Steven Dorion se trouve là où était sa maison qu’il a perdue à la suite des inondations de 2017.

Inondations: autorités et citoyens aux aguets

Les autorités municipales de la région restent aux aguets concernant la crue printanière, bien que la situation actuelle soit loin de celle de l’année dernière.

Sur la rue Bord-de-l’eau dans la municipalité de Pontiac, on est bien loin des inondations de 2017 qui ont entraîné la démolition d’une dizaine de résidences. Les maisons n’ont pas été victimes de la crue de la rivière des Outaouais jusqu’à présent. « L’eau continue à monter. Nous sommes vigilants. Nous sommes proactifs. Nous faisons la distribution de sacs de sable pour ceux qui en ont besoin », a indiqué la mairesse de la Municipalité de Pontiac, Joanne Labadie.

La Municipalité a trois dépôts de sable sur son territoire pour les gens qui voudraient construire des digues autour de leur maison. Les prévisions qu’ont reçues les autorités de Pontiac sont que le niveau de la rivière des Outaouais dans le secteur pourrait grimper d’une trentaine de centimètres au cours des prochains jours.

Quelque 27 maisons à Pontiac ont été démolies ou sont en voie de démolition en vertu du décret gouvernemental à la suite des inondations de 2017. Steven Dorion est l’un des sinistrés. Sa résidence de la rue Bord-de-l’eau a été démolie après que l’eau eut endommagé trop sévèrement la fondation et la maison. M. Dorion était présent devant son ancien terrain, dimanche, pour observer le niveau de la rivière. « Au même moment l’année dernière sur la rue où nous sommes, nous avions de l’eau jusqu’à la taille », a illustré M. Dorion, dont la voisine a elle aussi perdu sa maison.


«  Pour le moment tout est stable et sous contrôle  »
le maire de Saint-André-Avellin, Jean-René Carrière

Sur l’heure du midi, dimanche, Urgence Québec signalait des inondations mineures dans le secteur Aylmer de Gatineau, à Mansfield-et-Pontefract et dans le secteur de Ripon.

Surveillance
La Municipalité de Saint-André-Avellin a ouvert vendredi dernier son bureau des mesures d’urgence puisque le niveau de la rivière de la Petite-Nation ne cessait de croître, a précisé dimanche le maire de la municipalité, Jean-René Carrière. Des trous d’homme ont été colmatés et des sacs de sable ont été remplis par les pompiers, puis distribués. Le fait que la glace sur certains lacs n’ait pas encore calé au nord de la municipalité est source de préoccupation, a précisé M. Carrière. « Généralement, quand les glaces calent, on a dans les 24 à 48 heures qui suivent un pic de crue des eaux. Mais pour le moment tout est stable et sous contrôle », a expliqué M. Carrière.

Du côté de Gatineau, le niveau de la rivière Gatineau demeure sous surveillance au quai des artistes. Le niveau d’eau était de 43,21 m dimanche après-midi, soit 39 cm sous le seuil de risque d’inondation.

À Ottawa, le niveau de la rivière des Outaouais au parc Britannia, devant Aylmer, dépassait de 15 cm le seuil d’inondation sur l’heure du midi, dimanche. Les prévisions pour les prochains jours indiquent une hausse du niveau des eaux dans ce secteur.