De samedi soir à lundi en début d’après-midi, de 90 à 111 mm de pluie se sont abattus à Gatineau, selon les secteurs, ont précisé les autorités municipales.

Inondations, affaissements et évacuations

Le déluge et les forts vents qui ont sévi sur la grande région de la capitale de samedi soir à lundi ont provoqué de nombreuses inondations à Gatineau, entraînant l’affaissement de chaussées et l’évacuation sur une base volontaire lundi de dizaines de citoyens, notamment dans le secteur du parc Riviera.

De samedi soir à lundi lundi en début d’après-midi, de 90 à 111 mm de pluie se sont abattus à Gatineau, selon les secteurs, ont précisé les autorités municipales. 

Des artères ont été fermées et des quartiers se sont retrouvés isolés. La Ville a reçu plus de 325 appels de citoyens pour des refoulements d’égout et des puisards bloqués. Des milliers d’abonnés des entreprises d’électricité des deux côtés de la rivière des Outaouais ont été privés d’électricité lors des intempéries.

Au parc de maisons mobiles Riviera, un des endroits «les plus critiques» selon le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, des résidents ne pouvaient plus accéder à leur résidence, lundi. La 2e avenue a été particulièrement touchée. Pierre Boucher avait bon espoir de rester chez lui, vers 10 h, même si l’eau frôlait sa parcelle de terrain. «C’est en train de baisser», a dit le résident, en regardant le niveau de l’eau sur la 2e avenue.

M. Boucher n’a jamais vu pareille situation en cinq ans, mais des voisins se rappelaient qu’une telle inondation était survenue «il y a 5 ou 6 ans».

Les maisons n’ont pas été inondées, car elles sont surélevées et n’ont pas de sous-sol.

«Mon voisin a évacué, a observé M. Boucher. Le seul danger est probablement les fils de chauffage dans le plancher qui risquent de toucher à l’eau si ça continue de monter.»

Quarante-huit personnes du parc Riviera ont été évacuées de façon préventive et volontaire. Pendant que les résidents du secteur constataient avec surprise et désolation le phénomène, des pompiers de Gatineau faisaient la tournée des quartiers affectés pour s’assurer que personne ne soit prisonnier de sa maison.

Le centre communautaire Le Baron avait accueilli 92 sinistrés au cours de la journée. Il a été fermé en soirée puisque tous les évacués étaient partis.

La situation a commencé à se stabiliser et à s’améliorer tranquillement lorsque des parcelles de ciel bleu sont apparues après la fin des précipitations en mi-journée, lundi. 

Les quantités de précipitations ont été exceptionnelles, a précisé le maire Pedneaud-Jobin, qui n’a pas été sans souligner la mobilisation rapide des équipes d’urgence.

«Toutes nos infrastructures ne sont pas bâties pour ces événements hors de l’ordinaire. Les changements climatiques ont des impacts. Nous devons être prêts pour des situations comme celles d’aujourd’hui (lundi) parce qu’elles se produiront davantage», a expliqué le maire de Gatineau.

Toutes les voies de circulation sur l’autoroute 50 avaient été rouvertes en après-midi, lundi, mais plusieurs grandes artères, comme les boulevards Maloney et La Vérendrye, n’étaient pas complètement praticables pour le retour à la maison. Les environs des 600, Maloney Est, ainsi que la rue Saint-Louis ont été inondés. Le boulevard Saint-René et plusieurs rues entre les boulevards Labrosse et Lorrain ont été fermés en raison des accumulations d’eau.

Les employés municipaux ont effectué des inspections pour s’assurer que les infrastructures tiennent le coup et pour dégager les puisards. «Dans certains cas, c’est carrément les feuilles qui bloquent, ce qui provoque des inondations de surface», a mentionné le maire.

Résidences inondées

Sur la rue Jolicoeur, dans le quartier Mont-Bleu, plusieurs résidents ont dû aller louer des pompes au petit matin.

«Il y avait deux pieds d’eau dans le sous-sol, a raconté Eugenine Sfeir, mère d’une famille de trois enfants. Tout est fini.»

La famille a été alertée par l’aîné, Joe Younes, dont la chambre est au sous-sol. « À environ 5h30, j’ai entendu des bruits, je pensais que c’était de l’eau qui coulait, a-t-il raconté au Droit. J’espérais que ce ne soit pas ça, mais j’ai mis mon pied à terre et il y avait deux pieds d’eau.» Les pompiers de Gatineau se sont présentés sur place afin de couper l’alimentation électrique du sous-sol, car l’eau avait grimpé jusqu’à la hauteur des prises de courant.

La famille, tout comme d’autres résidents du coin, avait aussi été touchée par les inondations de la Saint-Jean-Baptiste 2014. Il y avait toutefois eu moins d’eau à l’époque. En 2014, de 30 000 $ à 40 000 $ de travaux avaient été nécessaires, se souvient Mme Sfeir.

Du côté d’Ottawa, la situation fut moins problématique, mais la Ville a dit avoir reçu 173 appels pour des sous-sols inondés depuis dimanche après-midi.

Quelques tronçons de rues ont été fermés en raison de l’accumulation d’eau, majoritairement dans l’ouest et le sud de la capitale. À 13h45, la situation s’était presque résorbée. Des arbres se sont également affaissés à quelques endroits. Quatre parcs municipaux sont aussi inondés. 

Records battus

Selon Environnement Canada, ce sont quelque 95 mm de pluie qui sont tombés dans la région dimanche et lundi durant cette dépression automnale intense. Des records ont été fracassés pour un 29 et un 30 octobre alors que 39 mm de pluie sont tombés dimanche par rapport à 17,4 en 2003. Lundi, 56 mm se sont abattus à l’aéroport d’Ottawa alors que le record était de 17,5 mm en 1973. Météomédia a indiqué que la région d’Ottawa-Gatineau a établi un record lundi matin alors que 1212 mm de précipitations étaient tombées depuis le début de l’année 2017. L’ancienne marque était de 1166 mm en 1972. Même si les précipitations des derniers jours furent importantes, le niveau des rivières est en deçà des seuils d’alerte, a précisé La Ville de Gatineau. 

Évacuations par le CISSSO

Trois résidences intermédiaires ont été évacuées par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), lundi matin. Le CISSSO a précisé qu’il s’agissait d’une mesure préventive en raison «de l’importante accumulation d’eau et des coupures électriques dans ce secteur».

Seulement 13 personnes sont affectées par cette situation et elles ont temporairement été logées dans un centre de jour situé près de leur résidence intermédiaire. Ces usagers à mobilité réduite devaient pouvoir regagner les résidences d’ici la fin de la journée, lundi.

Impact sur la campagne électorale

Les trois principaux candidats à la mairie de Gatineau, Sylvie Goneau, Maxime Pedneaud-Jobin et Denis Tassé ont tous annulé des activités médiatiques prévues aujourd’hui en raison de la mauvaise température. D’ailleurs, plusieurs pancartes électorales aux quatre coins de la ville ont été victimes des intempéries. La pluie et les forts vents ont eu raison d’un grand nombre d’affiches.

Avec Justine Mercier, Daniel LeBlanc, Mathieu Bélanger et Louis-Denis Ebacher, Le Droit.