot ménager et tranché le foulard porté par sa mère, a-t-on précisé de mêmes sources.

Insolite

Une truffe blanche vendue pour 120 000 euros

ALBA — Une truffe blanche d’un peu plus de 1 kg a été adjugée 120 000 euros (175 000 $), soit environ 120 euros le gramme, dimanche, lors de la 20e vente aux enchères mondiale organisée à Alba, près de Turin, a constaté l’AFP.

La vente s’est déroulée en liaison avec Moscou, Singapour et Hong Kong où se trouvait l’acquéreur, dont l’identité n’a pas été révélée.

Le prix de cette truffe exceptionnelle ne correspond pas au prix du marché qui tourne actuellement autour de 375 euros les 100 grammes sur le marché d’Alba, qui fait office de référence nationale, selon la Coldiretti, principale organisation agricole italienne.

Chaque année depuis 88 ans, la ville d’Alba, dans le Piémont, accueille pendant presque deux mois une grande foire à la truffe blanche au cours de laquelle se déroule la vente aux enchères.

La truffe blanche d’Alba, qui se récolte du 21 septembre au 31 janvier, est extrêmement réputée.

La vente, dont le bénéfice est traditionnellement versé à des oeuvres de bienfaisance a rapporté cette année 120 000 euros qui iront notamment à l’Institut «Mother’s Choice» de Hong Kong, qui vient en aide aux enfants sans famille et aux jeunes mères en difficultés, et au centre Dmitry Rogachev de Moscou, spécialisé dans la recherche sur les cancers de l’enfant.

«Le prix de la truffe blanche a augmenté de 50% en un mois passant de 250 euros à 375 euros les 100 g» entre début octobre et début novembre, indique la Coldiretti dans un communiqué.

Les prix sont toutefois «loin d’être les plus élevées de ces dernières années, 500 euros en 2012 et 450 euros en 2017 pour 100 g pour des pièces pesant en moyenne 20 grammes», précise l’organisation.

Le Tuber magnatum Pico, nom savant de la truffe blanche, se développe dans des sols qui doivent rester frais et humides aussi dans la phase de germination que dans la phase de maturation.

Champignon vivant sous terre, elle se compose d’un pourcentage élevé d’eau et de minéraux absorbés par le sol grâce aux racines de l’arbre avec lequel il vit en symbiose. Elle croît près des racines du pin, du chêne vert, du chêne-liège et du chêne dont elle tire ses caractéristiques (couleur, goût et odeur).

En Italie, on la trouve notamment dans le Piémont, les Marches, la Toscane et l’Ombrie (régions du nord et du centre), mais aussi plus au sud dans le Latium et en Calabre.

Selon la Coldiretti, plus de 100 000 ramasseurs officiels sont impliqués dans l’approvisionnement en truffe blanche des commerces, restaurants et entreprises pour un chiffre d’affaires estimé à environ 500 millions d’euros, qu’il s’agisse du produit frais, conservé ou transformé.

Insolite

Un tigre pleure la mort de son meilleur ami... un bouc

MOSCOU — C’était une amitié impossible entre un prédateur et sa proie : en Russie, un bouc qui avait été épargné par un tigre est mort cette semaine, mettant un terme à un «miracle» qui avait captivé le pays.

Timour, le bouc, et Amour, le tigre de Sibérie, s’étaient rencontrés fin 2015 alors que le premier devait servir de repas au second. Mais contre toute attente, les deux animaux s’étaient liés d’amitié et avaient commencé à partager leur vie. Avant que leur relation ne se dégrade.

«Le cœur de Timour s’est arrêté le 5 novembre», a confirmé Dmitri Mezetsev, le directeur d’un parc animalier dans la région de Vladivostok, en Extrême-Orient, où vivait l’animal.

Âgé d’environ 5 ans, Timour n’avait montré aucune peur lorsqu’il avait été introduit dans la cage du tigre il y a quatre ans. Ce courage, face à une mort presque certaine, expliquerait la réaction du tigre, selon ses soigneurs.

Timour et Amour devinrent ensuite inséparables. Ils mangeaient, jouaient et dormaient ensemble. Le félin entreprit même d’apprendre au bouc à chasser.

À l’époque, le directeur Dmitri Mezetsev, spécialiste des tigres et des léopards, comparait cette relation à un «miracle» et à un appel à l’amour «venu d’en haut».

Leur amitié se dégrada néanmoins quand le bouc commença à taquiner de plus en plus son compagnon à rayures. Dmitri Mezetsev raconte que Timour «harcela» Amour pendant près d’un mois.

En janvier 2016, après avoir été piétiné par Timour, le tigre le repoussa violemment, le faisant tomber d’une colline.

Après cet incident, la santé du bouc, désormais séparé d’Amour, se dégrada progressivement. Il fut emmené à Moscou pour être soigné, mais ne se remit jamais complètement de ses blessures. 

Insolite

La saga Dorion inspire un musicien de Québec [VIDÉO]

La saga «Catherine Dorion et son coton ouaté» a inspiré un musicien de Québec. À travers les paroles d’une nouvelle chanson, il dénonce le climat social créé par cette histoire.

«J’étais en train de travailler, et là je vois sur le fil Facebook que Mme Dorion a été refusée au Salon bleu parce qu’elle avait un coton ouaté orange... Je me suis dit : ça suffit», explique Daniel L. Moisan, alias Mosquito B.

Après seulement deux heures, la chanson était écrite et enregistrée. Elle se veut au départ humoristique, M. Moisan s’est même «déguisé» en Catherine Dorion pour l’occasion, mais elle lance aussi un message : «on peut-tu passer à autre chose?»

«Je n’ai rien contre Catherine Dorion, c’est ma députée. C’est juste que tout ça n’a rien à voir avec le débat politique. Les médias embarquent là-dedans, tout le monde embarque là-dedans. Ce n’est absolument pas pertinent. C’est insignifiant. Le coton ouaté a rivalisé avec un débat sur l’immigration super important cette semaine. Il faut se poser des questions», poursuit le musicien. 

M. Moisan était «écœuré» de voir toutes les nouvelles de la députée de Taschereau, c’est avec ce sentiment qu’il a écrit sa chanson. 

«À un moment donné, tu te demandes elles sont où, les priorités.»

Insolite

Un détenu, réanimé, estime avoir purgé sa perpétuité

WASHINGTON — Un détenu d’une prison de l’Iowa a demandé, en vain, à être libéré : il estimait avoir purgé sa condamnation à perpétuité en «mourant» il y a quatre ans. Avant d’être réanimé.

Condamné en 1996 à la peine de perpétuité dans une affaire de meurtre, Benjamin Schreiber, 66 ans, est tombé gravement malade en mars 2015.     

Transporté inconscient à l’hôpital, il a été réanimé à cinq reprises par les médecins, avant de finalement regagner sa cellule une fois rétabli et débarrassé de ses calculs rénaux.

Le rescapé a argué trois ans plus tard devant la justice qu’étant passé momentanément mort, sa perpétuité avait été purgée.   

Ses arguments, pour le moins originaux, n’avaient alors pas convaincu un tribunal local, pas plus que la Cour d’appel de l’Iowa, qui les a jugés mercredi «non recevables».  

«M. Schreiber est soit vivant, auquel cas il doit rester en prison, soit mort, et la question ne se pose alors pas», a-t-elle tranché.   

La possibilité que le détenu soit «mort» est «peu probable», a ajouté la Cour d’appel dans son jugement, étant donné qu’il avait lui-même signé la requête.  

Insolite

Une bernache terrorise les visiteurs d'un parc [VIDÉO]

HALIFAX — Une bernache au mauvais caractère qui aurait attaqué une femme de 87 ans a été formellement identifiée et le furieux volatile pourrait être retiré de sa bande d'oies, qui est devenue depuis longtemps une marque de commerce du centre-ville de Dartmouth, en face de Halifax.

Hope Swinimer, directrice du refuge animalier «Hope for Wildlife», a déclaré que la grande oie blanche faisait partie des neuf bernaches retirées cette semaine de l'étang Sullivan pour l'hiver.

Le déménagement saisonnier a généralement lieu en décembre, mais les oies ont été retirées plus tôt cette année, depuis que Willow Webb a été jetée au sol et picossée par des bernaches le 25 octobre. Mme Webb, qui se déplace avec une marchette, a subi dans sa chute des fractures au bassin et au coude.

L'oie particulièrement combative est nouvelle dans le groupe: elle est l'une des quatre oies plus jeunes ajoutées cette année. Et dès le début, les petites nouvelles se sont mises à terroriser les coureurs et les visiteurs dans le parc. Certains ont même soutenu qu'ils avaient été mordus par une oie.

Le sort de ces nouvelles bernaches est maintenant entre les mains de la municipalité régionale de Halifax, propriétaire des oies blanches emblématiques. Le refuge pourrait garder les délinquantes, mais d'autres prendraient probablement leur place à la tête du groupe, croit Mme Swinimer. L'amie des bêtes rappelle par ailleurs aux citoyens que nourrir les oies ne fera qu'encourager leur comportement hostile.

Insolite

Suède : découverte de deux épaves séculaires susceptibles d’être liées au légendaire galion Vasa

STOCKHOLM — Deux bâtiments de guerre suédois, dont l’un au moins pourrait être le «sister ship» du légendaire Vasa qui avait coulé au XVIIe siècle lors de son voyage inaugural, ont été découverts au large de Stockholm, a annoncé vendredi le musée des épaves maritimes de Stockholm.

«Quand je suis descendu […], j’ai vu ce mur de 5-6 mètres de haut, je me suis approché et il y avait là un énorme navire de guerre», a raconté à l’AFPTV Jim Hansson, plongeur et archéologue maritime, le premier à avoir découvert l’une des épaves.

Les deux bâtiments ont été repérés à proximité de l’île de Vaxholm, dans l’archipel de Stockholm.

Au moins l’un d’eux serait un «sister-ship» (bateau jumeau) du plus célèbre navire de Suède, le Vasa, qui avait coulé le 10 août 1628 dans le port de Stockholm lors de son voyage inaugural.

Le bâtiment, fierté d’un royaume de Suède en plein essor au XVIIe siècle, avait sombré dans les eaux de la capitale suédoise à cause d’erreurs de conception qui l’avaient rendu incapable de flotter, avec ses 1200 tonnes pour 69 mètres de long. Il n’aura parcouru qu’un kilomètre.

Le pays avait fait en sorte d’oublier cet épisode et n’avait renfloué le bateau qu’après plus de trois siècles par 32 mètres de fond, en 1961. Le vaisseau est désormais exposé au Musée Vasa, l’un des musées maritimes les plus visités du monde.

Trois autres navires, Applet (la Pomme), Kronan (la Couronne) et Sceptre, ont par la suite été construits par le père du Vasa, le Néerlandais Henrik Hybertsson, et ont servi à la marine suédoise.

D’après les experts, plusieurs bâtiments auraient été sabotés après avoir été déclassés par la marine nationale de l’époque, pour piéger en mer les bateaux ennemis.

Les plongeurs ont déjà prélevé des échantillons de bois des navires récemment repérés, qui seront envoyés en laboratoire pour évaluer leur époque.

«Ensuite, nous pourrons même voir où le bois a été coupé, puis nous pourrons remonter le temps et consulter les archives. Je pense que nous avons de bonnes chances de savoir exactement de quel navire il s’agit», a déclaré M. Hansson.

Bien que séculaires, les épaves — comme le Vasa — sont en assez bon état, grâce aux eaux de la mer Baltique.

«Nous n’avons pas d’eau salée et certains organismes vivants dans d’autres eaux n’existent pas dans la Baltique, de sorte que tout est très bien conservé dans nos eaux en général», selon Patrik Hoglund, du musée des épaves maritimes.

Les deux navires étant ainsi mieux préservés en mer, aucune opération de sauvetage n’est prévue pour les récupérer.

Insolite

600 bouteilles de cognac remontées d’une épave centenaire en mer Baltique

STOCKHOLM — Des centaines de bouteilles de cognac et de Bénédictine ont été remontées fin octobre de l’épave d’un navire coulé en mer Baltique par la marine allemande pendant la Première Guerre mondiale.

Le 22 octobre, Ocean X, une entreprise suédoise spécialisée dans la recherche d’alcools vintage perdus en mer, a sauvé de l’épave du Kyros 600 bouteilles de cognac et 300 de Bénédictine, un digestif distillé à partit d’épices et de plantes.

Le Kyros avait été coulé au large de l’île d’Åland par un sous-marin allemand en 1917 alors qu’il faisait route vers la Finlande, chargé de biens destinés à la Russie tsariste. L’équipage avait été épargné et transféré à bord d’un bateau à destination de la Suède.

Le cognac, produit par la maison De Haartman aujourd’hui disparue, et la Bénédictine sont en cours d’analyse dans un laboratoire pour déterminer s’ils sont propres à la consommation.

«La mer Baltique offre des conditions favorables à la conservation de ces boissons» parce qu’elle «sombre et très froide», a indiqué à l’AFP Peter Lindberg, responsable de l’expédition.

Après la localisation de l’épave par 77 mètres de fond, l’équipe de Peter Lindberg a dû la libérer des filets de pêche qui l’entravaient. Son exploration par des plongeurs s’avérant tout de même périlleuse, ils ont dû faire appel à une société équipée d’un petit véhicule sous-marin téléguidé.

À l’œil nu, l’état de préservation du trésor semble encourageant, aucune trace de fuite n’ayant été détectée. Des bulles d’air se promènent entre le bouchon et la liqueur et beaucoup des bouteilles de cognac étaient scellées à l’étain.

«La valeur de ces bouteilles reste à déterminer parce que la marque de cognac n’existe plus», explique Peter Lindberg.

Il espère pouvoir vendre le lot à bon prix lors d’enchères internationales. «Je ne suis pas sûr d’avoir les moyens de me garder une bouteille», plaisante-t-il.

Actualités

Des médailles de guerre données à une friperie rendues à la famille du soldat

CALGARY — Des médailles de la Seconde Guerre mondiale découvertes dans une pile d’objets donnés à un magasin d’aubaines de Calgary ont été remises à la famille d’un soldat décédé au combat.

La directrice du magasin Goodwill avait déclaré qu’elle n’envisagerait jamais de vendre de tels objets à valeur sentimentale. Elle s’est donc servie des réseaux sociaux vendredi pour tenter de retrouver les proches du militaire.

Insolite

Un bateau coincé depuis un siècle en haut des chutes du Niagara déplacé [VIDÉO]

Un bateau de fer coincé au-dessus des chutes du Niagara depuis plus d’un siècle s’est déplacé sur plusieurs mètres en raison de fortes intempéries, a annoncé le gestionnaire des lieux dans une vidéo publiée.

«Nous pensons qu’il a avancé d’environ 50 mètres en aval de son emplacement d’origine», a expliqué Jim Hill, de Niagara Parks dans une vidéo consultable sur Twitter, indiquant également que le bateau «s’était tourné sur le côté».

La pluie et de forts vents qui se sont abattus sur la région jeudi soir ont eu raison du colosse rouillé, selon les médias locaux.

Connu sous le nom d’Iron Scow («chaland de fer»), le bateau est un élément emblématique des chutes du Niagara après s’être coincé dans les roches du côté canadien en 1918, à 600 mètres du bord des chutes, suite à une tentative de remorquage.

«Tout semble sécurisé pour l’instant, cependant en cas de mauvais temps, il pourrait bouger un peu plus», a déclaré le PDG de Niagara Parks, David Adames, à la chaîne anglophone CBC.

Si le bateau continue d’avancer et menace de tomber dans les chutes, des mesures pour assurer la sécurité de tous seront prises, a assuré M. Adames.

Chaque année, des millions de touristes visitent les chutes du Niagara, composées de trois chutes, réparties sur les territoires américain et canadien.

Insolite

Catherine Dorion se déguise en députée

Souvent critiquée pour sa tenue vestimentaire depuis son arrivée à l’Assemblée nationale, la députée de Taschereau, Catherine Dorion, a fait réagir sur les réseaux sociaux en arborant un costume... de députée.

Vêtue d’une jupe, d’un veston, d’un collier de perles et de talons, la députée solidaire présente un style totalement en opposition aux tenues plus «décontractées» qu'elle préconise.

Le message accompagnant la photo était tout simplement «Halloween». La scène a été croquée au Salon rouge.

Parmi les nombreuses réactions sur les réseaux sociaux, on remarque que les gens ont salué majoritairement l’humour et l’ironie de Mme Dorion.

Tout l’épisode autour de la tenue vestimentaire des députés, il y a un an, a forcé le président de l’Assemblée nationale, François Paradis, à former un comité pour se pencher sur cette situation. Il a été demandé à Mme Dorion, ainsi qu'à tous les autres parlementaires, de respecter le décorum vestimentaire en attendant les recommandations du comité.

Insolite

En direct sur Internet, l’agonie du «dernier» burger-frites McDonald en Islande

REYKJAVIK - Conservés dans un écrin de verre comme un trésor, le hamburger et ses frites ont encore bonne mine: 10 ans plus tard, on peut suivre sur internet l’agonie d’un des derniers burgers vendus par McDonald’s en Islande avant le départ de l’enseigne pendant la crise financière.

En 2009, la chaîne américaine débarquée en Islande 16 ans plus tôt décide de plier bagage en raison de l’effondrement économique du pays, qui plonge pour des années dans le marasme et devient accessoirement l’un des rares pays d’Europe de l’Ouest dépourvus de McDonald’s.

Le 31 octobre de cette année-là, juste avant la fermeture des trois restaurants encore en exploitation, Hjörtur Smarason achète un menu et le met sous cloche.

«J’ai décidé de l’acheter pour la valeur historique qu’il représentait», explique à l’AFP ce responsable en communication dans une entreprise spécialisée dans le tourisme spatial. «J’avais entendu dire que la cuisine de McDonald’s ne se décomposait jamais alors je voulais en avoir le coeur net».

D’abord remisés dans son garage, le burger et ses frites ont ensuite pris la direction du Musée National d’Islande, puis une auberge de Reykjavik. Il est aujourd’hui exposé comme une oeuvre d’art au Snotra House, une maison d’hôtes à Thykkvibaer, dans le sud de l’Islande.

«Des gens du monde entier font exprès le détour (...) notamment en été, pour venir voir le hamburger», s’amuse Sigurdur Gylfason, le propriétaire de l’établissement.

Un joli coup marketing, d’autant que la lente décomposition du hamburger-frites peut être suivie en direct sur Internet grâce à une caméra placée dans la boîte. L’hôtelier revendique jusqu’à 400 000 connections quotidiennes.

Et pour justifier la (très) lente décomposition du mets, McDonald’s expliquait en 2013 que «pour se décomposer, il faut certaines conditions, en particulier l’humidité».

Conservé sous cloche, et «en l’absence d’humidité suffisante - que ce soit dans l’aliment lui-même ou dans l’environnement - les bactéries et les moisissures ne peuvent pas se développer et, par conséquent, la décomposition est peu probable».

Un argumentaire défendu par les scientifiques. Sans humidité, «les aliments vont tout simplement se dessécher», explique à l’AFP Björn Adalbjörnsson, maître de conférence à la Faculté des sciences de l’alimentation et de la nutrition de l’Université d’Islande.

Contacté par l’AFP, McDonald’s a indiqué ne pas envisager de revenir en Islande pour le moment.

+