Selon le ministre Martin Coiteux, on a dénombré environ 300 résidences inondées au cours des derniers jours et entre 60 et 80 résidences ont été évacuées dans l’ensemble du Québec.

Inondations: les effets des changements climatiques onéreux, dit Coiteux

MONTRÉAL - Les inondations saisonnières qui sévissent encore cette année dans plusieurs régions du Québec devraient convaincre ceux qui jugent qu’il est coûteux de lutter contre les effets des changements climatiques et de les prévenir qu’il est encore plus onéreux d’éponger les conséquences de ceux-ci, estime le ministre québécois de la Sécurité publique, Martin Coiteux.

En mêlée de presse à Lévis pour faire le point sur les inondations dans cette région et ailleurs au Québec, M. Coiteux a rappelé que «les changements climatiques ont un coût», tant sur le plan financier que moral.

«Les gens ont beau être en zone inondable, et avoir connu par le passé des épisodes d’inondations, leur moral est affecté par le fait que c’est de plus en plus fréquent. Quand ça arrive aux 10 ans, aux 15 ans, c’est une chose, mais quand ça arrive chaque trois-quatre ans, des fois même aux deux ans, c’est beaucoup plus difficile pour nos citoyens.»

Heureusement, note-t-il, la situation cette année est encore loin de celle de l’an dernier, alors que d’importants débordements avaient touché plus de 5300 résidences réparties dans 293 municipalités à travers 15 régions du Québec, selon les données transmises par le ministère. Elles avaient également forcé l’évacuation de plus de 4000 personnes ainsi que la fermeture de plusieurs routes.

À ce jour, plus de 155 millions $ ont été versés aux sinistrés, précise le ministère. En date du 26 avril, 24 familles étaient toujours hébergées à l’hôtel, dont 20 depuis le début du sinistre de l’an dernier. À l’été 2017, on comptait plus de 1100 familles hébergées.

«Il faut mettre des sommes importantes pour s’adapter, pour trouver des manières de vivre avec cette situation-là, qui n’est vraiment pas intéressante pour personne», a souligné M. Coiteux, précisant que 90 millions $ avaient été alloués dans le dernier budget pour un plan d’action visant à augmenter la résilience du Québec face aux risques d’inondations.

Baisse des cours d’eau, mais pluie en vue

La majorité des cours d’eau sous surveillance au Québec étaient à la baisse, mardi matin, mais plusieurs resteront avec de hauts niveaux pour la journée, prévient l’entreprise Hydro Météo, qui fait tout de même état d’inondations mineures pour plusieurs rivières.

L’entreprise de surveillance des cours d’eau note ainsi sur son site web que «les bassins versants au nord du fleuve et à l’est du Québec sont toujours sous l’influence de la fonte de la neige dans le haut des bassins et les sols sont saturés en eau, ce qui gardera les cours d’eau assez haut pour les prochaines heures».

Selon le directeur des opérations chez Hydro Météo, Pierre Corbin, les niveaux d’eau étaient généralement à la baisse, «à l’exception de la vallée de l’Outaouais où les niveaux d’eau étaient encore montants ce matin, et un peu dans la Mauricie également».

On note que les cours d’eau des régions de Québec et de la Beauce baisseront de façon graduelle dans la journée de mardi, mais que des épisodes de pluie sont prévus au courant de la semaine.

«Les niveaux vont baisser au cours des prochaines heures, peut-être aujourd’hui et une partie de demain, mais dès que la pluie va revenir, avec l’intensité qu’elle pourrait avoir par endroit, les niveaux vont remonter, donc ce ne sera pas nécessairement fini pour les crues printanières», énonce M. Corbin.

Martin Coiteux a indiqué que la vigilance était de mise en raison des précipitations prévues dans les prochains jours. Selon le ministre, on a dénombré environ 300 résidences inondées au cours des derniers jours et entre 60 et 80 résidences ont été évacuées dans l’ensemble du Québec.

Du côté du maire de Lévis, où le débordement de la rivière Beaurivage a récemment forcé l’évacuation de 37 résidences, on ne craint pas que les précipitations attendues soient catastrophiques.

«Le débit de la rivière va être capable d’assumer les pluies dans les prochains jours», croit le maire Gilles Lehouillier, mentionnant un retour progressif des résidants évacués mardi et mercredi.

-----

Les rivières où une inondation mineure est observée :

- Chaudière

- L’Assomption

- Maskinongé

- Nelson

- Noire

- Petite Nation

- Saint-Charles